Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> Nos Campagnes -> Les Autres Rôles -> Plagues
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gorath
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 3 150
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Talislanta, Planescape, Plagues, Donjons Louforcs, Maléfices, Cthulhu, Vampire
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 08/08/2013, 22:49    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Les bardes seront ravis de se remplir un peu les poches en racontant ces histoires recueillies auprès d'aventuriers tels que vous...
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/08/2013, 22:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marcus Kyle
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 374
Localisation: montrejeau
Jeux maîtrisés: D&D 3.5, cthulu,+,+,+
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 09/08/2013, 15:19    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Les salauds, ils ont tué Lova Moor !!!   Evil or Very Mad


Tel est le résumé de l'épisode précédent  Mr. Green




c'est qui qui faut voir pour les bardes, les poches pleines, tout ça ?
_________________
Deux choses sont infinies: L'Univers et la stupidité humaine... et encore je suis pas sur de la première.
A. Einstein


Revenir en haut
cauhein
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 257
Localisation: aureilhan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 17/10/2013, 22:22    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Dans les anciennes catacombes de rhiepair, une liche s'affairait sur un cercle luisant d'énergie.
Elle avait terminé ses préparatifs et d'ici quelques instants, ses sbires lui amèneraient la dernière pièce, du moins, il espérait que ce serait la dernière.
Les précédents tributs s'étaient avérés décevants, d'autant plus que la procédure était longue et ne pouvait être interrompue librement.
Mais la créature avait l'éternité devant elle, elle finirait par trouver ce qu'elle cherchait.
Une squelette entra soudainement dans la pièce, un paquet de tissu à la main.
La liche s'en saisit et déballa la chose : un petit crâne de gnome.
Le nécromancien plaça la crâne sur l'autel au centre du cercle et incanta.
Le crâne s'anima soudain basculant en arrière quand sa mâchoire s'écarta soudainement.
AAAAAAAAhhh!!!
Silence, non-animé! Je t'ai sorti des limbes pour obtenir des réponses.
Que sais-tu de la gemme de freyalise?
La quoi?
Encore une fois, l'esprit ignorait le nom de son désir.
Encore une fois, il allait donc devoir se contenter de la voie fastidieuse.
Soit, que sais-tu de toi?

Et le crâne commença à parler.

Je crois que je m'appelais Cerin, oui Cerin Bywydcolur.
Je me souviens d'une ville sur un fleuve.
J'étais avec des gens, des mercenaires.
Le fleuve gelait, alors on a tué les nymphes en amont.
Puis le fils du chef a voulu partir au sud, retrouver une ville, je sais plus comment elle s'appelle. Clairevoie? Claireflamme?
En tout cas, il leur fallait un guide à travers la cendre.
C'est pour ça qu'ils me voulaient dans le groupe, j'étais seul à savoir comment pas mourir dans la cendre.
Il y avait un sage, sale engeance, mais qui fait bien la cuisine, c'était bon, bien meilleur que les racines.
Un hobbit sournois, jamais compris pourquoi les autres le gardaient: les voleurs c'est dans les villes.
Une magicienne, humaine, très moche, très maladroite, qui brule les alliés.
Un chevalier, le fils du chef je crois, belle armure, beau sabre, oui. Fils adoptif, voulait retrouver un fief, celui de ses premiers parents.
Leurs noms? Pas assez intéressant. Je sais juste que le chevalier me donnait des gemmes pour les guider.

La sage voulait passer par l'ouest, où les sages règnent et où les pas humains sont rien. mauvais sages.
Y avait une grande nécropole pleine de morts sur ce chemin, alors on a pris l'est, où les sages sont brulés, bien fait pour eux!

Le groupe est trop grand pour suivre les rivières sans être vu, alors on a du choisir entre les gourdes et les loups.
On est quand même tombés sur un ours, et une elfe aussi, bonne archère, discrète, nous suivait depuis deux jours.
A chaque village on apprenait comment aller au suivant.
J'aime pas les villages. Ils aiment pas les gnomes. font toujours payer plus cher. méchants humains.
Puis après un village dans les montagnes, on a vu un groupe.
Des villageois, ceux du précédent.
Les villageois là-bas n'étaient pas des villageois, juste des bandits qui ont pris la place.
Ils savaient même pas où se trouvait le prochain village.

Le chevalier a décidé un plan pour les aider.
Il est retourné au village avec tout ce qu'il restait de nourriture et a proposé que à la sage cuisine un repas pour tout le village.
Ce que les bandits ne savaient pas, c'est qu'il y avait un ingrédient secret : de l'extrait de mordren, très puissant et mortel.
Mais comme il savait que tout le monde ne serait pas à la taverne, les autres sont partis dans les souterrains avec ce qu'il y avait comme guerriers chez les expulsés pour prendre les bandits à revers.
Quand on a pu voir la taverne du haut de la falaise, le village grouillait d'infectieux.
C'était bien, comme les pamorts étaient en bas, la magicienne pouvait lancer tout les sorts qu'elle voulait sans risquer de toucher un allié.
Au final, on a eu les remerciements du village, des vivres et la direction de la prochaine ville.
Mais les autres ont préféré aller à la capitale.

C'était pas bien : A peine on était arrivés que la ville se faisait attaquer par des pamorts.
J'ai pas vu grand chose, je visitais la ville.
Apparemment, c'est un sage qui a repoussé les infectieux.
Il nous a invité alors j'ai pu le voir de près.
Tout pâle et griffu, je vois pas comment les autres peuvent le trouver humain.
Et puis c'est bizarre qu'un sage ait autant d'influence.
Enfin, pas tant que ça vu qu'il nous a demandé de tuer le chef pour que les sages puissent régner et pas bruler.
Sinon, il allait dénoncer la sage.

Moi je m'en foutais, mais les autres étaient d'accord pour que la cuisinière reste en vie.
Le sage nous a montré un passage secret dans les catacombes pour aller dans le palais.
Bien sûr, il était gardé par un spectre.
J'aime déjà pas les pamorts, alors les sancorps.
Mais les autres bouchaient le passage, alors j'ai essayer de combattre.
En un coup, j'étais par terre.
Les autres, pareil.
Pis d'un coup, on était dehors.
On a retenté le lendemain, avec la magicienne pour le cramer.
L'elfe aussi fait de la magie.
Et la magie, ça marche bien contre les sancorps.

Mais aller dans le palais c'était pas plus facile.
A peine rentré, le hobbit s'est fait repéré et les autres ont du l'aider à passer les gardes.
Finalement, on est repartit par le chemin en espérant que les autres trouveraient un moyen de s'enfuir.
Enfin, moi j'espérais plutôt que le hobbit se fasse tuer.
Au final, on avait réussi la mission et


Le crâne se tût brusquement alors que le cercle cessait de luire.
La liche soupira et retira le crâne pour le poser sur une étagère non loin.
Le gnome n'avait rien énoncé dans cette histoire qui ressembla à la gemme recherchée, mais son récit semblait loin d'être fini.
Il faudrait du temps pour charger à nouveau le cercle.
Une telle magie ne pouvait être pressée.
Et il avait toute l'éternité devant lui.
_________________
Cold City Lüdwig Hürentocht Chouquettes?


Revenir en haut
Kevra
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 23/10/2013, 17:58    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Un petit clin d'oeil à Arga, mon maître es rapports ! Smile

Citation:
On arrive à Chantefeu en fin de matinée. Le voyage pour y arriver fut long et éprouvant. D'autant plus que mes compagnons de route ne sont pas tous, au premier abord, de bonnes fréquentations... entre le gnome chapardeur et filou comme pas deux et l'elfe, il y a de quoi se tenir sur ses gardes ! Mais fort heureusement, ils se tiennent presque à carreau... et savent -parfois- faire montre d'une utilité peu contestable...

Le reste de mes compagnons est en revanche fort sympathique. Et pour cause, je les connais depuis toute jeune. Entre Maximilien, fils du comte de Sidault, Henry, la flambeuse et le demi-homme messager, nous nous entendons pas trop mal même si, parfois, certains ont la taquinerie facile.


Bref, Chantefeu est ce que je pourrais appeler une grande ville. Pas difficile pour quelqu'un qui sort d'un patelin d'une centaine d'âmes. Mais là, c'est indéniable, c'est une vraie ville. La ville est un peu en contrebas et de loin, on peut deviner un grand espace vide au centre. Une place ? Un marché ? On verra bien... de toute façon, on doit rentrer dans la ville. Nous le saurons en temps voulu.


Les gibets devant la ville.


Comme dans chaque cité ou village, comme pour repousser les malfrats et autres infectieux, des gibets. Une bonne douzaine, à vue d'oeil. Alors que nous nous rapprochons, nous pouvons distinguer des corps décapités -très certainement les roublards du coin- et d'autres brûlés en plus d'avoir un appendice en moins. Là, par contre, je suppose que c'étaient des infectieux... je n'irai pas voir de plus près pour vérifier... de loin et quelques suppositions suffiront amplement !


La zone de quarantaine.


Les portes sont gardées par des gardes et des grilles. Apparemment une zone de quarantaine dans laquelle nous allons devoir patienter en attendant l'autorisation d'entrer. Nous nous en approchons, annonçons la raison de notre venue en ville et, après quelques instants de réflexion de la part des hommes d'arme, nous sommes amenés à rentrer dans cette zone d'isolation et d'attente. Nous apprenons alors que nous allons y être interrogés et sondés afin de savoir si nous ne sommes pas infectés. Là dedans, nous sommes regardés avec méfiance par des paysans, surtout le demi-homme et l'elfe. Personnellement, je ne prête pas plus attention que ça aux autres personnes là-dedans et espère surtout pouvoir rentrer dans la cité avant la nuit.

Au bout d'un moment, deux gardes arrivent et hèlent le protecteur, demandant la raison de notre venue. Finalement, ils interrogent Maximilien Sidault. Après que celui-ci se soit annoncé et entretenu avec les gardes, il vient nous expliquer comment ça se passe en ville : le tarif de séjour est d'un denier par jour et par personne, mais il serait cependant possible d'échapper à cette taxe si nous effectuons huit heures de garde à l'extérieur, de nuit.

D'un autre côté, la cité est régie par l'Ordre et deux sages : un que l'on nomme l'Inquisiteur s'occupant apparemment des affaires militaires et un autre plus modéré qui se charge essentiellement des affaires commerciales. Voilà qui me rassure ! Ça va me changer de tout le reste du pays où ma condition de sage mettait ma vie en danger et donnait lieu à des contrats pour le moins douteux... Mis à part cela, nous apprenons que quatre auberges sont à la disposition des voyageurs comme nous :
- Le Porc Doré
- Le Dernier Comptoir
- Le Golem de Fer
- La Maison de Chantefeu
Apparemment, il n'y aurait pas un établissement meilleur qu'un autre, ce qui nous laisse le choix. Mais il paraît que nous pouvons également planter la tente sur la place centrale pour la nuit et y faire du commerce la journée, nous permettant ainsi d'échapper à un éventuel prix excessif dans les tavernes. Pour ma part, c'est la dernière option qui retient mon attention... mais certains de mes compagnons ont l'air d'être d'un autre avis. S'ils ont envie de dépenser leurs deniers dans un établissement qui, si ça se trouve est aussi miteux que la nourriture qu'il y propose, grand bien leur fasse ! J'ai largement les moyens de me passer de ce genre d'expériences...


En attendant, on attend, attend... des heures durant dans la zone de quarantaine... puis les grilles s'ouvrent enfin, laissant rentrer les gardes qui viennent prélever la première taxe journalière... et on nous laisse enfin passer.


De la place centrale vers les quartiers annexes,


Après une longue errance dans cette ville inconnue, nous allons tous au centre, sur la place et convenons d'un endroit où planter la tente. Comme prévu, le demi-homme et la flambeuse nous abandonnent et vont se ruiner à l'auberge du coin... Après avoir installé nos affaires, Henry et moi allons faire le tour de la place et repérons les bâtiments les plus proches. Parmi eux, un qui nous avait été cité lors de la présentation des gardes de la ville mais que j'avais complètement oublié : une boutique. Apparemment la « Boutique des Miracles », également connu sous le doux nom du « Bazar des Sages ». On y vendrait objets précieux et magiques en tout genre et serait tenu par... une sage ! Une certaine Noatéa. Il faudra que je la rencontre, peut-être aura-t-elle des choses à m'apprendre. Mais pour le moment, il est clair que notre présence en ces lieux fait tâche. Nous sommes entourés de personnes dont les poches et bourses sont pleines de richesses. Nous autres, même si pour l'instant nous nous débrouillons pour survivre, ne devrions pas tarder à devoir sérieusement songer à nous mettre au boulot pour glaner quelques deniers.

Sur ce, nous retournons aux tentes. D'ailleurs, la faim se fait sentir. Alors que mes compagnons présents envisagent de piocher dans leurs rations. Quant à moi, lassée de ces mets, j'en profite pour créer un panier entier de pommes, que je partage avec mes compagnons. Enfin pas tous, la flambeuse qui est revenue de son escapade avec le demi-homme n'en veut pas, elle dit avoir déjà mangé. Tant pis. J'en profite également pour faire un bon tas de raisin, que j'entreprends de vendre demain matin afin de me faire quelques gemmes. Mais finalement, je commence mon petit marché auprès des gens du coin. J'en tire rapidement 2 deniers. Henry et moi décidons alors d'aller du côté d'une des auberges du coin et d'essayer de proposer à l'aubergiste de se fournir en raisin pour sa clientèle. Nous déambulons dans les rues quelques longues minutes avant d'arriver au niveau du bâtiment tant convoité. C'est une auberge assez grande, avec murs sculptés, bien peuplée. Nous allons voir l'aubergiste et, après quelques négociations, nous pouvons en tirer 9 deniers. Henry prend un repas pas donné et, apparemment, nous sommes observés par deux personnes. Il termine et nous décidons alors de rejoindre la place centrale et nos tentes. Quand nous sortons, nous nous rendons compte que nous sommes suivis par ces mêmes gens. Nous rejoignons alors la place centrale en pressant légèrement le pas. Enfin, Henry voulait être discret pour les semer puis les pister, mais en fait, on n'entend que lui. Nous sommes contraints de nous cacher dans un recoin afin de laisser passer ces personnes qui nous filaient. Fort heureusement, cela a fonctionné... Retour sur la place quelques minutes après et aux tentes. La flambeuse ronfle, les autres dorment. Le gnome n'est toujours pas là.


Le matin, nous décidons d'accompagner Maximilien. Dans la rue, alors que nous cherchions le bâtiment où nous devions nous rendre, le demi-homme se retourne soudain et hurle à l'infectieux. Nous nous retournons à notre tour et la flambeuse crame ce truc sur place sans que personne n'ait le temps de réagir. Certainement un réflexe... encore une preuve qu'elle... s'enflamme très vite ! Henry se dirige à son tour vers le corps et le décapite sans aucune sommation. Nous essayons alors d'enquêter un peu sur ce fait divers qui semblait dirigé vers nous, mais il semblerait que l'homme ait juste été vu mourant, crachant du sang avant de tomber et se relever. Très vite, les protecteurs de la ville nettoient ça et un homme en bure arrive.

Frère Gilles


Un frère Convers, « Gilles », qu'il nous raconte, il aimerait qu'on le suive. Je n'ai aucune idée de ce à quoi cela peut bien correspondre... même si le nom de « Frère Convers » me rappelle vaguement un truc que nous avait raconté le garde dans la zone de quarantaine... Nous hésitons un moment puis le suivons dans les rues de Chantefeu, sauf Maximilien et l'elfe, qui décident de partir en vadrouille... . Il nous amène au Porc Doré. Là, nous y trouvons plein de frères. Puis, rapidement, nous sommes conviés dans une salle, côté auberge. Une grande salle avec un bureau en son centre, derrière lequel siégeait un vieux monsieur. Un dénommé Tahann, le sage inquisiteur. Celui dont nous avions entendu parler à notre entrée en ville. Nous l'interrogeons alors rapidement sur ce qui vient de nous arriver et, apparemment, le cas de l'infectieux n'est pas un cas isolé. Il y en aurait eu environ quatre en moins d'une semaine... Notre homme, apparemment, venait tout juste de sortir de la période de quarantaine et les gardes n'auraient rien remarqué. Enfin, soi-disant... quelqu'un qui est mourant, ça se remarque ! J'en connais un rayon là-dessus... Du coup, deux suppositions : soit la garde trempe là-dedans, soit il a été empoisonné. Quoi qu'il arrive, c'est un fait, nous devons enquêter. Que ce soit pour comprendre ce qui vient de nous arriver, mais aussi car c'est notre nouveau travail ici qui permet de nous soustraire aux droits de séjour. Seule contrainte apparente, nous devons faire un rapport journalier. Notre enquête est officieuse. Je n'aime pas ça, je ne saurai pas dire ce qui me dérange, mais quelque chose cloche... Tahann nous annonce également que si nous sommes amenés à nous justifier auprès de la garde, nous devrons montrer un petit médaillon qu'il nous confie. Suite à cela, nous pouvons disposer.


Après un moment de concertation, nous décidons d'aller à la capitainerie et on interroge les gardes. Nous les écoutons, notamment un dénommé Charlie. Jusque là, leurs propos concordent avec ceux du sage. Chaque fois, la personne semblait bien-portante à son entrée en ville puis, quelques centaines de mètres et heures plus loin, il tombait littéralement raide mort. Ceci dit, il y aurait eu, en tout, trois extérieurs et un villageois. Il semblerait qu'il n'y ait pas de lieu de mort spécifique ou d'endroit ou personne qui lierait ces quatre personnes. Nous apprenons ensuite que, sur les trois précédant celui de ce jour, seuls deux sont pendus devant les remparts. Le troisième aurait été décapité par le forgeron puis aurait fini dans la forge.

Nous décidons d'aller sur les remparts pour apercevoir les pendus. Ils sont trop loin et à moitié carbonisés en plus d'avoir perdu la boule. Nous ne pouvons rien apprendre de plus de la part du garde. Il finit par s'en aller et une question se pose alors chez ses collègues : mais où est Charlie ?


Encore une fois, nous nous concertons et décidons d'un seul homme d'aller voir du côté de l'infectieux habitant de la ville, un certain Bébert la Moufle. Il aurait été résident du Quartier de la Maison de Chantefeu, comme l'auberge du même nom. Nous nous rendons sur place, nous perdant un peu par moment, puis arrivons là-bas. C'est un vrai taudis... les serveuses sont dénudées, assiettes minuscules, les boissons plutôt louches, les locaux crades... j'ai surtout envie de sortir de là... Nous allons cependant voir le tavernier, espérant tirer de lui quelques informations précieuses. Mais au lieu de cela, la flambeuse se fait allumer par le tavernier. « 1 denier les 3 passes, pour ta tête » qu'il dit. C'est peut-être méchant, mais ça nous fait tous rire. Et pour cause, notre collègue est de loin la personne la plus moche au naturel que j'ai pu voir jusque là. Mais, si on ne tient pas compte de ce fait et de son mauvais caractère, elle est quelqu'un d'agréable. Toujours est-il qu'après que l'aubergiste se soit fait menacer de se faire cramer quelques parties -de son établissement?-, nous obtenons des ragots sur les autres auberges, plus la sienne :
- le Porc Doré, il y aurait des souterrains étranges là-bas.
- le Dernier Comptoir, il paraît que la viande y est avariée, peut-être même humaine.
- le Golem de Fer, apparemment sans intérêt avec des ragots sur l'armure au centre du taudis
- la Maison de Chantefeu où il y aurait de la drogue... et de la débauche

Nous annonçons alors que nous cherchons un dénommé Bébert la Moufle, soi-disant connaissance à nous avec qui nous aimerions trinquer et ré-apprenons qu'il est mort dans la semaine. L'aubergiste évoque alors des problèmes de couple, de la picole, mais aussi de la drague... La veille de sa mort, il serait allé à l'auberge, ronchonnant et disant vouloir du changement. On nous indique alors son ancienne habitation, où nous décidons alors de nous rendre. C'est une petite maison non loin, avec les volets rayés. Nous frappons à la porte, puis celle-ci s'entrouvre. Face au faciès de certains de mes compagnons ainsi que leur manque cruel de tact, nous essuyons quelques refus, la femme finissant même par prendre peur et appeler la garde « au vol » avant de se calmer alors que nous sommes contraints de lui révéler que nous enquêtons sur la mort de son mari. Nous la laissons nous expliquer ce qui s'est passé et finit par nier les propos du tavernier en l'insultant. Apparemment, son mari faisait du nettoyage de rue et vivait de ce qu'il récupérait et revendait. On n'apprend rien de plus sinon qu'il avait deux enfants dont un qui travaille dans une cave à champignons de la ville.


Spinner le forgeron


Nous sortons alors et hésitons à retracer le chemin des deux voyageurs, interroger le fils ou encore le forgeron. Finalement, nous optons pour la dernière suggestion et essayons tant bien que mal de rejoindre la forge. À notre arrivée, nous pouvons constater la foule qui attend là. Nous nous mettons en queue de file et nous résolvons à attendre notre tour afin d'interroger le bougre... un certain Spinner.

Une fois notre tour arrivé, nous commençons à l'interroger. Il nous apprend alors que l'incident qui l'a touché s'est déroulé il y a quatre, peut-être cinq jours. Un homme qui regardait son étal avant de tomber raide en crachant du sang et de se relever presque aussitôt, infecté. N'écoutant que son courage, le forgeron s'empressa alors de le décapiter d'un coup habile avant de mettre cela dans la forge. À l'entendre, il n'avait pas de signe particulier. Mais alors que nous insistions, il sembla se remémorer quelque chose. Oui, apparemment l'homme avait une blessure au bras. Du moins, il le tenait et son habit portait quelques marques de sang. C'est maigre comme indice, mais c'est déjà ça... autre chose qu'il faudrait garder à l’œil : la mauvaise toux du forgeron.


Nous quittons alors ce dernier et décidons de faire un saut chez le tatoueur d'à côté. Peut-être a-t-il vu ou entendu quelque chose le jour où l'infectieux a menacé le forgeron avant de se faire occire. Très vite, nous rencontrons l'énergumène : un homme maigre, pâle et très irritable. De toute évidence, il n'a pas envie de nous voir et ne cherche même pas à savoir ce que nous lui voulons... s'il accueille ses clients de la sorte, je m'étonne que sa boutique soit si fréquentée qu'il y paraît... bref, dans l'état actuel des choses, nous ne pouvons rien tirer de ce truc désagréable.


Nous décidons donc d'aller au Dernier Comptoir. Visiblement, mes compagnons ont envie de vérifier cette histoire de viande avariée... Personnellement, je m'en fiche pas mal, je n'ai de toute façon pas la moindre envie d'aller dépenser mon argent dans un tel établissement. Mais le graillon n'est pas ce qui les intéresse. Ils veulent enquêter. « On va y foutre le dawa tout en restant discrets », voilà leur but. Je leur souhaite bien du courage ! Je sens que je vais tenter de rester en dehors de tout cela. Je n'ai aucune envie que leurs bêtises me retombent dessus...


Le Dernier Comptoir


A peine rentrés qu'ils vont distraire un serveur, s’assoient à une table et commencent à le lancer sur les ragots et commérages au sujet des auberges concurrentes, n'hésitant pas à leur cracher dessus pour faire parler le serveur autant que possible. Pendant ce temps, le demi-homme et le gnome ont l'air d'avoir décidé de faire un tour du côté des cuisines. Nous les apercevons du coin de l'oeil s'engager dans les couloirs, mais très vite, nous entendons un grand bruit et voyons le gnome voler par dessus le comptoir en hurlant. Apparemment, la discrétion, c'est pas son fort... je m'en doutais. Toujours est-il qu'il s'est fait intercepter par le patron et bouter hors de l'établissement à grand coups de pieds aux fesses.

Mais, très vite, c'est un autre genre de cri qui retentit, en bas en provenance des cuisines. J'hésite entre un poulet qu'on égorge et un castrat enroué... proférant des insultes. Je pense que le demi-homme s'est fait attraper et que le cuistot a fini castré, d'où ce cri. Et, effectivement, notre homme sort de là-bas, avec un Ratatouille dans les mains. Il prend ses jambes à son cou et nous finissons par nous aussi sortir de l'auberge. De toute façon, nous n'y apprenions rien et il se pourrait que nous ferions mieux de ne pas y retourner de si tôt. Surtout certains... qui nous racontent d'ailleurs leurs trouvailles : la viande serait du rat ! Il l'aurait découvert après que Ratatouille se soit échappé et que le cuistot ait tenté de s'en saisir avec la ferme intention d'en faire du hachis, le prenant pour quelque bestiole de leur stock...


A la capitainerie...


Avant de finir notre journée, nous retournons à la capitainerie afin d'interroger les gardes sur la blessure de l'infectieux de la forge. Mais, ainsi que nous pouvions le supposer, ils n'avaient rien remarqué ou il ne l'avait peut-être pas en rentrant en ville. Ce qui nous confirme que c'est peut-être un villageois qui est à l'origine de cette blessure. Ou alors, les gardes ne nous disent pas tout...

En tout cas, le garde responsable à ce moment-là était un dénommé Bob, que nous pouvons interroger. Et pour l'autre infectieux, c'était John. Henry, notre protecteur entame plus que maladroitement la discussion, mettant clairement les pieds dans le plat et manque d'accuser Bob de négligence ou pire. Mais heureusement, j'arrive à rattraper le coup et tout rentre dans l'ordre. De toute façon, même en les interrogeant, nous n'apprenons rien de plus...


Pendant ce temps, non loin, un prisonnier est amené pour une exécution publique. Nous ignorons quels étaient ses crimes et ne le saurons probablement jamais...


Puis nous allons quand même voir ce John, sait-on jamais. Nous n'avons pas grand espoir, mais bon... et là, petite surprise. Car il nous apprend qu'en effet, l'homme qui nous a agressés plus tôt dans la journée était rentré avec un immense livre en sa possession. Il devait, semble-t-il, le livrer à un sage de la ville. Si c'était pour Tahann, il nous en aurait parlé... était-il alors pour la dénommée Noatéa ? Peut-être...


Là, il se fait trop tard pour continuer. La faim et la fatigue nous tiraillent. Nous rejoignons donc la place centrale afin de retourner planter nos tentes pour la nuit. Un repos bien mérité ne sera pas de refus. Mais pas sans avoir ingurgité quelques fruits frais créés par mes soins. Ça change des rations insipides habituelles...


Durant la nuit, j'ai fait un étrange rêve... vraiment perturbant, presque malsain. Je préfère ne pas en parler pour l'instant. Mais s'il se reproduit, peut-être que je serai obligée d'en faire part à mes compagnons. J'ai le sentiment que je devrais le faire maintenant, mais j'hésite. Non, plus tard...


Le lendemain matin, nous nous rendons au Porc doré afin de faire notre rapport à Tahann en ce qui concerne nos investigations. Il semble déçu que nous ne lui donnions pas de coupable à exécuter. Et pour cause, nous n'en avons pas. En revanche, nous finissons par l'informer de cette histoire de gros bouquin pour un sage. Et, effectivement, il ne semblait pas être le destinataire de celui de l'infectieux d'hier... Par contre, il a l'air de penser lui aussi que Noatéa pourrait l'être. Nous devons donc aller la voir ! Nous quittons alors le bureau et planque de Tahann et retournons au niveau de la place centrale, d'où nous avons un accès direct à la Boutique aux Miracles, planque de Noatéa. Nous demandons une audience avec elle et, à ma grande surprise, nous l'obtenons presque dans la minute !

Nous sommes alors invités à rentrer dans le bureau de cette sage et sommes accueillis par un petit bout de femme, assez banale d'apparence. Nous essayons de lui parler de ce livre mais elle ne paraît pas plus informée que Tahann ou nous-mêmes. Encore une fois, certains devraient garder leur langue dans leur poche, un jour ils vont finir par offenser quelqu'un et nous attirer des ennuis ! Heureusement, j'ai pu tenter de rattraper tout ça, même si nous n'obtenons rien d'intéressant... si ce n'est qu'elle mettrait volontiers Tahann dans tout cela. Par contre, aucune preuve de ce qu'elle insinue.


Nous retournons alors au Porc Doré, mais n'avons en réalité pas le temps de quitter la place centrale que deux infectieux décident de faire de nous leur casse-croûte. Un homme et une femme, probablement un ancien couple. L'un fonce sur nous alors que l'autre décide d'aller sucer la moelle d'un des passants et de s'acharner sur lui. Tant mieux... ou pas, car d'ici quelques minutes, nous aurons un troisième infectieux sur nous...


Les infectieux


Mais fort heureusement, mes compagnons semblent très doués pour trancher ce genre de bestioles et ne font qu'une bouchée d'eux.

Par contre, il est bon de noter que les deux portaient un tatouage dans le creux de la main. Apparemment frais : une toile d'araignée aux tons rouges et noirs. Je me demande si les autres n'en avaient pas eu eux aussi... si oui, nous devrions retourner voir cet homme exécrable qu'était le tatoueur ! Mais je doute qu'il veuille plus nous parler...


Mais avant, nous préférons retourner informer Tahann de nos trouvailles. Celui-ci ne semble pas étonné de la réaction de Noatéa. Par contre, il est évident que l'affaire des tatouages l'intéresse au plus haut point ! Si nous aurions préféré enquêter là-dessus afin de prouver qu'il y avait bel et bien un lien entre le tatoueur et les infectieux, il avait l'air de vouloir se contenter de cela pour faire accuser et exécuter cet homme. Mais il nous autorise cependant à essayer d'en tirer quelque chose.


Nous quittons donc les lieux et retournons vers le bâtiment près de la forge. Encore une fois, l'accueil a été plus que glacial. Mais bon, nous nous y attendions... tout comme au fait qu'il était impossible de discuter avec cet homme. Car nous n'avons rien obtenu de lui, si ce n'est des insultes. Ce qui lui valut une arrestation brutale par les hommes de Tahann, juste avant de se faire conduire au lieu qui serait la dernière chose qu'il verrait avant de perdre définitivement la boule...


Dernière édition par Kevra le 24/10/2013, 17:51; édité 1 fois
Revenir en haut
Arganarion
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2010
Messages: 1 330
Localisation: laslades
Jeux maîtrisés: cinema, jeux videos
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 24/10/2013, 11:43    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

 Merci Kevra !
_________________
Avoir des griffes n'est pas être lion.


Revenir en haut
Gorath
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 3 150
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Talislanta, Planescape, Plagues, Donjons Louforcs, Maléfices, Cthulhu, Vampire
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 24/10/2013, 17:35    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Vraiment très bon rapport !
_________________


Revenir en haut
Kevra
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/10/2013, 19:27    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Merci beaucoup Smile

Revenir en haut
raziel
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2013
Messages: 296
Localisation: tarbes
Masculin Poissons (20fev-20mar) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 06/01/2014, 17:49    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

voilà, après ma longue fuite j'arrive enfin à une sorte de village ou, sans trop poser de questions, les villageois m'ont "accepté" enfin accepté c'est vite dit dit disons plutôt qu'il m'ont vendus le gîte et le couvert, après tout c'est normal de se méfier des étrangers par les temps qui courent...


ce matin, enfin je crois, une femme m'a attirée vers une chambre en me proposant de tirer un coup; je commence par me méfier mais bon ou mauvais c'est peut-être ma dernière fois, autant en profiter... apparemment mon coup de ce matin c'est su assez vite, je sens que l'on me regarde tout le temps, on complote dans mon dos. je n'aime pas ça, qui dit complot dit meurtre... le soir tout le village se rassemble autour d'un grand feu pour le "partage d'histoire", je ne veut pas partager la mienne mais cet événement éveille ma curiosité. Autour du feu, il me semble voir des personnes n'étant pas d'ici: un gnome, une crevette, une femme défigurée, et une personne à l'air plutôt riche;note pour plus tard, je touche le fond de ma bourse il faudrait que je fasse un tour dans la sienne. plus tard j’appris qu'ils étaient accompagnés de deux manchot d'ont un masqué et rivalisant avec ma taille un demi-elfe et deux autres hommes...


j'ai passé une mauvaise nuit. j'ai fait un cauchemars que je semble avoir partagé avec les autres étrangers... je passe le reste de ma journée avec eux. un de leurs compagnon, le manchot masqué, à disparut; ce soir il y a de l'action au menu, surtout qu'on à essayé de nous faire boire une poudre douteuse... mes compagnon d'infortune se couchent essentiellement à l'étage à l'exception du gnome qui reste dans la salle commune en ma compagnie. l'étage, la bonne blague, je me demande lesquels d'entre eux dormiront dans "LA" chambre, héhéhé Laughing ... dans la nuit le manchot restant me réveille, quand j'y pense je lui doit la vie si il ne m'aurait pas réveillé et bien... je préfère ne pas y penser. à peine sortit du lit que nous voilà encerclés par les villageois; les mercenaires se mettent à courir et je les suis bien volontiers derrière moi j'aperçoit la femme plutôt laide qui semble en difficulté, le donne un grand coups d’épée à l'homme qui la poursuit et l'aide à marcher plus vite... j’espère que les autres s'en sont sortit, mes anciens compagnons me manquent et la solitude s'avère plus terrible que la mort en ce bas monde, heureusement j'ai eu chips jusque là...


fin du sénar.


ps: je l'ai écrit le rapport sous forme de journal c'est ce qui me semblait le plus logique. trois petit point en gras et soulignés marquent un temps qui se passe dans la narration (pour accentuer l'effet journal). un espace marque le temps de repos ou de sommeil.


pps: c'est mon premier rapport un peu d'indulgence svp Rolling Eyes

_________________
"Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme" alors laisse moi faire et tait toi!


Revenir en haut
Petit°Cœur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2008
Messages: 5 330
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Tous les J.D.R du Monde
Masculin Poissons (20fev-20mar) 猴 Singe
Joueur ou MJ: MJ

MessagePosté le: 06/01/2014, 19:10    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

 TRES sympa !!!
_________________
" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"

«Lythronax Argestes»


Revenir en haut
raziel
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2013
Messages: 296
Localisation: tarbes
Masculin Poissons (20fev-20mar) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 06/01/2014, 20:14    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Embarassed mirci
_________________
"Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme" alors laisse moi faire et tait toi!


Revenir en haut
Gorath
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 3 150
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Talislanta, Planescape, Plagues, Donjons Louforcs, Maléfices, Cthulhu, Vampire
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 06/01/2014, 21:29    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Super  Okay merci à toi pour le rapport.
Dans les grandes lignes c'est tout à fait ça !
_________________


Revenir en haut
Marcus Kyle
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 374
Localisation: montrejeau
Jeux maîtrisés: D&D 3.5, cthulu,+,+,+
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 07/01/2014, 13:15    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

raziel a écrit:
pps: c'est mon premier rapport un peu d'indulgence svp Rolling Eyes



super rapport, et du coup, pas de pot, t'as le droit de faire celui de Star Wars de samedi  Mr. Green
_________________
Deux choses sont infinies: L'Univers et la stupidité humaine... et encore je suis pas sur de la première.
A. Einstein


Revenir en haut
Kriv'
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2008
Messages: 869
Localisation: Pas loin
Jeux maîtrisés: Kinito, Bizkit, Battle Drink, Roulette russe, Rouge et noir, Zombois.
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 18/01/2014, 16:06    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Extrait perdu d'un journal sans nom.

"Un vieux fou m'a dit un jour : " Dehors il n'y a que des ennuis" et il m'a dit aussi "méfie toi de la noblesse de cascade, ils ne se rendent pas bien compte du monde dans lequel ils vivent et ce retrouvent toujours dans le pétrin.

Des fois je me dis que j'aurais dû l'écouter au lieu de l'envoyer balader comme je fais d'habitude. Je sais j'ai des problèmes en sociabilité mais si les gens ne m'insultait pas et ne rirait pas de moi a cause de ma brulure au visage j'aurai p't'être plus de facilité ! Et puis ils m’énervent a se pavaner dans leur vie insouciante et leur inconscience bien à l’abri derrière des murs d'enceinte... quand je vois comment c'est passé cette semaine je rigole bien en pensant a leur tête si ils avaient vu la moitié de ce que j'ai vu... alors que moi, a cause de mon accident, j'ai toujours vu que la moitié de ce qu'il voyaient... mais bon.

Tout commence avec l'arrivée de notre groupe de survivant.

Alors il y a mon boss Maximilien de la noblesse de cascade, il y a le gnome qui nous suit depuis là bas, y a notre ami, manchot depuis peu, garde de cascade, il y a Lyria la sage ainsi que Tom le gros barbu qui a un problème avec l'hygiène qui nous suit également depuis le dernier village qu'on a croisé (et qui a essayer de nous tuer d'ailleurs).
J'oublie de citer les mercenaires, la famille qui nous a prévenu de l'intention des villageois ainsi que de Cost le mestre de cette magnifique ville qui est Ergo et qui est juste devant nous.


Croquis trouvé dans le journal avec comme nom "Tild : autoportrait"

Alors déjà je sentais ce dimanche difficile. A peine arrivé, le Mestre qui est avec nous fait ouvrir les portes gratuitement (ce qui est la première fois depuis le début de notre voyage). Jusque là tout va bien sauf en ce qui concerne la réaction des gardes, plutôt mitigé entre la joie et le "bordel de m*%$e".
D’ailleurs Paul le type de 2 mètres de l'accueil nous le fais bien comprendre. Et il nous précise bien que c'est plus du côté du "bordel de m*%$e" qu'il penche. Mais comme c'est pas mon problème je fais guère gaffe.

Petite parenthèse, même le gnome et le demi elfe n'ont pas eu a payer pour entrer. Effrayant.

Arrivé chez ce bon Mestre, un bonne grosse masure qui vos son pesant, on fait la connaissance de ses sbyres qui son d'ailleurs très aimant de leur maitre. Trop aimant serait plus juste même. Après nous avoir remercier rapido, il nous vire avec le sourire et on décide donc d'aller a la taverne et de ce ravitailler jusqu'au lendemain ou il nous donnera notre dû afin qu'on puisse quitter cette ville.

Les mercenaires nous font leur adieu et ce barre de la ville aussi vite qu'ils sont venu. Comme je les envie... mais bon.

On arrive a la taverne, le Paul (c'est le garde de l'entrée) toujours sur nos basques s'assoit a la table d'à côté.


Croquis du nom de "Paul"

A peine on a le temps de boire un verre et de commander a manger qu'un mec qui sent le bifton rentre dans la taverne en demandant a rencontrer les mercenaires qui on ramener le mestre et c'est donc Paul qui nous désigne de la façon la plus nonchalante qui soit. Quel enfoiré.

Bon bref on mange et le mec ce tire en nous donnant rendez vous chez lui ce soir pour nous proposer un travail rémunéré. Après qu'il soit partis, notre très cher ami Maximilien décide d'ouvrir la missive cachetée qui était destinée au Mestre et qu'il avait omis de lui donner. Manchot et Lyria prennent conger de nous et partent ce coucher ce qui nous fait partir, Max, Tom, le gnome et moi chez le type riche qui c'est d’ailleurs présenté comme le maire de la ville. Même pas deux heures qu'on est arrivé et on a le Maire et le Mestre a la bonne c'est il pas beau ça ?

Donc arrivé chez le maire, je retiens rapidement le mot "château", "épée", "Ouest" et "richesse". Et après ses explications longue il dis qu'il nous échange l'épée contre un livre de magie écrit en Elfe. Un bon deal ! Et donc on accepte sans ce rappeler que aujourd'hui on est dimanche soir et que demain c'est LUNDI !

Notre Lundi commence donc avec notre visite en matinée chez le Mestre afin de recevoir notre récompense et notre renvoi aussitôt par le garde de la bagarre. "Il vous rencontrera en début d'après midi a la taverne, qu'il nous dit"

Donc beh on a passer notre matinée a la taverne, le Mestre ce ramène et nous donne 10 deniers a chacun. La lettre ouverte la veille au soir parlait de 30 deniers chacun. Et donc notre amis Max donna la lettre décacheté au Mestre qui la lu avec attention avant de nous dire "C'est quoi ça? Les sages n'envoie que des missives cachetée !  Vous essayez de m'arnaquer ou quoi ?"
S'en suivi une discutions houleuse entre Maximilien et le Mestre qui ce clôtura par la victoire du Mestre, ainsi que la promesse intérieure de Max de lui faire bouffer ses genoux avant notre départ d' Ergo. Paul, Maximilien, le gnome, Tom le brigand et moi même décidèrent donc qu'il était temps de partir a la recherche de l'épée.

Comme a son habitude et grace a ses capacités a voir dans la cendre, le gnome passa devant et on fini par arriver a un chateau qui paye pas de mine. "Il y a un passage secret dans l'écurie pour rentrer dans le château d'après le maire. On va fouiller !

Et donc, a tout les cinq et grace au gnôme, on finit par trouver une grille caché. Max, au même moment, trouve un bouton pression en y marchant de toute sa lourdeur dessus, ce qui referma les lourdes portes de la grange et activa l'ouverture de la grille ainsi que d'un autre grille qui ce trouvait certainement un peu plus loin dans le batiment.

Et bien sur, des cris rauques et soutenu survenirent des passage et une multitude d'infectieux ce déversa dans la salle. le combat fit rage avec d'un côté, les deux combattant Paul et Max d'un côté et personne de l'autre si ce n'est moi qui décida de s'approcher pour voir si des infectueux en sortirais. Et il en sortis 4 d'un coup qui courait a toute jambe dans ma direction. N'écoutant que mon courage, je m'enfuis en direction de l’échelle pour l'étage, au talon de Tom et du gnome, qui lui était déjà monté dans la panique et avait armer son arbalète. C'est a ce moment qu'il désigna une cible qui restera un mystère pour tous et qu'il envoya un carreau d'arbalète directement dans l'épaule de Tom qui arrivait juste a monter a l'échelle. Les deux guerriers comprirent qu'il fallait ce barrer pour rester vivant montèrent sur des caisses en bois et des mottes de foins pour ce mettre a l'abris. Maximilien devait douiller vu la griffure qu'il avait au bras.


Croquis nommé : Maximilien et son épée qui brille

Les infectieux s'arrêtèrent d'un coup a crier et un vampire sortit de la pénombre. C'est lui qui les contrôlait. Ce vampire, que j'ai surnommé Vlad, décida de nous féliciter d'être encore en vie. On eu tous un moment d'absence, il faut l'avouer. Il nous offris deux solutions. Il décida de nous proposer de partir en quête d'un objet dont il a besoin et donc de racheter nos vie, ou encore il décida de nous proposer de rejoindre son armée sous l'état de cadavre purulent d'asticots. Après 5 minutes de réflexions, nous décidâmes de suivre la quête de Vlad. Il demanda en retour un gage de bonne fois sous la forme d'objet cher pour nous. En nous sondant a Paul, Tom et moi il compris qu'il n'y avait rien de valeur et donc il pris la chevalière de Maximilien et le pendentif de ce pauvre gnome. Et c'est décidé qu'on partis chercher l'objet de Vlad dans une grotte non loin. dans les couloirs, nous fîmes la rencontre courte mais du moins intéressante de cadavre mort vivant. Ils sont comme les infectieux mais beaucoup moins vifs. Nous continuâmes donc nos investigations et nous tombâmes sur une partie de la grotte plus que louche. Alors déjà la statue a l'entrée c'est louche. Les deux squelette en armes complètes c'est louche mais là c'est pire que tout : un salle énorme dont le fond est remplis d'ossement et ou une plate forme sort du centre avec un passage pour rejoindre les couloir du haut, les couloirs où nous sommes d’ailleurs. Dans le fond de la grotte, un énorme squelette en forme de Dragon s'étendait de tout son long. Il était superbe et ressemblait vraiment a l'idée que j'avais d'un Dragon. Après réflexion poussive. Tom le brigand ce désigna pour récupérer l'objet demandé par Vlad que l'on pouvait voir au fin fond sur un autel au centre de la grotte. Maximilien et Paul sécurisait le couloir entre la salle principale et le couloir du haut et nous on servait de guet dans le couloir supérieur, le couloir le plus proche de la sortie.
La meilleure place je pensais au début... puis je me suis souvenu qu'on était lundi.

On aperçu le voleur s'emparer de l'objet tout en contrebat et il courut aussi vite que possible vers le retour. Des bruits de mêlée s'entendirent depuis le salle ou attendait Paul et Max ce qui voulait ire qu'il avaient des ennuis. Un "On dégage" ce fit entendre avec résonance dans la grotte de la part de Tom et aperçue, au niveau des yeux du squelette Dragon une lumière rouge, et la type ce mit a bouger. Écoutant mon instinct, je balança une boule de feu sur le crâne qui ce fixa sur moi. "Ah ça fonctionne il verra pas Tom !" me dis-je avant de me faire percuter par une énorme onde de choc qui eu pour effet de me faire tomber dans l'inconscience. A mon réveil, mes oreilles me lançais un bruit assourdissant. J'ai pu distinguer la silhouette du gnome au sol et inconsciente et quand j'ai regarder sur les côtés, j'ai pu voir l'énorme crâne du dragon a 10 mètres , les yeux rouge fixé sur moi. Il commença a prendre de l'élan et quand je compris ses intentions il fut trop tard. Sa tête percuta mon corps et celui du gnome et nous envoyer s'écraser sur le mur de derrière. J'ai pu sentir quelques côtes ce briser en percutant le mur. Le gnome partit comme il peut vers la sortie et moi sur ses talons. Max, Tom et Paul s'affichèrent de l'autre côté du couloir. Pendant ce temps le Dragon prépara une sorte de boule d’énergie. Me disant que c'était le moment ou jamais je lança une des boules de feu les plus puissantes que je puisse faire dans la direction de la boule d’énergie du Dragon ce qui l’exposa et la créature euh un moyen distrait. Je courus dans la direction de la sortie sans me retourner, les autres derrière moi. Le gnome faisait face a deux squelettes humain vivant et un m’empêchait de rejoindre la sortis, et donc je le dégomma a grand coup de sortilège pyrotechnique et pris l'ouverture qui me laissa afin de m’enfuir. Seul Maximilien, Tom et Paul sortirent de la grotte, notre pauvre compagnon avait dû succomber a l'attaque des deux squelettes.


Portrait du gnome

Nous retournâmes donc voir Vlad dans son château et il tenu sa promesse en nous rendant les objets et il nous laissa la vie sauve.

Au retour du village, on alla a la taverne nous reposer et réfléchir a quoi faire pour le maire qui nous avait tout simplement piéger.
Après la nuit extrêmement difficile nous partîmes tout les cinq... quatre voir le maire. la conversation fut mouvementé et le maire finit par tomber par terre, la gorge tranchée par le katana de Maximilien.

Nous furent tous envoyer en cellule avec le majordome du maire que Maximilien avait soigneusement accusé du meurtre de son maître. Le capitaine de la garde fut convaincu tant par le bluff de Maximilien que par la prise de position de Paul, un de ses adjoints et donc nous fîmes libérés.

"Fin de l'extrait du Journal sans nom."
_________________


Chuck Norris approuve Kriv'.


Revenir en haut
MSN
Gorath
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 3 150
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Talislanta, Planescape, Plagues, Donjons Louforcs, Maléfices, Cthulhu, Vampire
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 18/01/2014, 18:10    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Okay

C'est en écrivant le lendemain qu'on fait les meilleurs rapports !
Merci, beau boulot.
_________________


Revenir en haut
Kriv'
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2008
Messages: 869
Localisation: Pas loin
Jeux maîtrisés: Kinito, Bizkit, Battle Drink, Roulette russe, Rouge et noir, Zombois.
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 18/01/2014, 22:29    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits Répondre en citant

Je n'ai pas eu le temps de relire encore je ferait p't'être quelques retouche mais je pense avoir toucher l'essentiel !
_________________


Chuck Norris approuve Kriv'.


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:25    Sujet du message: [ Rapport ] Vous mourrez, mais pas vos récits

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> Nos Campagnes -> Les Autres Rôles -> Plagues Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com