Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Rapport] Campagne Repose sans Paix

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Warhammer V1
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DarkCrow
Membres d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2008
Messages: 2 471
Localisation: Fleurance
Jeux maîtrisés: Jeux de rôle, Star Wars, le Hockey
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 20/10/2013, 10:23    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Voilà pour les rapports de partie vous pouvez les poster ici ^^
_________________
Dark Crow dit Petit corbeau de la nuit
Dit aussi Face (de) Book pour d'autre
Bibard Anonymes à ses heures Perdus...
Commence à se faire appeler Rodolphe allez Comprendre...


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: 20/10/2013, 10:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
erazius
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 23/10/2013, 17:13    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

  Je me nomme Gretel. Je suis une mère de famille mais je me suis récemment reconvertie en chasseuse de primes. Certains me décrivent comme asociale. C'est faux. C'est juste que je n'aime pas parler aux abrutis. Et comme je n'ai encore croisé personne d’assez intelligent pour sortir de cette catégorie, je ne parle pas beaucoup.
  Je me suis récemment rendue en ville pour voir si des avis de recherche avaient été publiés. Comme je n'en ai vu aucun au bureau des patrouilleurs de ce village de bouseux, j'ai donc décidé de me rendre à la ville suivante. Mais on m'informa qu'il fallait un jour et demi de route pour s'y rendre. Je me rendis donc à l'auberge afin de prendre quelques vivres. Mon défunt père adoptif m'avait décrit ce genre d'endroit comme étant plein de vie, avec une ambiance chaleureuse et possibilité de trouver des personnes de qualité pour passer une bonne soirée. 
  Soit je ne suis pas entré dans la bonne auberge, soit nous n'avions pas les même valeurs. Il n'y avait quasiment personne dans cette salle. Mise à part une dizaine de péquenots, j'ai remarqué un guerrier en cote de maille et portant une hache à deux mains dans le dos ainsi qu'une épée à la ceinture. Il m'a donné l'impression d'aimer se battre. Peut être un peu trop. Le combat ne devrait être utilisé que comme moyen de survivre ou de gagner sa vie. Enfin bref, ce n'était pas lui qui m'intéressait, mais l'aubergiste.
  Après le minimum de phrases nécessaires, je lui ai acheté des vivres pour une semaine et appris que marchand itinérant du nom de Gilbert cherchait une escorte pour aller à la prochaine ville. Je m'étais à peine retournée que le guerrier parlait à l'aubergiste pour en savoir plus sur ce marchand. Sans l'attendre, je me suis rendue à l'endroit qui m'avait été indiqué et trouvis la personne recherchée. Je me suis présentée en quelques mots et il a accepté que nous fassions la route ensemble. Quand le guerrier nous a enfin rejoint, nous avons pris la route à bord de la charrette de Gilbert.
  A part le marchand et le guerrier, un certain Achokan, il y avait un type bizarre. Frédérik. Il avait de longs cheveux argentés mal grès son jeune âge, il était vêtu d'une robe que je suppose être pour homme, il portait un gros sac en bandoulière et il tenait dans sa main un bâton sculpté à effigie d'un animal. Chose que j'ai cependant apprécié immédiatement chez lui, c'est qu'il n'échangeait quasiment aucune parole avec le guerrier assis à côté de lui et qui semblait vouloir se faire un nouvel ami. Bien qu'aucune lueur d'intelligence supérieure ne brille dans leurs yeux, Frédérik savait la fermer.
  Pas comme l'espèce de nabot qui était assis juste à côté de moi. Derek le Hobbit était en effet le dernier membre de notre groupe. Il semblait légèrement plus éveillé que ses collègues mais aussi nettement plus bavard. Quasiment inépuisable. Les seuls moments ou il cessait de remplir mes oreilles de paroles aussi futiles que fatigantes, c'étaient pour reprendre son souffle. Mais cela durait hélas trop peu de temps. J'ai donc profité d'un moment où il a adressé la parole à Gilbert pour sauter hors de la charrette, m'en éloigner de quelques pas et la suivre en courant afin de ne pas être trop distancé. Courir m'a fait du bien. Cela m'a permis de me défouler. Une fois calmée, je suis remontée m'asseoir mais à côté de Gilbert cette fois, sur le banc de pilotage. Hélas, Derek et revenu à la charge et a recommencé à me soûler de paroles.
  L'heure de la pause de midi est arrivé et nous nous sommes arrêtés pour manger. Nous sommes repartis sous la pluie et j'ai découvert qu'il y avait pire que d'entendre le Hobbit parler sans cesse. L'entendre parler sans cesse sous un orage.Un peu plus loin, la charrette a stoppée brutalement quand elle s'est enlisée. nous sommes descendus voir ce que l'on pouvait y faire et c'est là que nous avons entendu le son. C'était la première fois que j'entendais un chant aussi doux. La preuve que les autres n'y connaissent rien en beauté dont la nature est capable, c'est qu'ils se sont mis à avoir peur. 
  Derek a couru se percher dans un arbre pour voir d'où cela pouvait provenir tandis que Achokan saisissait sa hache et que Frédérik se cachait derrière la charrette. Gibert essayait de sortir la roue de l'ornière qui l'immobilisait. Derek nous cria qu'il y avait du mouvement qui se rapprochait de nous depuis plusieurs directions différentes. Alors que le guerrier s'est mit devant la charrette, moi je suis montée sur les sacs et j'ai saisis mon arc que j'ai armé. Surgissant d'un buisson, un homme aux yeux d'escargot s'est avancé vers moi. Il me fallut deux flèches pour en venir à bout. Durant ce temps j’entendis hurler Gilbert. Une fois le monstre mort, je me suis retournée et j'ai vu le corps sans vie de Gilbert à moitié dévoré. Son agresseur, une espèce de chien bizarre reniflait l'air en direction de la forêt. Non loin de lui un autre humain mutant dormait à côté d'un oreiller reposant sur le sol. Comme Frédérik n'était plus à sa cachette, je supposais que le suivant à figurer sur le menu du clébard était lui. J'ai donc décidé de l'aider.
  Ma première flèche à loupée la créature qui s'est retournée et m'a prise pour cible. J'ai juste eu le temps de lui blesser une patte avant de devoir me protéger de ses griffes. Sans la cote  de maille que je portais sous une chemise ample, la bête m'aurait gravement entaillée les chairs. Je me débattais aussi bien que je le pouvait quand un cri retenti. Le fauve se figea et tourna la tête. puis, soudainement, il est parti dans les bois avoisinant. En me redressant, je l'ai vu disparaître entre les les arbres juste avant le mutant qui dormait sur le sol un peu plus tôt.
  Frédérik sorti alors de derrière son arbre tandis que Achokan essuyait le sang de ses deux victimes sur les habits d'un humain à tête de taureau. Derek aussi revint. En boitant. Il affirma qu'il s'était débarrassé de son agresseur en lui sautant dessus depuis la branche sur laquelle il était monté. Je l'ai laissé se vanter et Frederik leur expliquer son choix de repli stratégique et je suis allé récupérer mes flèches.
  Une fois près, nous avons repris notre route et un éclair nous permis d’apercevoir une auberge un peu plus loin. Nous nous y sommes donc rendu et avons trouvé le portail du mur d'enceinte fermé à clé et barricadé à l'aide de planches clouées dessus. De là où nous étions nous pouvions voir à travers le rideau de pluie une écurie sur la gauche et un bateau sur la droite. Droit devant nous se trouvait l'auberge aperçue plus tôt. comme le mur n'était pas bien haut, nous sommes passés par-dessus et tandis que je regardais par les interstices des volets, Derek a tout simplement tapé à la porte.
  Les rires que j'avais entendu jusque là cessèrent brutalement. Puis un homme bedonnant vint nous ouvrir la porte. c'est d'un ton glacial qu'il nous demanda ce que l'on voulait. Et c'est sur le même ton qu'il nous informa qu'il était complet pour la nuit et qu'il voulait pas nous voir. Comme Derek a lourdement insisté, il fini par nous laisser entrer. Une fois à table il annonce même qu'il va nous apporter à manger. pendant qu'il est occupé dans la cuisine, nous faisons la connaissance d'un patrouilleur qui a décidé également de passer la nuit ici. Quand l'un de nous s’étonne de ne voir personne dans la salle alors que l'aubergiste annonçait qu'il était complet, il nous fut répondu que vu l'heure, tous les clients étaient couchés.
  L'aubergiste apporta une marmite et Achokan englouti sa part à peine son assiette remplie. Derek, qui semblait si connaître en cuisine, nous signala qu'il y avait un truc bizarre avec l'odeur. Un peu comme si quelqu’un avait rajouté un truc dedans. Nous décidons donc de manger nos propres vivres. Puis l'aubergiste nous indique le dortoir pour passer la nuit. A peine sommes nous tous entré dans la grande pièce que la porte se referme derrière nous et que l'aubergiste tourne la clé dans la serrure.
  C'est en baillant à s'en décrocher la mâchoire, que Achokan se dirige vers la couche la plus proche. Il ne fait plus aucun doute que le repas était drogué. Je décide donc de bloquer la porte à l'aide d'une chaise et de prendre le premier tour de garde.Comme il ne se passe rien durant mon tour et que personne ne peut entrer par la fenêtre vu qu'elle donne directement sur la rivière en crue, je suis allé réveiller Derek pour qu'il prenne la relève. Puis je me suis couché à mon tour.
  Je crois que je n'ai pas dut dormir plus d'un quart d'heure avant que Derek ne nous réveille. Il nous appris qu'il avait escaladé le mur extérieur jusqu'au toit et que de là, il vit l'aubergiste revenir des écuries avec un homme dont les jambes étaient des pattes d’araignées.
  Nous décidâmes donc de sortir de cette pièce et Frédérik se rendit utile pour la première fois depuis notre rencontre. Il sortit d'une de ses poches, une grosse clé en fer. Il la serra entre ses deux mains jointes et prononça des trucs que je ne comprends pas. Une lueur apparut brièvement avant de s'éteindre. Puis il enfonça la clef dans la serrure et la tourna. La porte s'ouvrit sans difficulté. Une fois de retour dans la grande salle, nous entendîmes des voix provenir d'une trappe située derrière le comptoir. Nous décidâmes de la bloquer avec des caisses et sortîmes en direction des écuries. En ouvrant la porte du bâtiment, Achokan fut bousculé par les chevaux qui s’échappèrent de l'endroit. Heureusement, cela ne blessa pas notre guerrier. A l'intérieur nous trouvâmes un reste de carcasse de cheval. Repensant à l'homme aux pattes d'araignée, nous décidâmes de prendre le bateau pour repartir. Pour cela, nous avons longé l'auberge. C'était une mauvaise idée. Car alors que nous approchions de la porte principale, cette dernière vola en éclats, libérant le passage à un monstre. 
  Il ressemblait à un serpent de un mètre de haut avec deux bras couverts de ventouse et se terminant par d’énormes griffes. La peau de ce démon étant rose, c'est peut être cette touche de ridicule qui ne me paralysa pas. Voyant que mes compagnons de voyage restaient plantés là sans réaction, je dégainis mon épée et fonça vers le monstre. Il me frappa violemment au bras. Gravement blessée, je tombai au sol et lâchai mon épée. Je vis alors Derek lui envoyer un projectile directement dans son œil unique à l'aide d'une fronde. Je profite de cette diversion pour lancer mon filet de capture sur la créature qui fini immobilisée. Frédérik essai de lancer un sort de sommeil mais échoue. Achokan frappe à son tour le démon avec son épée mais ne réussit qu'à trancher mon filet. L'incapable. La bête, de nouveau libre d'agir, frappe violemment Achokan qui pare avec son bras gauche. Sous mes yeux étonnés, je vois un bouclier déchirer sa manche et le protéger du coup. Derek atteint la chose avec un nouveau projectile et la fait disparaître dans un petit nuage de fumé rose. Mais deux créatures identiques la remplacent. Identiques mais plus petites et de couleur bleue.
  N'écoutant que son courage devant cette nouvelle apparition, Frédérik fuit une nouvelle fois le combat. Le lâche. Achokan se débarrasse des deux montres rapidement. Heureusement, car Derek a complètement loupé son dernier tir et me blesse au seul bras que j'ai encore de valide. L'abruti.
  Une fois que le calme est revenu, nous retournons dans l'auberge. Tandis que Derek et Achokan descendent par la trappe pour voir s'il reste des survivants, j'en profite pour m'asseoir à une table et me faire des bandages de fortune avec ce que je trouve comme tissu. Peu après, ils remontèrent en tenant un coffret contenant de l'or et m'informèrent qu'en bas tous étaient morts mais que le patrouilleur était abscent des victimes. Je descendit donc à mon tour pour trouver un éventuel passage secret qui leur aurait échappé.
  En bas de l'échelle, je vis une salle servant d’entrepôt et une porte entre ouverte donnant sur une autre pièce.je pris la décision de commencer par celle là. Je ne mis pas longtemps à trouver ce que je cherchais. Mais à peine la paroi eut elle coulissée pour ouvrir le passage, qu'un homme avec un crâne à vif à la place d'une tête normale m’asséna un violent coup qui m’assomma. A mon réveil, j'appris que Frédérik était revenu gravement blessé de son échappée vers la charrette et que tous trois avaient gentiment laissé partir monsieur tête de squelette sans réagir. Quelle bande d'incapables. Pas un pour rattraper les autres.
  Dérek venait de finir de me donner ma par de l'or trouvé dans le coffret quand une troupe de patrouilleurs arriva. Je laissais les trois zigotos se charger de tout expliquer aux nouveaux venus tandis que je m'affalais sur une chaise. Plus tard, une fois les explications terminées, les patrouilleurs ne ramenèrent en ville où je pris la direction du docteur le plus proche.


Revenir en haut
Yann
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 28/02/2014, 19:36    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Suite aux quelques renseignements que nous avons pue apporter, les Patrouilleurs nous donnent rendez-vous à Volgen et embarquent la fille, vue qu'elle est trop mal en point pour nous suivre. Ils nous mettent en garde avant de partir sur une rumeur qui circule comme quoi la forêt serai hanté. Toujours dans la nuit, on arrive à un temple dédié à Thal, dieu de la nature à ce qui me semble et décidons de faire fit de la mise en garde des Patrouilleurs afin de nous abriter pour la fin de nuit. C'est alors que nous somme hélé par une silhouette dans la forêt. Il s'agit d'un fantôme amnésique qui ce présente sous le nom de Johann, seul souvenir qu'il lui reste de son vivant, portant des vêtements de Patrouilleur et fraîchement amputé d'une main. Il nous demande de l'aider à trouver le repos qu'il mérite en retrouvant son corps, avant de disparaître au beau milieu d'une phrase.
Au matin, en sortant de la forêt on rencontre Emmaretta, une femme qui voyage seule, ce dirigeant vers la même ville que nous pour payer la caution de son compagnon Klaus. On fait la fin de la route avec elle et en discutant, on apprend que son compagnon est accusé à tors de vol de nourriture par un fermier de la région. On arrive en ville le soir et on se sépare pour ce faire recoudre Achokan et moi, pendant que Derek accompagne Emmaretta jusqu'au poste de .
Le lendemain, on retrouve Derek et recroisons la femme de la veille, furieuse que les gardes aient augmenté le prix de la caution. On se met à l'écart pour en discuter, mais on est interrompu par l'apparition de Johann qui fini ça phrase de l'avant veille. Emmaretta le reconnaît et le traite de tous les noms d'oiseaux qu'elle connaît et nous apprend que c'est le chasseur de prime qui à capturé Klaus, mais elle se calme quand elle s'aspersoir que ce n'est plus qu'un fantôme. Le pauvre défunt s’excuse de son comportement et lui dit qu'il est amnésique.
Nous les laissons discuter et allons faire notre rapport aux gardes sur les agissements des Homme-bête, puits retournons les voir afin d’échafauder un plant pour libérer Klaus. Le but est simple, Johann rentre dans la caserne pour mettre le chaos, pendant que nous rentrons et que j'ouvre la porte de la cellule avec un sort, pour enfin ressortir au plus vite et de quitter la ville, direction le temple de Thal.
La-bas, après que le plant se soit déroulé sans accroc, Klaus et Emmaretta décident de nous aider à retrouver le corps de Johann et se transforment en gros chat, à fin de renifler la piste du défunt.
On remonte alors jusqu'à "notre" auberge détruite puis on part vers le Nord-Est pour enfin atteindre un camp déserté où on trouve la main de Johann qui porte une bague en bronze cachant une petite lame avec l’inscription "Wfgng Kgfschrbr, Volgen" et une petite loupe. Le reste du corps n'est pas là.
On retourne donc à Volgen chercher un orfèvre qui pourrait nous renseigner sur l'inscription de la bague. Ils nous réoriente vers l'auberge Mistoufen, où l'aubergiste, Uwe, dit que les lettres inscrites lui font penser à Wolfgang Kugelfschreiber, un fou qui habite à "Der Geflougelsalat", la maison des fous, qui se trouve au bord du fleuve.
A notre arrivé, Wolfgang nous prend pour des personnes qui viennent pour une quelconque annonce de travail et nous accueille à bras ouverts. Le travail étant seulement de les protéger lui et sont assistent Grogar Pittiné, et la prime s'élevant à 100 couronnes d'or par tête, nous acceptons le marché. De toute manière, l'inventeur fou nous dit ne pas se rappeler grand chose au sujet de Johann, mais des détailles pourraient lui revenir.
La nuit n'est pas de tout repos, car un individu c'est infiltré dans le manoir probablement pour voler des plants ou de l'argent. Probablement, car il est mort en chutant du toi après avoir pris feu, avant de nous avoir révélé quoi que ce soit. Wolfgang nous dit alors avoirs récemment était racketter chez lui, par des brigands et que lorsqu'il avais était se plaindre aux gardes, ceux-ci n'avais même pas levé le petit doigt pour trouver les coupables.
Le soir suivant, on reçoit la visite de six hommes masqués et armés qui demandent de l'argent contre nos vie. On accepte le marché car nous sommes en sous nombre et moins bien armé qu'eux, mais les filons une fois qu'ils sortent de la demeure. Filature qui nous mène tout droit à la garnison de la ville et se n'ai ni pour se rendre après leur méfait, ni pour attaquer les gardes. Derek nous propose alors de rester pour surveiller les gardes pendant qu'Achokan et moi retournons avertir l'inventeur de notre découverte. De retour au manoir, Wolfgang semble inquiet de la découverte et commence a regrouper ses affaires et nous dit qu'il faut partir dès ce soir. Et il avais raison car Derek arriva presque une heure après, tout essoufflé et en criant « Ils arrivent, ils arrivent ! » Wolfgang embarqua alors dans son "submersible" nous donnant rendez-vous "à l'auberge des trois plumes" et nous disant que des cadeaux nous attentaient sur la plate-forme de l'observatoire afin de nous échapper. Il fini en nous demandant de mettre le feu au barils de poudres pour faire une surprise au gardes, se que nous fîmes via une mèche. Mais pas le temps d'attendre le feu d'artifice que les garde étais déjà dans le jardin. Direction les étages pour accéder à l'observatoire où nous attendaient trois prototypes d'ailes planante. Nous eûmes juste le temps de décollé que les barils explosèrent au sous sol causant l'effondrement de la maison et la mort probables des gardes corrompus qui s'y trouvaient. Nous n'étions pas sortis d'affaire pour autant. En effet, ces créations volante était bien loin d'être facilement maniable par des non initiaient et Achokan s'écrasa très vite, avant même de sortir de l’enceinte de la ville. Personnellement, tout se passa très bien jusqu’à ce que j’essaie de tourner, où je failli tomber, mais je sus me rattraper juste à temps.
Nous nous retrouvâmes tous quelque minutes plus tard à l'extérieur de la ville, Achokan ayant réussi à sortir sans se faire voir par la garde, affairés à s'occuper de la maison de l'inventeur. Même notre compagnonne était là. Elle était d'apparence rétablie et nous cherchait lors ce qu'elle nous vit décoller et que le guerrier s'était écrasé.


Revenir en haut
Gorath
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2008
Messages: 3 142
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Talislanta, Planescape, Plagues, Donjons Louforcs, Maléfices, Cthulhu, Vampire
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 19/03/2014, 23:50    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Les meurtres de l'auberge des trois plumes : (l'histoire telle que Dereck la racontera à ses petits enfants au coin du feu)

Le groupe de héros était particulièrement bien équilibré : un guerrier lucide aux réflexes rapides comme l'éclair, un puissant magicien qui ne manquait pas de courage, une chasseuse aussi bavarde que pleine d'entrain, et un fier hobbit dont les talents de cuisinier égalaient ceux de Schrude die Gross.

Lors de leur périple, ils entrèrent dans une auberge bondée et à l'ambiance incroyable, un soir d'orage : c'était l'auberge des trois plumes. Le petit groupe s'installa à une table, et le hobbit partit passer commande. C'est ainsi qu'il apprit par une habile tournure de phrase que la Gravine Maria Ulrike Von Liebewitz d'Ambosstein, la cousine de la comtesse de Nuln en déplacement en direction de Kemperbad, était de séjour dans l'établissement. En faisant le tour des tables présentes, ils firent la connaissance de Bruno, le champion de la Gravine, qui enchainait les victoires au bras de fer. Le guerrier du petit groupe, trouvant le besoin de s'affirmer, partit le défier mais ne tint pas un instant contre la brute. Bruno demanda alors qui serait le suivant, et le silence se fit. Mais une voix s'éleva depuis le sol pour tenir tête au mastodonte : c'était le héros hobbit. Du haut de sa petite taille, il grimpa sur le tabouret et se prépara à affronter le champion. Le match commença et le hobbit surprit immédiatement Bruno en mettant presque d'entrée sa main au tapis, mais le gaillard, dont la main mesurait au moins trois fois celle de son adversaire, ne s'avoua pas vaincu. Il renversa aussitôt la partie en prenant l'avantage. Vinrent alors de longues minutes où les deux concurrents se tinrent tête. C'était probablement l’endurance qui ferait la différence, et Bruno avait clairement la meilleure... mais il échoua face au hobbit. Comment ? Tout simplement, le hobbit commença a raconter des blagues en pleine bataille, et profita d'un fou rire de son adversaire pour le vaincre. Et oui les enfants, l'esprit bien utilisé, est bien souvent supérieur à la force.

Quoi qu'il en soit, Bruno n'en voulut pas au hobbit de l'avoir vaincu, et ils devinrent de bons amis d'un soir. La soirée se déroula gaiement, et entre les arrivées de nouveaux voyageurs, et ceux qui étaient déjà dans l'établissement, les personnages eurent l'occasion de discuter avec pas mal de monde. Il y avait toutes les petites gens qui accompagnaient le convoi de la Gravine, mais aussi le personnel de l'auberge, et également un couple qui ne s'éternisa pas dans la grande salle. Trois prêtres de Mor arrivèrent avec un cercueil et prévinrent qu'ils feraient probablement un peu de bruit, mais qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Il y avait ce hobbit, bilbo, qui jouait aux carte avec un gnome, ou encore cette messagère très dégourdie qui but quelques verres avec nos héros. La Gravine descendit pour réprimander Bruno son champion, qui continuait ses parties de bras de fer, et ce dernier partit se coucher. Plus tard, il redescendit pour se saouler, mais fut une fois de plus attrapé par la noble qui le fit enfermer dans une chambre sous bonne garde.

C'est alors que les héros remarquèrent quelque chose de louche. Des pintes de bières, offertes à Bruno, ne manquèrent pas de donner des vertiges au guerrier du groupe qui se biturait avec le champion. Heureusement avait il bu modérément. Néanmoins, ce n'était pas le cas de Bruno. Quelqu'un cherchait à l'empoisonner, ou du moins l'endormir. Mais qui ? En s'interrogeant, les aventuriers virent s'enfuir à l'extérieur un serveur à l'air louche. Le rattraper fut impossible avec la tempête qui faisait rage dehors. Quelque chose se tramait, mais quoi ? Il paraissait probable qu'une personne protégée dans un château en temps normal, fusse visée par un complot, une tentative d'enlèvement ou pire : d'assassinat. Cette personne, c'était la Gravine, d'autant plus que son champion n'était plus apte à la protéger. Les héros décidèrent alors de se séparer pour quadriller l'auberge, et surveiller ce qu'il s'y tramait.

Plusieurs évènements perturbèrent la nuit des pensionnaires de l'établissement. Tout d'abord : les brutes. Des hommes armés et en colère firent irruption dans l'auberge, manquant de peu d'exploser la porte principale que le gérant avait bloquée. Ils étaient là pour casser la figure de l'homme du couple monté se coucher plus tôt. En effet, la femme était la fille de quelqu'un d'important, et cette union secrète leur était interdite. Aussi, pendant que le guerrier de nos héros, aidé des gardes de la Gravine, s'affairait à se battre avec les brutes, le hobbit décida de palier au pire, et d'aider les jeunes gens à fuir l'établissement. Une succession de cadavres furent découverts, d'autres cachés. Comme ce juriste qui accompagnait la noble : assassiné dans sa chambre. L'homme, particulièrement riche, possédait beaucoup d'or. Le hobbit qui tomba dessus n'hésita pas une seconde à récupérer ce qui ne servirait plus à un mort, et à le redistribuer équitablement avec ses compagnons. Pendant ce temps, le magicien enquêtait sur les prêtres : ces derniers semblaient louches, mais leurs explications crédibles pour quelqu'un qui n'y connait pas grand chose. A moment donné, un cri effrayant émana de leur chambre, si bien que nombreux furent ceux qui vinrent toquer à leur porte, dont l'aubergiste et nos héros. Ces derniers crurent apercevoir quatre personnes dans la chambre, alors qu'ils étaient sensés n'être que trois. Plus tard dans la soirée, les trois prêtres seront retrouvés morts. Imposture ? Assassinat ? Créature d'outre tombe qui s'est retournée contre ses maîtres ? Nul ne saura jamais ce qu'il s'est réellement passé dans cette chambre. Enfin, c'est lorsque le corps sans vie de Bruno fut retrouvé que les choses s'accélérèrent : la Gravine prit les choses en main. Le magicien du groupe d'aventuriers se vit accusé, car sa dague, volée, avait servi à tuer Bruno. La noble nomma le guerrier comme son nouveau champion, mais ceci était un stratagème de sa part. En effet, cette dernière alla voir les héros, et leur expliqua qu'elle était en conflit avec le baron Dammen Blatz. Ce dernier était probablement le commanditaire du meurtre de Bruno, mais aussi de plusieurs autres personnes accompagnant le convoi. Il fallait attraper l'assassin qui avait été envoyé, et la Gravine supposait que le tueur s'en prendrait à son nouveau champion avant la fin de la nuit. Les aventuriers se proposèrent d'attendre l'assassin dans la chambre de Bruno, et ce dernier mordit à l’hameçon sans parvenir à causer le moindre mal à nos fabuleux héros : il était bien au service du baron. La Gravine offrit au guerrier l'opportunité de devenir son champion, pour de vrai. Une élévation sociale attendait le combattant aguerri, mais ce dernier refusa afin de rester avec le groupe. Vous voyez les enfants, si elle est forte, ni le rang ni l'argent ne peuvent briser une amitié.

Un spectre apparut dans l'ombre, auprès des héros. C'était Johan, le fantôme qui les avait aidés lors d'une aventure précédente. Le magicien détenait la main de son cadavre. Cette dernière s'anima, sauta au sol, et se mit à tracer un cercle ! Mais ça les enfants, c'est une autre histoire...
_________________


Revenir en haut
raziel
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2013
Messages: 281
Localisation: tarbes
Masculin Poissons (20fev-20mar) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 29/10/2014, 11:11    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Le dialogue qui suis à été tenus par derek et grimm deux des plus gros buveurs que cette auberge ai jamais vues. Bien sûr, personne ne les a cru. 
  
  
-J’suis arrivé un matin dans une auberge miteuse, les lances brisées je crois, en compagnie d’un magicien, du hobbit ici présent. 
-Derek 
-quoi ? 
-Je m’appelle Derek 
- ouais ouais, bon j’en étais où ? Ah oui ! Donc j’arrive avec DEREK, et un foutu elfe ! *tape du poing sur la table* 
Arrivé là-bas, un couillon avec une lance à la place du pied, qu’il avait perdu en marchant sur un piège à loup, nous demande d’aller chercher un diamant spécial, la flamme bleue ou une connerie du genre. D’ailleurs comment y s’appelait le pecnaud ? 
-wolfgang kellorman. 
-Ah et j’ai failli oublier le 2nd couillon : amadeus von drakonsberg. Lui il voulait tout simplement la tête de la flèche noire. 
-Oui ! sur un plateau que j’ai toujours, regardez ! *sort le plateau d’argent* 
-HAHA ! Oui c’est vrai. Après on a bien dormi. 
-NON ! dans la nuit on à essayer de nous tuer avec cette bombe ! *sort la bombe* on à survécu parce qu’on est des professionnel ! 
-Alors le lendemain on est partit pour le château qui sert de repaire à la flèche noire. 
-Pourquoi ? 
-pour aller chercher la flamme bleue, car la légende veut que ce soit elle qui la détienne. 
-Hey mais ce n’est pas tout à fait ça et\... 
-CHUT ! C’est moi qui raconte !... alors on est partis au petit matin l’estomac dans les talons pour commencer notre mission. 
-Après un petit déjeuner bien mérité. 
-la ferme ! *regard noir* je disais donc, on est partit de bon matin pour le château, grand, sombre, lugubre… presque 2h après nous arrivons à destination : un grand arbre creux ou est caché un passage secret ! On s’engouffre dans ce passage secret et là, SURPRISE les flèches noires nous tombent dessus. 
-c’est des flèches peintes en noir ? 
-non, c’est des bandits ! Ils nous ont jeté dans un cachot en nous confisquant nos armes ! 
-ouais ! Après le magicien c’est rendu utile en ouvrant la cellule. On est sorti ; on a assommé les gardes et on est partit à l’assaut du château ! 
-oui, enfin… sauf toi. 
-quoi ? 
-ben oui ! y a un garde qui t’as presque coupé le bras droit, tu as perdu ton collier et t’est devenu fou ! 
-ah bon ? 
-oui ! t’as haché 5 gars comme si c’était du beurre et t’as essayé de tuer Frederik et l’elfe ! mais heureusement que MOI j’ai eu le courage de t’affronter et ai réussi à te calmer. 
-Whaaaa… trop cool ! 
-ouais, n’empêche qu’après j’étais crevé et j’avais un bras infirme ! Ah, faut bien avouer que j’ai galéré pour finir la journée. 
-ouais c’est l’elfe qui à tout fait ! il était trop bon, il les a tous eu avec son arc et\... 
-oui bon faut qu’il se rende utile lui aussi ! Enfin bref. 
-on à fini de monter le château et là l’elfe et le magicien ont décidé soudainement, sans raison de partir sur le chemin de ronde nous laissant monter, moi et grimm. 
-arrivé en haut, 3 bandits nous attendais ! j’ai réussi de justesse à éviter quelques flèches mais 2 d’entre elles me touchèrent à la jambe et à mon bras valide. 
-et tu t’es vautré comme une m\... 
-LA. FERME. Bref, l’elfe est arrivé et à réglé le problème des bandit et puis ils sont montés dans les quartiers de la flèche noire. 
-oui arrivé en haut il y a longramm qui a sauté sur frederik et qui lui a mis un couteau sous la gorge ! Mais frederik lui a donné un coup de tête et ils sont tous les deux tombés dans les escaliers ! Du coup on a pu discuter avec la flèche noire et parvenir à un accord : elle nous donne l’emplacement de la flamme bleue qui était tatoué sur son crâne et on lui laisse sa tête et on ne revient plus jamais ici ! on est sorti sans oublier de prendre grimm. Il se trouve que la flamme bleue était SOUS l’auberge « les lances brisées » ! alors on y est allé mais amadeus von drakonsberg, nous attendais et nous à proposer de nous « racheter » la flamme bleue. On à refuser, il est partit, point. 
-ouais, ensuite j’ai dû me trouver un médecin. 
-Frederik à trouver un médecin. 
-oui bon c’est pareil, hein ! 
- et ensuite on est venu ici, on peut vous le montrer ce diamant si vous voul\... 
-non, c’est frederik qui l’a pour éviter qu’on fasse ça justement !... 


.
ps: code couleurs; rouge: derek, vert: tierce personne (poivrot), blanc grimm
_________________
"Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme" alors laisse moi faire et tait toi!


Revenir en haut
Marcus Kyle
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 373
Localisation: montrejeau
Jeux maîtrisés: D&D 3.5, cthulu,+,+,+
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 29/10/2014, 13:54    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

raziel a écrit:
...
-ouais c’est l’elfe qui à tout fait ! il était trop bon, il les a tous eu avec son arc et\... 
....










t'as oublié le voyage en charrette au début, mais bon, c'es pas grave, je te pardonne. j'aime bien qu'on parle de moi comme ça 
Cool



_________________
Deux choses sont infinies: L'Univers et la stupidité humaine... et encore je suis pas sur de la première.
A. Einstein


Revenir en haut
raziel
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2013
Messages: 281
Localisation: tarbes
Masculin Poissons (20fev-20mar) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 29/10/2014, 14:49    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Disons que si j'ai fait intervenir dereck c'est pour qu'on parle de toi car sinon tu aurais été totalement snobé Rolling Eyes Et tu nous à toujours pas dit ton nom d'ailleurs ;-)
_________________
"Aussi étroit que soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme" alors laisse moi faire et tait toi!


Revenir en haut
DarkCrow
Membres d'honneur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2008
Messages: 2 471
Localisation: Fleurance
Jeux maîtrisés: Jeux de rôle, Star Wars, le Hockey
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 14/06/2015, 15:22    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix Répondre en citant

Voici ci-dessous le rapport de partie qu'il vous manque, je résume car je n'ai pas prise les notes (Marcus devais faire le rapport mais n'ayant sans doute pas pu le faire voici le rapport de votre MJ pour ainsi poster vos rapport de la dernière partie).

Voici environs 3 mois que vous n'êtes pas partie à l'aventure, les dernières missions vous ont fait comprendre qu'il vous faudrait ainsi vous préparer. Vous êtes donc tous partie à vos occupations. Le nain se faisait soigner, Frederik partie de son côté sans trop vous expliquer quoi que ce soit, Derek avait des emplettes à faire, Ashokan partie avec la baronne et notre Elfe reparti dans sa forêt, le RDV étant fixé 3 mois à l'auberge de Delberz "La Fraise Enchantée".

Le groupe se réunis donc au bout de 3 mois, le nain semblait rétabli même s’il avait une mine déconfite et une bourse bien vide. Frederik lui rentra avec une robe plus luxueuse que son ancienne (un changement avait du opéré), Derek lui semblait s’être construit une bonne notoriété et portait des vêtements luxueux et neufs. L’Elfe lui ne pouvait s’empêcher de rire ou sourire quand il regardait le nain (il nous raconta plus tard l’histoire du nain dans la fôret nu comme un vers et prisonnier ce qui fit rire l’assemblée). Puis Ashokan fit son entrée, une armure flambant neuve il semblait avoir bien réussit.

Une fois les retrouvailles faites ils sortirent donc chercher du travail sur la place. C’est là qu’un homme sortie en trombe d’une maison en habit de nuit en criant : «Au secours, quelqu’un, par pitié ! ». Il courut vers le groupe un côtés de son visage meurtri il vous dit : « Ils ont eu mon père…Ne les laissez pas l’emmener…Vite… » avant de pouvoir lui demander quoi que ce soit un bruit sourd retenti et l’homme s’écroula sur Derek, en lui crachant du sang sur ses nouveaux habits, un carreau d’Arbalète dans le dos.

Le temps de vous retourner vers la maison vous avez vu une silhouette s’y engouffrer. Après avoir libéré Derek vous êtes donc partie dans la maison et autour pour essayer de bloquer le tireur. Il été partie à l’étage un groupe ayant décidé de le suivre tandis que l’autre chercha des complices et le père de la victime au rez-de-chaussée. Des tonneaux tombés de l’escalier. Le fuyard redescendit ainsi et courut vers la cuisine. Vous avez finis par l’avoir et après une fouille de la maison vous avez découvrit une trappe, une agrafe de manteau décorative portant le symbole du Rat cornu (3 os qui se croisent formant un triangle pointé vers le bas), des cadavres, gourdins et autres…

Une fois dans la cave vous descendais par des échelons de fer rouillés pendant environ une dizaine de mètre pour atterrir dans un couloir grossièrement taillé dans la pierre. Vous pouvez voir deux trainés parallèles vous montrant que quelqu’un a été trainé, c’est donc ainsi que vous les suivirent. Les traces finissent devant un mur en maçonnerie lisse et humide. Une pierre dépassant du mur à un endroit avec un symbole dessus fût ainsi poussé par le nain et le passage s’ouvrit. Par la plus grande prudence le groupe passa la porte ne remarqua rien d’inquiétant à part qu’ils sont à priori dans ce qui semble être des égouts. Vous ne pouvez donc pas vous déplacer autrement qu’en file indienne le long d’un corridor et de l’eau (qui ne sent pas bon) qui coule dans les égouts. Au bout du couloir un corps humanoïde est étendu face contre terre, en le retournant pensant qu’il est mort c’est en fait une goule qui vous attaque. Vous la tuer rapidement et ainsi poursuivait votre progression. Une nouvelle porte secrète vous mène dans un couloir qui montent et en l’empruntant vous n’avait pas fait gaffe au fil métallique tendu dans le virage qui déclencha la sortie d’un gaz jaunâtre provenant du plafond. Une fois le gaz dispersé, des gardes arrivent mais ayant une bonne résistance vous réussissait tant bien que mal à combattre et tuer vos assaillants. En haut une salle qui semble être l’endroit où les gardes était garnie de table avec dés en os et des cartes. Juste derrière la salle une porte derrière laquelle se trouve les cellules, c’est là que vous avez fait la connaissance de Tigrati « La Flèche » Parvisch le gardien des geôles mais avec votre impressionnante façon de négocier avec lui de Derek il rentra dans sa cellule et vous l’enferma ainsi dedans.

Juste à côté de la salle de garde se trouve également une armurerie comprenant 5 épées, 6 dagues, 3 hachettes, 2 flasques d’huile, 2 briquets et 11 torches. Puis au nord un passage part dans l’obscurité avec une embouchure un peu plus loin sur la droite une pièce destiné d’oratoire avec une grande statue du Rat Cornu (2m40) 4 piliers de pierre lisse soutienne le plafond et un petit puits naturel est au centre de l’autel. En reprenant le couloir vous vous retrouvez face à 2 gardes Skavens où vous engagez le combat. Une fois débarrasser le nain part devant. S’engage alors un énorme combat contre des Skavens qui vous attaquent de toute part ainsi que des zombies (parmi lequel le corps de Johann) traversant un pont de corde au bout du couloir surplombant un gouffre de 7 mètre conduisant aux égouts.
Après avoir éliminé tant bien que mal vos assaillants (les survivants ayant préféré fuir) la main vous guidant de l’autre côté du pont ou il y a une entrée de tunnel donnant dans l’obscurité. Vous débouchez ainsi dans une énorme caverne naturelle qui est dominée par une sculpture du visage du Rat Cornu, taillée dans la pierre du mur nord. Le fond de la caverne est occupé par un bloc de granit taché de sang sur lequel est fixé un anneau de fer. La partie sud est vide, mis à part deux piliers qui soutiennent l’entrée du tunnel. Des torches au mur assurent l’éclairage. Vous trouvez Klauss (le père de la victime du début) attaché au bloc par une corde fixée d’un côté à ses poignets et de l’autre à l’anneau. Il est vêtu d’une robe blanche. Il est vivant mais trop faible pour réagir.

Vous le libérez et allez voir le corps de Johann nettement décomposé. C’est le moment d’ailleurs ou le fantôme de celui –ci vous réapparait content que son corps est enfin retrouvé. Il vous demande de l’emmener, ainsi que sa main jusqu’au cimetière voisin, en précisant que lui ira prévenir le Clerc de Morr comme ça vous aurez aucun soucis pour expliquer pourquoi le corps est en votre possession.
Il vous prévient aussi de la présence d’une porte secrète en vous indiquant qu’il y a quelque chose de froid et de désagréable de l’autre côté, ça sent la magie vous dit-il mais aussi un trésor, mais il ne peut en dire plus car il n’y est pas allé. Le corps fût rapporté et enterré, la cérémonie fût magnifique, Johann vous apparait une dernière fois ému d’avoir pu assister à la cérémonie. Il semble avoir trouvé la paix. En ramenant Klauss chez lui il a voulu vous offrir une récompense mais malheureusement il semble avoir été dépouillé (on se demande qui fouillé sa maison ^^). Bref vous apportez vos blessez le nain et Ashokan au temple de Shallya où ils pourront ainsi se faire soigner des blessures infectés dut au combat final. Les autres se séparent en attendant de tous se retrouver pour la suite de l’aventure.

_________________
Dark Crow dit Petit corbeau de la nuit
Dit aussi Face (de) Book pour d'autre
Bibard Anonymes à ses heures Perdus...
Commence à se faire appeler Rodolphe allez Comprendre...


Revenir en haut
MSN Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:42    Sujet du message: [Rapport] Campagne Repose sans Paix

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Warhammer V1 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com