Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Rapports]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Forgotten Realms
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Petit°Cœur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2008
Messages: 5 273
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Tous les J.D.R du Monde
Masculin Poissons (20fev-20mar) 猴 Singe
Joueur ou MJ: MJ

MessagePosté le: 01/07/2015, 20:27    Sujet du message: [Rapports] Répondre en citant

Ici à lire prochainement, les rapports de vos parties !
_________________
" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"

«Lythronax Argestes»


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 01/07/2015, 20:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archane
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 781
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Un certain nombre
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 猴 Singe
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 21/02/2016, 21:28    Sujet du message: [Rapports] Répondre en citant

Bonjour à toi voyageur, si tu lis ce texte c'est que quelque chose a mal tourné pour moi. Peut-être ai-je rejoins Kelemvor dans la Cité du Jugement, peut-être mon âme a été consumée et je suis parti rejoindre la Guerre de Sang des plans supérieurs. Ce livre est en fait une confession, celle d'un homme et de tous ses vices et faiblesses. J'aurais voulu être un homme meilleur, mais dame Fortune en a voulu autrement.

Une chose que la vie m'a appris, c'est qu'elle est éphémère.

Je suis né à Manshaka, ville costale de l'Empire du Calimshan. Ville pour les barbares, mais pour nous c'est plus un grand-village. Le vizier, Artouk Fanzir, est un grand commerçant et la ville est connue pour son négoce. Le jour ou je vis le monde en l'an de paix de 1360 est le 20 Kythorn, le solstice d'été en plein milieu du temps des fleurs.


Deux ans seulement s'étaient passés depuis la fin des Temps des Troubles, quand les dieux marchaient parmi les hommes. Mon père avait connu ces temps, des temps de pur chaos et de destruction. Il était un garde de la ville, un amlakkar. Nous avions un position sociale correcte et j'avais accès à l'éducation, mais je n'étais que le cadet de la famille, une famille de quatre fils et deux filles. Nahid, l'ainé, était aussi le plus fort et mon père le préférait toujours.

Je voulu être un truand, mais jamais je n'en eu la trempe. Mon meilleur ami d'enfance, Khalid, était un des fils de la famille el-Kahmir, tenante du crime local. Ils étaient une force de l'ordre du monde de l'ombre, régulant les marchés de lotus, d'alcool, de jeux d'argent et de la prostitution. Je ne me suis jamais senti aimé dans ma famille et ma première affection fut celle d'une prostituée. J'avais 12 ans, elle en avait 13. J'étais loin d'être son premier, mais elle me faisait croire que je comptais. Je ne sais pas maintenant si c'était authentique ou juste un masque, une relation client.

Je gagnais mon argent en faisant traductions et des transcriptions. J'ai toujours été doué pour l'écriture, mon plus grand talent peut-être (ndlr, le personnage écrit mieux que moi hein) et je dépensais l'argent avec Fatima en cachette. Grâce à Khalid j'appris l'argot des voleurs et comment parler à ce monde. Un jour, mon tuteur m'a dit avoir écrit à l'académie de Calimport, la capitale, et qu'il avait reçu une réponse favorable d'admission me concernant.

J'étais fou de joie à l'idée, et une partie de moi voulait rester pour Fatima. Mais je savais au fond de moi que je ne voulais pas vivre avec ce milieu du crime. Je voulais autre chose, un peu de pouvoir peut-être. Je saisis l'opportunité.

Calimport, la plus grande ville que je vis à ce jour, une des cités le plus glorieuses et riches de toute Toril. A l'académie, j'appris la magie. J'étais doué, pas le meilleur mais doué. Un jour, à fumer du lotus noir, je une pensée me vint à l'esprit. La fumée consume la matière et s'étend, pourquoi je ne puis pas faire faire le chemin inverse? Cette forme qui pousse à l'extension et la dilution qu'ils appellent l'Entropie, je voulais l'apprendre.

Très peu de magiciens veulent l'apprendre, c'est le chaos et par définition il n'est pas possible de le contrôler, mais c'est un excellent sujet d'étude. Bien qu'un peu maladroit, je n'ai jamais été vilain garçon, et j'ai vite retrouvé un compagne dans l'académie.

Sathi'a, c'était son nom. Elle ne fut point de Calimshan mais d'une autre nation, Zakhara. Si lointaine que même les marchands de l'Amn ni vont presque jamais, peut être encore moins accessible que le pays lointain de Maztica. Zakhara et Calimshan partagent beaucoup, mais leur panthéon est différent et surtout, Zakhara est un empire à l'échelle d'un continent.

Elle me parlait de cités entière faites d'airain et d'or, d'iles et de villes à dos de tortues géantes, et d'une richesse inimaginable. Nous fîmes des projets, une fois mon apprentissage fini, je voudrais partir avec elle la-bas, dans cette terre lointaine. Dame Tymora semblait me sourire. 


D'elle, j'appris la langue des génies. Son domaine de maîtrise était le contrôle de ces créatures élémentaires. Particulièrement dans son cas les génies de l'air, les Janns. Elle appartenait en effet à une caste de magicien n'existant que dans son pays, les Sha'ir, et elle vint à Calimshan pour un échange de connaissances soutenu par l'académie. Je crois que nos professeurs ne voyaient pas notre relation d'un très bon œil.






 




Ma vie bascula lors d'une expérience, j'invoqua un diablotin et tenta un sort de croissance sur le bestiaux. La magie entropique, aussi imprévisible qu'elle soit, me joua le plus mauvais tour. Je fis un hiatus, ce qui dans ma discipline peut avoir des effets désastreux. Le diablotin explosa littéralement et asperga notre professeur d'une nauséabonde substance ocre. D'autant plus dramatique que notre professeur portait la robe de son père, qui lui-même la tenait de son père et ainsi de suite. Je suis ridiculisé, les autres étudiants se moquent et le professeur est furieux d'autant qu'une odeur putrescente persiste, elle ne partira surement jamais.Ce sera mon dernier jour à l'académie, ne pouvant retourner à Manshaka je pris la décision de partir vers le nord. Sathi'a me fit un dernier cadeau, une œuvre d'art qu'elle avait de son pays natal. Plus tard j'appris qu'elle avait une valeur immense, suffisante pour que la vente de cet objet puisse subvenir à mes besoins pour le restant de mes jours.  
   
 
      
 
 
 

Suite à mes pérégrinations je m'installa dans l'Amn, dans la capitale: Atkhatla. Mes connaissances de la langue des voleurs firent que je puis gagner ma vie en faisant des traductions et des messages codés. Je pouvais vivre royalement, mais je voulu garder ce présent près de moi, ne jamais m'en séparer. Atkhatla est connue par les barbares pour être une grande ville, selon mes calculs, elle est quatre fois plus petite que Calimport.En raison de mes talents de traducteur et mes connaissances je fus admis dans la Guilde des Voleurs de l'Ombre, la guilde la plus puissante de Faérun, même si je n'ai jamais pris un bon poste. J'identifiais aussi objets et runes, une petite vie mais ça me suffisait. Un jour, un de mes contacts me propose un boulot: celui d'accompagner un marchand qui monte en toute discrétion une expédition pour soi-disant monter une affaire aux frontières de l'Anauroch. Ce projet en effet me semble aussi étrange, je ne le sens pas, mais le travail est simple. Il s'agit de l'accompagner et faire un rapport, rien de plus simple et ils ont même déjà réservé une place. Arrivé aux portes de la ville, au campement de la caravane, un maladroit page (auquel j'essaye d'inculquer quelques notions d'étiquette, sans succès) m'indique la direction de la tente du marchand et aussi qu'un conseil m'attend. Dans la salle, trois personnes:   
 
   
 
- El-Asta: le marchand en question, la tête rouge et le nez gonflé, un peu d'embonpoint.     
 
    
- Saldoran Gorst: un autre marchand, habillé de façon très élégante et portant une épée à sa hanche.
- Caran Rusdesre: un nain, en armure et chauve, portant une grande hache et une aussi grande barbe.

- Petro: un homme encapuchonné avec un arc dans le dos.


Au fond de la salle, un colosse aux cheveux longs et gras et portant une très grande épée à deux mains dans son dos. Un(e) autre colosse nous rejoint, un(e) demi-orque nommé(e) Ravine. Proche des deux mètres de haut, en armure complète...


La discussion est déjà assez animée, plusieurs chemins en effet s'offrent à nous. Il est possible de prendre un bateau (que je n'ai jamais vu bien qu'habitant près des docks) et de longer la côte des épées avant de bifurquer à Eauprofonde vers l'Est via la terre. El-Asta semble privilégier cette possibilité. Caran et Saldoran eux veulent passer vers l'Est directement, jusqu'au bois des serpents, avant de prendre le chemin du Nord.

Ne pouvons arriver à un consensus, la décision est soumise au vote. Ne pouvant donner de réponse tranchée, je rends ma décision aux dès (ce qui laisse mes confrères pantois). Dame Tymora me dit de prendre la voie des mers. El-Asta et le garde patibulaire (qui ne nous a pas donné son nom) eux aussi sont sur cette ligne. Saldoran, Caran, Petro et Ravine eux votent pour la voie terrestre, Ravine ayant déjà fait ce voyage.


Un dernier tour de visite pour nous présenter au reste de la caravane, composée de trois voitures. Ernest Brent est le maître de caravane et Merilil le cuisinier, avec qui je me lit d'amitié (malgré quelques maladresse). Cette homme connait son métier.


Je prends de temps en temps les rennes de ma voiture, ayant des connaissance d'équitation. Après plusieurs jours de voyage nous voici au Bois des Serpents après une escale à Eshpurta. Notre garde colosse part souvent en éclaireur avant la caravane et fait régulièrement des aller et retour, pour ma part je fais mon travail en conduisant ma voiture. Au bout d'un moment, il semble que notre garde a disparu, sans trace. Quelque chose ne va pas.


Un bruit sur ma gauche, les autres aussi l'on entendu et Ravine s'avance. D'un coup trois homme-cochons sortent des fourrés et se ruent vers la caravane, ça y est les ennuis commencent, je reconnais trois lycanthrope-phacochères. La boule de feu me démange mais avec Ravine dans ma ligne ce n'est pas une bonne idée. Je vois qu'elle essaye de faire un mouvement et de sauter hors du chemin, mais quelque chose ne va pas. Je ne sais pas ce qu'elle a voulu faire, mais ça ne ressemblait à rien, et elle se retrouve sur le dos les pattes en l'air.


Petro, qui est monté sur la voiture, tire avec son arc, j'ai envie de lui dire que sa flèche ne va rien faire mais trop tard, je commença mon incantation de nuage puant pour neutraliser les lycanthropes, j'en compte quatre maintenant dont un semble à terre.






 
  


 
   
 
Ravine, que j'ai pris(e) pour un sanglier garou se relève et frappe un cochon sur le groin. Ce dernier semble étourdi sous l'impact. Mon sort part, si le garou ne semble pas plus gêné Ravine elle commence à se plier en deux. De la caravane les marchands sortent et Caran tranche la tête d'un sanglier-garou d'un seul coup de hache. J'ai sur moi mon tromblon, mais pas utile contre ces monstres. Il vaut mieux que je me mette à couvert et laisse les autres faire. Je saute derrière la caravane, en passant tiens c'est curieux, je ne vois plus Petro.A peine les pieds à terre, que je me retrouve nez-à-groin avec un des lycanthropes en train de renifler sous la voiture, par les tripes de Gond ça sent mauvais ça.Heureusement Hernest se jette sur le lycanthrope, je me dis, il faut prendre de la distance sur la vie et lance mon sort de retraite expéditive. Laissons les s'étriper, ah si je vois Petro, sortir de sa cache sous la caravane. Voilà ce que le lycanthrope cherchait avant que je ne tombe nez-à-groin avec lui. Caran ne déçoit pas, un deuxième coup et le lycanthrope tombe, Petro lui tente de le tuer à la dague mais semble plus s'acharner sans trop de résultat. Ne restant qu'un lycanthrope, toujours là ou nous l'avions laissé, ne pouvant nous empêcher de remarquer qu'il a vomit sur Ravine. Nous attendons que le nuage se dissipe un peu puis tout le monde lui tombe dessus, ne lui laissant aucune chance.Notre garde à la sombre mine réapparait, avec une tête de sanglier dans la main. Bon, ce qui est fait n'est plus à refaire.Nous reprenons la route, passant par plusieurs hameaux et petites villes. J'apprends de Petro qu'il est un voleur indépendant, non affilié à la Guilde de l'Ombre. Je n'en sais pas plus sur lui.Nous nous arrêtons à Ilipur, ville côtière de la Mer Lunaire. Dans une auberge, je vois des danseuses, je me dis que ça va me détendre une soirée avec une fille. Je fais usage de mes talents pour négocier une nuit, c'est vraiment peu onéreux comparé à Calimport et Alkhatla. Je m'attends une nuit de détente, mais alors que j'allais commencé à m'amuser trois hommes rentre dans la chambre alors que nous sommes tous deux nus. Elle prend mes affaires et commence à fuir alors que les trois hommes me jètent contre le mur. Je vois une silhouette énorme de dessiner derrière eux, Ravine qui manifestement tombe à point nommé, et en prend deux (un dans chaque main). J'en profite pour ma lancer à la poursuite de la péripatéticienne qui se sauve avec mes affaires, et voit Petro qui l'a arrêté. Bien entendu je suis dans mon plus simple attirail. En bas, j'entends sifflés et cris... mince, c'est moi qui fait cet effet? Ah non, c'est pour elle.Bref, la soirée s'est finie avec quelques coups à boire, et un bon repas
_________________
"They misunderestimated me."

Dubya


Dernière édition par Archane le 27/02/2016, 08:52; édité 5 fois
Revenir en haut
Arganarion
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2010
Messages: 1 300
Localisation: laslades
Jeux maîtrisés: cinema, jeux videos
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 22/02/2016, 18:00    Sujet du message: [Rapports] Répondre en citant

Okay
_________________
Avoir des griffes n'est pas être lion.


Revenir en haut
Angelswar
Bureau

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juin 2013
Messages: 226
Jeux maîtrisés: Selon l'humeur
Masculin Balance (23sep-22oct) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 26/02/2016, 22:46    Sujet du message: [Rapports] Répondre en citant

Nice one !
_________________
" Car votre règne s’achève "


Revenir en haut
Archane
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 781
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Un certain nombre
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 猴 Singe
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 20/03/2016, 14:49    Sujet du message: [Rapports] Répondre en citant

Notre voyage continu, toujours à Imlipur nous faisons la connaissance d'Arctarus, manifestement un croisement d'humain et d'elfe. Les membres de la caravane nous le présentent comme le neveu d'El-Asta (à confirmer Angelswar, j'ai un doute dans mon bordel de notes).


Après ces présentation nous prenons finalement la voie des eaux pour aller à Suzail, capitale du Cormyr, royaume policé célèbre pour ses Chevaliers Dragons Pourpres, un ordre de guerrier faisant régner l'ordre et la loi. Voguant sur les flots de la Mare au Dragon nous aperçûmes un navire léger nous suivant. Montant sur le pont arrière je regarde avec une longue vue empruntée (sans sous-entendu) à un membre de l'équipage. Il me semble, mais je ne peux pas l'affirmer, reconnaître un marchand avec qui j'ai fait affaire à Imlipur, je lui ai acheté une baguette prodigieuse que j'ai instantanément reconnue, l'imbécile pensait qu'il s'agissait d'une vulgaire baguette ordinaire. J'espère qu'il ne vient pas remettre la vente en question, acheté, c'est acheté.


Pour l'instant le navire se contente de nous suivre, il ne fait aucun mouvement antagoniste ni ne fait montre de vouloir nous aborder.


Puis, un matelot cris, navire derrière nous... "quoi, le même?" me dis-je? En fait non, le navire léger s'est écarté pour laisser le chemin à un autre navire bien plus gros, je dirais une bonne cinquantaine de membres d'équipage et pavillon battant d'une maison noble d'Imlipur.


Le navire est un grand trois-mat et nous poursuit à grande vitesse, l'affrontement va être inévitable. Je me place sur le pont arrière, prêt à décocher une boule de feu aussitôt que possible sur un mat. 


Leurs archers ouvrent le tir mais manque de toucher qui que se soit, un échange de tir de baliste à lieu. Leur tir manque notre navire de peu mais par contre notre équipage fait mouche et le tir traverse la proue du navire ennemi. Les balistes se rechargent et le navire se rapproche un peu avec l'aide de rames maintenant. Petro et Arctarus me rejoignent armés d'arcs et de flèches enflammées. Petro décoche mais trop de vent fait dévier sa flèche. Arcturus lui glisse sur quelque chose, tombe à la renverse et décoche sa flèche sur notre propre voile.... Je décoche enfin ma boule de feu, ma boule de feu en croise une autre mais avec le vent et les trajectoires des navires les deux projectiles manquent leurs cibles. Ils ont aussi un mage... ça va être drôle.


Du mouvement du côté du troisième et plus petit navire qui se rapproche maintenant du plus gros, avec hommes en armes sur son pont. Ca va être une belle pagaille.


Arctarus est par terre, Petro continu de tirer ses flèches et je vois Ravine et Caran sauter sur le pont ennemi surement en quête d'une bonne bagarre. 


Je lance un sort expérimental que j'ai appris à l'école mais n'ai encore jamais sorti. Je change le cours des événements, Arctarus n'est jamais tombé en arrière et n'a jamais tiré sur notre propre voile. Il a décoché de superbes volées de flèches et touché les voiles ennemies. Il saute ensuite sur le pont pour protéger l'équipage car l'abordage semble imminent, un colosse en armure rouge sur le pont ennemi regarde vers ma direction et hurle "sale voleur, je vais te massacrer"... pourtant je n'ai volé!!!! Un marché est un marché et en plus ce ne sont même pas ses affaires!





Je vois des hommes sauter sur notre pont, tous n'y arrivent pas et certains finissent au fond de l'eau, Petro lui aussi tente de descendre sur le pont mais avec l'humidité il tombe à terre. Quand à moi, grâce à ma baguette prodigieuse je prépare une autre boule de feu en visant l'endroit ou notre baliste a touché. Dans le mille, belle explosion et bel incendie! 


Je compte cinq hommes de main qui finissent sur notre pont, le colosse en armure rouge lui n'est visible nulle part. De l'autre côté nous entendons explosions et hurlement, ça a l'air de rudement barder entre les deux autres navires. Avec deux hommes de mains juste à côté de moi et Petro à terre il faut réfléchir vite, je jette un sort de glisse juste aux pieds du plus éloigné des hommes, juste assez pour inclure les deux malandrins. Peut-être à cause de la tension, mon sort est exécuté à la perfection et très rapidement, une grosse tache d'huile apparaît juste sous leurs pieds. 


L'effet est immédiat, un des deux hommes tombe par terre et une sorte de lutte au sol commence entre lui et Petro, le second, le plus près de moi, arrive à se retenir au bastingage mais guère longtemps, sous les mouvements du navire il lâche prise et tombe à l'eau. Pendant que Petro transforme l'autre homme en chair à saucisse je me replace pour voir la situation au niveau du pont principal, deux attaquants sont en mauvaise posture mais un troisième semble tenir sa position face à trois marins désarmés. Je lance un sort de flèche acide et la aussi, son agonie sera brève. 


Le navire de nos assaillants est en miette, il ne va pas tarder à sombrer. Et tiens je vois Caran faire un saut magnifique et atterrir à la perfection sur notre pont. Je n'ai jamais vu un nain faire un bond pareil. Ravine tente de faire pareil mais elle tombe juste à l'endroit ou j'avais jeté mon sort de glisse, dérape et finie les pattes à l'air. Je suppose qu'ils sont à créditer pour la mort du colosse et du mage adverse. Le troisième navire lui ne semble pas être en bien meilleur état. 


Nous apprendrons que les deux navires avaient deux motivations bien différentes. Le navire noble était à la poursuite d'un voleur ayant pris une bague d'immense valeur à son propriétaire, un riche aristocrate d'Imlipur, alors que ce dernier était ivre. L'interrogatoire désigne directement Petro qui à l'honnêteté de ne pas nier. Le plus petit des navires n'était absolument pas là pour la baguette, ils disent que les caravanes cachent des objets de très grandes valeurs et qu'ils voulaient juste un bon butin.


Je ne suis pas rassuré, je voulais accéder à l'interrogatoire, éventuellement savoir ce qui a tant de valeur, mais je ne peux pas y accéder. Pire les partenaires me soupçonne maintenant d'être un espion (pas forcement à tord), de leur dire que je chronique le voyage pour des raisons de mémoire ne change rien. Je m'attends maintenant à ne pas me réveiller un matin. Arrivé à Suzail, à l'auberge je ferme la porte avec un sort de fermeture, comportement que je vais m'attacher à maintenir.


Nous reprenons la route rapidement et passons Arabel, dernière grande ville de notre périple et abordons maintenant des territoires moins connus, heureusement notre guide Actarus connait bien le chemin et est certain de la route.


Notre prochain arrêt est Tilverton, nous nous rapprochons d'Anauroch mais il faut d'abord traverser les Terres de Pierre et ce qui s'appelle la passe du Gnoll. La route est escarpée, les caravanes progressent lentement et le chemin est difficile. Plus le temps passe, plus je me dis que nous sommes perdus, et j'ai l'impression de ne pas être le seul à le croire. Nous traversons routes de montagnes et un bruit attire notre attention, une dizaine de grandes silhouettes vertes dévalent à flanc de montagne et se ruent vers notre caravane. A première vue, je pense qu'il s'agit de trolls. J'évalue rapidement les risques, une boule de feu je pense ne ferait pas trop de dégâts, je la lance au milieu des trolls.


Je commence à prononcer les mots des sorts, mais ils ne sortent pas correctement. Au lieu de dire "feu, brule mes ennemis" je dis "bave, pulvérise mes ennemis" (c'est ça le problème avec les langues anciennes). Pour partir, ça oui la boule de feu part. C'est un cataclysme et deux orques (en fait ce n'était en aucun cas des trolls) volent en flamme sous le souffle et passent comme des comètes par dessus la caravanes. A l'épicentre de l'explosion deux crapauds gigantesques dont un qui dévale la pente comme un énorme rocher. Surtout, je déclenche une pluie de rochers et de poussières, j'ai à peine le temps de voir un crapaud s'écraser contre ma roulotte que je me prend un rocher en pleine tête.


Ce qui suis est confus, des orques, des flèches, Arcturus qui découpe des orques avec une épée d'un style que je ne connais pas, deux orques qui continuent de dévaler la pente et moi qui n'y comprend rien. 


De retour au monde vivant, on me dit qu'un des crapauds a gobé un des orques voulant m'agresser, et j'ai instinctivement tiré avec mon tromblon sur l'autre. Ma roulotte a été endommagée par le crapaud, et les marchands sont très contrariés et me convoquent... je sens que demain je vais me réveiller quelque part à la cité du jugement.
_________________
"They misunderestimated me."

Dubya


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:35    Sujet du message: [Rapports]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Forgotten Realms Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com