Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Rapport] La mini campagne saison 2015-2016

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Valkyrie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lou Ainsel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 04/10/2015, 22:11    Sujet du message: [Rapport] La mini campagne saison 2015-2016 Répondre en citant


Acte 01 ▬ Départ pour Midgard : en route vers Kimaren !


« Je suis donc morte, hein ? Une vie entière à servir et protéger la lignée Otonashi (音無し)…Une vie sacrifiée par un honteux seigneur, indigne du passé du nom qu’il porte. Je pense que si, aujourd’hui, je revoyais ce « cher » Kurai (暗い) : il n’y aurait que peu de bienséance à notre dialogue.
Je pensais que la mort mettrait fin à tout, mais on m’a demandé si je voulais devenir un esprit guerrier. Un einherjar. Si cela peut me permettre de rendre son honneur à la lignée Otonashi, je ne peux qu’accepter. Moi, Misao Hakiri (操 刃錐), héritière de la lignée de samourai-onna Misao, accepterais de servir des dieux que je n’ai jamais priés.
En tout cas, j’ai décidé de rédiger un petit journal alors voilà. Autant commencer par le début : ma vie après la mort !

Car, il n'y a pas à dire : le monde des dieux c’est beau. Pourtant, les ruines ici et là ne laisse aucun doute quant à la vérité cachée. Les dieux ne sont plus. Les mortels sont sans guides célestes. Je savoure la tranquillité, d’une sieste bien agréable.
Miaaaaou. Je ronronne de plaisir, sur ma belle branche de pommier. Somnolant sans arrières pensées. Mais une sensation forte m’imprègne. Je suis appelée par celle nous offrant cette nouvelle vie. La chef des Valkyries : l’Aînée.

M’y rendant, m’étirant tel un chat, c’est dans les derniers que j’arrive. La ponctualité n’a jamais été mon fort, sauf lorsqu’il était question de protéger mon seigneur.
Ma naginata dans le dos, je suis la plus petite de tous. Pas difficile vous me direz, avec mon mètre quarante à peine ! Pour rigoler, je me poste juste à côté d’un homme bien costaud, de plus de deux mètres. Il a une hache assez grande aussi…Pour moi, tous ressemble à des Gaijin. Des Étrangers. Le Taiyotsuki reste un pays peu ouvert au niveau de ses frontières, mine de rien.

En tous les cas, le silence s’impose dans la salle du trône. Un lieu qui malgré des morceaux de pierres marqué par le combat et le temps : n’a rien perdu de sa magnificence.
Là, une belle femme à la longue chevelure de geais. Je ne saurais dire de quel pays elle semble native. Ses traits fins, sa présence écrasante, l’aura qu’elle dégage. Le mystique et la force emplissent l’air et nous font taire. Elle est, indubitablement, assez forte pour tous nous dominer sans un regard.
Ainsi, je sens mon souffle se couper un bref instant lorsqu’elle pose son regard sur nous. Nous portant attention.

Elle est bien l’aînée, et nous a réuni pour que l’on serve la valkyrie Mai Zin Yang. C’est une femme, Zanshi assurément, au physique agréable. Mais on voit de suite qu’elle est entre deux âges. Elle nous dira, plus tard, qu’elle a plus d’une trentaine d’année de ce qu’elle sait. Étant amnésique, suite à sa nouvelle condition divine. Son accent est assez délicat, horrible en fait, mais on s’y fait. Même si les mots « alcool » et « boisson » et « taverne » seront ce qu’on retiendra le plus d’elle.
On dit que je réclame toujours un peu de tranquillité pour une petite sieste…mais elle, c’est pire que moi je vous assure ! Je ne veux pas connaître l’état de son foie.

L’Aînée nous laisse le temps, de toute façon, pour faire connaissance. Notre destin, à tous les sept, seront liés. Ainsi, outre Mai-Zin-san…Il y aura donc Örn-san. Un géant des contrées du Nord de Markav Krigare. Imposant Paladin Noir, qui met autant en confiance qu’il fait peur. Pourtant, il n’est pas homme au faciès ingrat : si on aime le côté très viril et les grosses barbes.
Il y a ensuite le Mage de Bataille : Drangan-san. Il parle avec un accent des pays au Sud de Ramal Saxin selon ce qui se dit. Sa peau est d’un noir profond, et lui aussi affectionne les haches on dirait.
Nos présentations se poursuivent, nous révélant la belle Séréna-san. Belle, grande même si moins qu’Örn-san, blonde et au franc parlé redoutable. Une Maître d’Arme sûre d’elle, à l’imposante épée à deux mains et à la lourde armure. Je me sens vraiment petite à côté de tous ces gens vous savez ?
L’homme qui vient ensuite a la peau un peu basané, et des yeux rougeoyant. Il est un Illusionniste natif de la cité-état de la Magie, de son nom Swodhas Senkrad-san.
Entre nous, tous à l’exception de Mai Zin-san, on des noms qu’il m’est difficile de prononcer. Le Yamato ne se prête pas à ces effets de langage après tout.
Le dernier à se présenter, bien qu’il soit le plus laid au niveau des traits et sente fort…m’amuse vraiment. Comme moi, il a comme des oreilles sur la tête ! Moi, j’utilise des bijoux pour faire cet effet, lui, il a laissé ses cheveux devenir gras pour les mettre comme ça. Miaaaaa ! J’ai pu jouer avec d’ailleurs ! Et il ne trouve pas bizarre ma manie de miauler ou de ronronner. C’est plus fort que moi après tout…d’agir comme un chat. Et lui aussi, il aime avoir comme une queue et adoooore la forêt ! C’était un explorateur qu’il nous dit, Javier-kun !

Enfin, après ces usages, l’Aînée nous a emmenés dans la salle de Transfert. Notre mission ? Vivre en Midgard en tant que mercenaires, et remplir des missions pour gérer les mortels et les actions surnaturelles qui frapperont Midgard. D’ailleurs, nous devons découvrir quel mal ronge et rôde en plein cœur de Dunkelmonten, au sein de l’empire de Kimaren.
Ceci dit, nous arrivons en plein sur une route pavée de l’empire. Une voie importante d’après Swodahs-san. Le village le plus proche doit-être au Nord-Ouest.

C’est ainsi que l’on s’y rend…Non sans croisé la route d’un cadavre en décomposition d’un imposant Ours. C’est censé être le prédateur le plus puissant dans les forêts de cette région, d’après Javier-kun. Et puis…La région est si lugubre. La forêt, je la sens qui frisonne de mal-être. Diluant une sensation oppressante de danger, et de morts. Sa douleur me fait mal…
Ainsi, lorsque Javier-kun et plusieurs d’autres du groupe aperçoivent des trouble-fêtes…Nous sommes tous prêt. Trois zombies. Alors, de la magie de nécromancien serait à l’œuvre ?

J’ignore qui de mes comparses peut percevoir le ki. Aucun parmi eux n’ayant ce genre de compétences. Mais les plus attentifs se rendront compte du bref instant pendant lequel mon aura de Ki vibra. Ma technique s’activant en un instant.
J’empoignais ma naginata, et chacun prit les armes. Le combat dura en un éclair. Car moins de 10 secondes après, les trois zombies gisaient au sol : détruit. Nous ? Nous étions tous indemnes. Je comprends désormais les plaintes de la forêt…

Poursuivant notre route, nous sommes arrivés devant une importante palissade. Le village précisé par l’Aîné. Drofevalde, je crois. Je ne sais écrire aucun de ces noms typiquement storssoi, la langue parlée en Kimaren. Pardonnez donc mon orthographe erronée.
On nous ouvre, et Nemuri no Kami-sama soit loué ! Javier-kun et Örn-san, ainsi que parfois Swodahs-san pensaient à me faire la traduction sur place ! Car franchement, leur langue bizarre là : j’y comprenais rien !

On fut accueilli par le Chevalier et Maître d’Arme au service du Comte de Dunkelmonten : Frantz-dono. Ce-dernier vint à nous apprendre que le comte était partit chercher de l’aide auprès de la Duchesse dont il dépend. Et que cela faisait déjà près de deux semaines que la région était frappée par ces attaques de non-morts.
L’écoutant, je baillais allégrement. J’avoue que le fait de ne rien comprendre, et de devoir attendre la fin des blablas pour savoir, ne jouait pas à garder mon attention effective. C’est lorsqu’on arriva à la taverne que je fus un peu plus à l’écoute. Me blottissant, ronronnant, au coin du feu. Les écoutant discuter avec un marchand de Ramal Saxi : Malik-san.

Ce-dernier, avec son assistante Myriam, sont bloqués ici suite à une attaque de non-morts. Son chariot et sa marchandise sont sur la route plus au nord…On peut dire qu’il a raison, ce ne sont pas les zombies qui vont le piller. Mais alors qu’il nous demande si on accepterait de récupérer son chariot, une idée me vient. Demandant à l’équipe la chose suivante :

« Pourquoi ne pas voir avec Frantz pour être rémunérer au fait de régler l’affaire des non-morts ? On doit le faire pour l’Aînée…mais cela aiderait pour notre couverture de Mercenaires, non ? »

L’idée semble plaire…alors, on programme notre journée du lendemain. La nuit est tranquille, bien qu’au matin : Mai Zin-san demande si elle a consommé pour une pièce d’or d’alcool. La bourse de 50PO s’étant amoindrie d’une pièce. Enfin, vu sa consommation de bières, je ne serais pas surprise qu’elle soit fautive sur cette perte certaine.
Nous sommes allés voir Frantz-dono dans tous les cas. Il a accepté notre proposition, mais se serra le Comte qui verra pour la récompense. En échange de quoi, il nous a dit qu’il réunissait une milice pour une action dans la forêt. Mais qu’il avait besoin d’en savoir plus sur l’état du village de bûcherons Dorfcapfen, et celui de la scierie Dorfenachte.

Prenant la matinée pour se renseigner, j’en profitais pour forger quelques flèches à Javier-kun. Il est celui qui peut, plus facilement tout du moins, se retrouver désarmé si on ne pense pas à réapprovisionner son carquois ! Et puis, j’aime forger et concevoir des choses. J’ai toujours été habile de mes mains, et d’une forge. Dans mon pays, une femme ne peut forger que si elle remplit une condition particulière…mais c’est la même condition qui fait qu’une femme de la famille Misao peut servir en tant que samouraï. Alors bon, je me sens comme chez moi dans ces rares cas. Une façon de m’apaiser, avec l’ambiance lourde d’une forêt qui gémit. Même mes siestes n’ont pas une saveur agréable à cause de cette sensation.

Prenant la route, la majorité a accepté d’aller plus au Nord en premier lieu. Pour récupérer le chariot de Malik-san. Quatre zombies…Pour cette occasion, j’avais envie de me reposer après la marche alors, et bien, j’ai invoqué l’un de mes Cath Flidais. Même si on les nomme Ibara no Raion chez moi, soit : Lion d’Épines. Ainsi, c’est quatre symboles, trois de bois et un de feu, qui se sont gravé autour de moi…puis à côté. Et il est apparu. Docile : à mon service. Selon le pacte qui m’unit à l’esprit qui lui ait supérieur : Ringonoki-sama.


Je voulais faire la sieste tranquillement, mais un des zombies m’attaqua. Il devait me croise sans défense…quelle erreur de sa part ! Déjà que la boule de feu de Drangan-san avait affaiblit les quatre non-morts. Je le tranchais en deux. Tous, nous avons sauvé le chariot. Et je me suis installée dessus pour ma sieste durement acquise. Les autres se sont occupés de tracté le bien, pour le rendre à Malik-san. Enfin, il nous a récompensés avec une dose d’élixir de Vivane. Une puissante potion de soin. Il y avait aussi deux pièces d’or.

Une nouvelle nuit, pour éviter le danger nocturne des non-morts. Une autre pièce d’or qui a disparu de la bourse commune. Pourtant, cette fois-ci, nous sommes certains que Mai Zin-san n’a pas consommé autant d’alcool ! D’autant que nos frais sont pris en charge par Frantz-dono, le temps qu’on règle tout cela. En tout cas, nous partons à l’aube pour Drofenachte.

Là-bas, une palissade précaire protège des zombies des bois. Mais la peur règne, puissante. Ils ont un souci avec le cimetière. Les squelettes se sont réveillés…et nombre des leurs sont morts. Le savoir-faire avec le bois des gens de la scierie et ce qui les as sauvés.
Il aura fallu un peu de débats et de concertation…Mais une mine de feu de Drangan-san a permis de nettoyer le cimetière. Bon, il a désormais un gros cratère pour une fosse commune…mais au moins, il n’y a plus de squelettes se déplaçant et attaquant à tout va. Et puis, entre nous, la crémation leur éviterait ce genre de soucis.

On nous apprend, le soir, qu’un homme étrange a été vu en forêt. Le groupe est d’accord pour partir à sa recherche le lendemain…Savourant l’hospitalité des habitants. Bien qu’on ignore pourquoi, mais au matin, Drangan-san a retrouvé ses bottes chez Swodahs-san. Au moins, pas de perte d’or…un voleur sévirait dans la taverne ?
Il était temps de voyager dans l’épaisse forêt. Je me sens revivre, à voguer d’arbres en arbres. Moi qui fais la sieste sur les épaules du géant Örn-san d’habitude, là, j’étais à l’aise. Javier-kun aussi d’ailleurs. Il nous guidait, pistant l’homme étrange aux indices laissés ici et là dans les bois.
Mais lorsque je vis un étrange chien squelette me fonçait dessus, je reconnu de suite un Gwyllgi. Ces esprits sont tangibles, mais invisible à quiconque ne peut voir les esprits…ou à celui qu’ils ont pris en chasse. Je sais que je ne vois pas le monde animique alors, c’est bien ma veine de le voir tiens !

Je l’attaquais en premier, le taillant d’un coup de lance. Mai Zin-san, de son cimetere, réussit à le toucher malgré l’action en aveugle. Malheureusement, Séréna-san n’eut pas la même chance. Pourtant, Örn-san, puis Drangan-san, et aussi Swodahs-san…petit à petit, il fut acculé. Et c’est une flèche parfaitement meurtrière de Javier-kun qui l’acheva ! Un coup de maître, traversant sa tête ne lui laissant aucune chance de survie. Rien n’échappe à la vue de notre explorateur il faut croire.

Mais lorsqu’un deuxième vint à surgir, il fut éliminé sans que je ne voie ou ne comprenne quelque chose. J’imagine que c’était de la magie…vu la tête de nos mages, et de Javier-kun. Et l’homme que nous cherchions se tenait plus loin, nous invitant à le suivre.
On découvrit qu’il se nommait Wolfken. Il est un Prêtre de l’ordre de Hel. Un ordre de sorcier nécromancien, qui a pour but de rendre honneur à la déesse des enfers Hel…Et de veiller au repos des morts. Ainsi, ils s’occupent des nécromanciens un peu trop zélé et suive l’adage « œil pour œil, dents pour dents » dans leur forme de magie. Bon, il comprenait le runique et fut donc choqué lorsqu’on me traduisait tout dans cette langue : la langue des dieux. Nos divagations l’ont tellement embrouillé qu’il a compris que de ne pas questionner sur le sujet était le mieux ! Ouf ! Honneur sauf. Il m’aurait été inadmissible d’éliminer un érudit accomplit et bienfaiteur, même si la valkyrie nous l’avait ordonné comme fut sa première réaction ! Le secret est certes important, mais éliminer un homme nous ayant sauvé ? Mon honneur le refuse !

Enfin, nous avons pu voir avec lui, pour parler de son existence à Frantz-dono afin qu’il l’empêche de mener sa milice à la mort. Rentrant à Dorfevalde, nous avons parlé de Wolfen-dono à Frantz-dono avant de prendre congé à la taverne. Le repos, nous en avions tous besoin.
Aussi, quant il me fut impossible de mettre la main sur mon sous-vêtement le lendemain matin : j’étais contrarié. Et lorsque je l’ai trouvé dans la main de Swodahs-san, je fus claire !

« Tu as cinq minutes pour me trouver une excuse valable, sans quoi, tu me rejoins dans la Cour pour une leçon de combat au sabre de bois ! »

Autant dire qu’il s’est plus enfoncé qu’autre chose. Il m’a paru crédible un vague instant, avant qu’il n’accuse Drangan-san. Alors même qu’Örn-san a clairement entendu notre confrère ronfler toute la nuit dans le dortoir commun des hommes. Je peux vous l’assurer, les bleus et la bosse qu’il a récolté de notre leçon devrait lui avoir fait passer l’envie de me voler mes dessous ! Non mais oh !
Bon, Drangan lui a mis un savon en comprenant que ses bottes avaient bien été volées elle aussi. Et Mai Zin-san a fait de même pour les pièces d’or retrouvée. Au moins, nous savons désormais que nous avons un illusionniste cleptomane. Les journées promettent d’être longues ! Pour lui, en tout cas, elle a commencé un peu douloureusement. Même si aucun d’entre nous ne l’a vraiment blessé…Juste des douleurs musculaires qui lui passeront. Et un peu de honte vu qu’on s’est occupé de lui sur la place du village. Mais passons.

Notre route a repris, une autre demi-journée de voyage pour arriver au village de bûcheron Dorfcapfen. Là, Örn-san a réussi à les mettre en confiance, avec l’aide de Swodahs-san. Nous avons pu apprendre que le village était attaqué certaines nuits par un monstre. De plus, il y a quelque temps, un groupe de bûcherons aurait disparu. Les chasseurs n’ont retrouvé qu’un unique survivant. Survivant qui a été apaisé par nos soins, nous révélant l’existence d’une grotte et de créatures affreuses. Hurlant…Il a vu quelque chose, mais la peur l’a rendu fou.

Les chasseurs nous montreront donc où ils l’ont trouvé, si nous aidons les villageois avec leur monstre. Je peux les comprendre. Leur seigneur n’est pas là pour les protéger…Et nous sommes encore en vie en traversant des terres inhospitalières.
Je faisais une sieste pour ma part, alors que les autres organisés des pièges et tout pour combattre la créature. La nuit fatidique, je me tenais dans les branches d’un arbre. Camoufler dans l’ombre. Les braseros éclairaient la place du village, lieu de combat. Naginata en main, le signal de Javier-kun me permit d’invoquer une nouvelle fois mon cher Ibara no Raion.

Vive, je bondissais pour lui trancher toute une partie de son dos. C’était un amas de créatures mortes, une chimère nécromantique sur quatre pattes. Puant le cadavre, à la gueule monstrueuse…Et au cuir épais. Chacun y alla de sa puissance. La magie de Swodahs-san. Les coups de hache d’Örn-san. L’attaque acrobatique de Mai Zin-san. La hache enflammée de Drangan-san. La flèche précise de Javier-kun. J’ordonnais alors à mon invocation d’emprisonner la créature, que Séréna-san avait presque amputée d’une patte. Une cage d’épine maintenant le monstre partiellement paralysé, et ses multiples blessures accentuées par le sort de Swodahs-san….ma naginata le découpa en deux : mettant fin à son existence.

Désormais, les villageois sont soulagés. Il ne reste qu’à attendre le retour des chasseurs…et alors, la traque, et la compréhension, de la source de ces troubles nous sera plus accessible. En attendant, l’aube se lève…et il est temps pour chacun de récupérer de l’énergie utilisée. »


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/10/2015, 22:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
NanGalad
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2015
Messages: 113
Localisation: Tarbes
Féminin Cancer (21juin-23juil) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 05/10/2015, 20:26    Sujet du message: [Rapport] La mini campagne saison 2015-2016 Répondre en citant

Okay

Revenir en haut
SBahamut
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 06/10/2015, 17:57    Sujet du message: [Rapport] La mini campagne saison 2015-2016 Répondre en citant

Les petites notes correctives de votre gentil meujeu^^

La région dans laquelle vous êtes se nomme le comté de Dunklenmantel, dans le duché de Smaragd, l'un des sept duché de Kimarën

Vous avez visité trois villages :
-Dorfwald
-Dorfnatch
-Dorfköpfen

Vous avez rencontré :
-Malik, le marchand ramalen et son assistante Myriam
-Frantz, le maître d'arme et chevalier du comte
-Volker, le prêtre de Hel


Revenir en haut
Dark Shadow
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2015
Messages: 55
Masculin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 22/11/2015, 14:37    Sujet du message: [Rapport] La vie après la vie Répondre en citant

Et bien ! Me voila de retour après ma mort ! Qu'ai-je fait pour mériter ça ? Je ne sais pas... Peut-être que les Dieux m'ont trouvé trop jeune pour mourir... En tout cas, je me retrouve en Asgard, avec un groupe plus qu'hétéroclite... Mais je laisse le soin à Misao Hakiri de vous raconter tout ce qu'il s'est passé la-bas. Après avoir fait sa sieste rituelle, croyez moi qu'elle vous racontera toute l'histoire (et plus) avec plaisir ! Je n'ai jamais vu quelqu'un parler autant !

Enfin bref... Si je me mets à écrire maintenant, c'est pour raconter toute la vérité sur nos histoires. Je veux juste garder une trace de toutes nos aventures car je me suis rendu compte que cette chère Misao ne sera pas toujours là pour le faire... La preuve avec le récit de ce qu'il s'est passé après que les chasseurs soient rentrés à Dorfköpfen.

Ces messieurs nous ont appris que la grotte dont parlait le bûcheron fou était entre les trois villages et la route, en plein milieu de la forêt. Malheureusement, ils n'ont pas trouvé les bûcherons... ou peut-être les ont-ils croisé... Transformés en zombies...

C'est alors que nous nous sommes rendu compte d'une chose, Misao n'était plus avec notre groupe ! Avait-elle été "kidnappée" par des zombies (est-ce seulement possible ?) ? Était-elle encore en vie ? Il faisait nuit et le forêt était bien trop dangereuse pour s'y aventurer. Elle ne l'aurait pas fait de son plein gré ! A moins que mon... disons, "malencontreux emprunt" de sa culotte l'ai vexée à ce point... Je ne sais pas... Aucun de nous ne savait...

Après quelques délibérations, notre groupe décida de retourner à Dorfwald pour parler de nos découvertes à Frantz et Volker et leur demander de l'aide pour trouver la fameuse grotte. Laisser Misao se débrouiller n'était pas forcément la meilleure idée mais la forêt était vaste et on n'avait absolument aucune idée d'où, de quand et de comment elle s'était séparée de notre groupe et par conséquent, nous n'avions que très peu de chance de la retrouver en cherchant à l'aveugle dans cette forêt très dense et si on arrivait à arrêter la magie qui sévissait dans la forêt, elle ne serait plus en danger et nous pourrions la rechercher sans encombre.

Après des heures de marche, nous sommes arrivés a Dorfwald. Nous nous sommes empressés de faire un rapport de la situation à Volker et Frantz. Moi et Drangan, nous avons essayé de trouver la direction de la grotte, en cherchant l'origine magique du mal. Mais, c'est Volker qui finit par trouver une indication approximative du lieu, malgré le véritable chaos magique qui règne dans la foret.

La journée étant bien avancé, nous avons donc décidé, en accord avec Volker et Frantz, de chercher la grotte le lendemain. Nous nous sommes donc installés à l'auberge du village pour passer la nuit. Là, nous y avons retrouvé le marchand que nous avions aidé, Malik, et Myriam, son assistante. Chacun de nous remarqua les blessures de Myriam, ce à quoi Malik répondit à nos regards interloqués qu'elle était allée dehors, par delà les palissades de la ville. Elle était allée chercher des plantes médicinales afin d'aider le village et elle s'était faite attaquer par des zombies. Pendant que Malik nous raconta son histoire, Ravier, notre éclaireur, entreprit de soigner les blessures de Myriam. Il n'eut aucun mal à soigner les plaies et il remarqua quelque chose qui nous intrigua tous : les blessures qu'avait Myriam n'étaient pas des blessures que l'on se fait quand on essaye de fuir. Myriam avait combattu les zombies à main nues (ou plutôt, avec son sac !). Ces révélations nous firent douter de la version de Malik, mais celui-ci nous convainquit qu'il n'y avait rien de suspect et, las des batailles et des discussions, nous finîmes par monter nous coucher.

Le lendemain, notre petit groupe rejoignit "l'armée" de Frantz et Volker (qui ressemblait plus à quelques paysans armés de vulgaires armes et armures) et se mit en route vers la direction approximative qu'avait trouvé Volker. Celui-ci affina la direction à prendre au fur et à mesure que nous nous rapprochions de la grotte. Les quelques morts-vivants qui nous croisaient ne faisaient pas long feu... "l'armée" suffisait à les éliminer car, bien qu'inexpérimentés, ils étaient au moins une trentaine.

Nous finîmes par déboucher sur l'entrée de la grotte. Celle-ci était jadis cachée par un arbre gigantesque que les bûcherons avaient dû couper. Rien ne semblait bouger à l’intérieur, alors nous sommes entrés. Elle était relativement grande, avec des sortes de plates-formes rocheuses naturelles sur les parois. Ces escarpements rocheux étaient étroits mais un homme pouvait quand même s'y tenir dessus sans grand danger. Au milieu de la grotte, il y avait une pierre en obsidienne frappée de runes magiques. Elle luisait d'une lueur étrange et éclairait toute la grotte d'une lumière bleu-verte. Ma réaction fut instantanée : 



"C'est une lampe !" dis-je à tout le groupe, totalement sûr de moi.

Alors que tout le monde me jetait des regards étranges, je continuais mes explications, croyant en mes paroles comme un prêtre croit en son dieu. "J'ai déjà vu ce genre de pierre à Sjalkraft. Certains mages les exposaient pour montrer leur richesse à leurs invités. Ne vous en faites pas, c'est totalement inoffensif et purement décoratif".

C'est à ce moment que la pierre se mit à briller d'une lumière plus vive. Il y eut des secousses magiques et après, la terre trembla. Du sol de la caverne sortit une créature immense ! Une sorte de très gros chien fait de cadavres et de chair, avec des pattes puissantes et des griffes acérées. Nous n'avons pas hésité un instant, tout le monde se prépara à combattre. Frantz ordonna à son armée de garder l'entrée de la grotte. De toute façon, aucun d'eux n'avait le courage d'affronter une bête de cette taille...

Notre mage de bataille, Drangan, fut le plus réactif du groupe et il commença à... accumuler sa magie... La bête n'attendit pas pour frapper et notre Valkyrie, Mai Zin Yang, fit un vol dans toute la grotte (littéralement) et se fracassa sur la paroi rocheuse. Notre éclaireur, Ravier, décocha une flèche en pleine tête de la créature qui atteignit sa cible mais il en faudrait bien plus pour tuer cette monstruosité. Je me mis donc à accumuler ma magie aussi et, en observant la créature, je me suis rappelé ce qu'elle était. On appelle ce genre de monstre un Égorgeur. Cette créature n'est pas considérée comme une créature très résistante malgré sa peau noire très épaisse et solide. La force qu'elle peut déployer en un coup de patte est impressionnante. Le seul point faible d'un Égorgeur est sa tête car la peau n'y est pas aussi solide que sur les autres parties de son corps. Fort de ces informations, notre paladin noir Örn frappa directement la tête de la créature et vu comment l'Égorgeur chancela, il a dû lui faire très mal. Pendant que notre Valkyrie récupérait péniblement de son vol plané, Sérana, notre maître d'armes, chargea la créature mais, n'étant pas aussi grande que Örn, elle ne put taper le monstre qu'au niveau des pattes et son attaque ne fit pas grand-chose. Frantz fit la même chose avec le même résultat.

Le combat dura donc ainsi pendant tout ce temps. Tout le monde refit les mêmes actions, avec plus ou moins de réussite. Moi, Drangan et Volker canalisant notre magie, Örn et Ravier visant la tête et Sérana, Frantz et Mai Zin Yang frappant là ou ils le peuvent. Les seuls petits changements qu'il y a eu lors de ce combat sont :
1 - Drangan lança une boule de feu mais la créature la dévia d'un coup de patte
2 - Volker lança un sort qui eu l'air de bien affecter l'Égorgeur
3 - Mai Zin Yang essaya avec ses sauts gracieux d'atteindre la tête du monstre mais celui ci réussi à la maintenir à distance par des moulinets avec ses pattes avant. On aurait dit un humain chassant une mouche.
4 - Sérana essaya de grimper sur les escarpements rocheux de la caverne pour pouvoir taper la tête de la créature mais son armure et ses armes la gênaient grandement. Elle grimpa l'équivalent d'une marche d'un escalier.


Au final, au bout de 4 schémas de combat (ce que j'ai décrit plus haut), Örn infligea le coup fatal à l'Égorgeur sans même que je puisse lancer un sort ! Encore une fois, j'étais inutile ! Je n'ai fait que parler avec Drangan en attendant de canaliser ma magie ! Cela commence vraiment à m'énerver !

Après nous être remis de notre combat, Mai Zin Yang nous fit comprendre qu'il fallait que l'on détruise la pierre d'obsidienne. Je me rendit compte alors que cette pierre était en fait chargée de nécromancie et que c'était elle qui faisait revenir les morts à la vie. Comment ai-je pu croire un seul instant que c'était une lampe ! Décidément, j'ai été nul du début à la fin ! J'ai donc voulu utiliser un sort pour détruire la pierre mais les autres trouvaient que c'était inutile. "Laissez moi faire quelque chose !" Leur dis-je, plein de cette rage due à mon inutilité. Pendant que l'on se chamaillait, Mai Zin Yang finit par détruire la pierre d'un coup de son cimeterre. Non sans une certaine colère, je "calmais" ma magie et ramassais un morceau de la pierre. Elle pourrait toujours me servir un jour ou l'autre. Volker prit le reste pour des analyses magiques.



Dès le moment où la pierre fut brisée, nous sentîmes tous comme un soulagement. Le mal, le chaos qui régnait dans la forêt avait disparu.

Lorsque nous sommes ressortis de la grotte, nous vîmes des montagnes de cadavres de zombies (inanimés) joncher le sol et tous les soldats de l'armée fatigués, haletants, marqués d’égratignures et parfois de quelques blessures. Apparemment, la pierre n'avait pas qu'appelé l'Égorgeur... Je remarquais, sur le chemin qui nous ramenait à Dorfwald, que nous semblions tous plus forts. Peut-être que tout ces combats nous avaient habitués à notre condition d'Einherjar et nous avaient permis de développer des capacités sous cette nouvelle forme...

C'est sur ce retour à Dorfwald que s'achève mon récit. Il faut maintenant retrouver Misao et peut-être que le comte nous donneras une récompense pour avoir débarrassé la région de ce mal mais ça, c'est une autre histoire que je vous raconterai plus tard...


Revenir en haut
NanGalad
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2015
Messages: 113
Localisation: Tarbes
Féminin Cancer (21juin-23juil) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 22/11/2015, 18:53    Sujet du message: [Rapport] La mini campagne saison 2015-2016 Répondre en citant

Okay

Revenir en haut
Liet
Bureau

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2015
Messages: 370
Localisation: Tarbes
Féminin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 24/01/2016, 13:03    Sujet du message: [Rapport] Le Port de l'Angoisse Répondre en citant

    

 

    Je griffonne quelques mots pour la postérité, pour rendre compte à l'Aînée et pour ne plus oublier comme j'ai oublié ma vie... d'avant.

     L'Aînée nous avait envoyés vers l'Est, nous avions rejoint un convoi de marchands histoire de maraver des bandits sur le chemin, pour ne pas perdre la main ni se rouiller. Elle nous avait donné comme destination le port de Venest, et avant cela nous devions retrouver un contact au niveau d'un rocher marquant un carrefour. Obéissants et zélés, nous faisions route sous un temps clément, c'est déjà ça ! Arrivés au point de rendez-vous, une silhouette féminine encapuchonnée nous attendait assise sur le rocher, elle nous fait de grands signes. Comme si on avait pu la louper ! Elle entame la discussion en runique, et sans savoir pourquoi je me détends imperceptiblement. Elle se présente sans se découvrir... Elle se nomme Adélaïde ALRIKBARN. Impossible de voir son visage, mais ce que la capuche ne couvre pas laisse voir une peau diaphane, une regard d'argent et une mèche flamboyante et écarlate. Sur quoi ou sur qui sommes-nous encore tombés ?! Amie ou ennemie ? Elle me semble bien petite. Mais tout le monde me semble toujours petit ! Bizarre, parfois j'ai l'impression de voir les choses de tellement haut, et pourtant je ne fais que 2m20 ! ça me fait me gratter la barbe pendant une minute et puis, le feu de l'action reprend le dessus, toujours !
     Elle nous explique qu'elle est une Barnblod, une des autres races, celle qui domine la magie du Sang. Pour ce qu'on en sait, ils sont censés avoir été décimés lors du Ragnarök ! Confinés pendant 200 ans à cause des chasses au vampires, ils ne récupèrent que lentement leurs pouvoirs. La Barnblod veut maintenant rentrer chez elle, d'où son arrangement avec l'Aînée. Autrefois il était facile de voyager, mais le Bifrost n'est plus, et il lui faut trouver un autre chemin. Nous avons été désignés pour l'aider. Elle nous annonce que la seule voie est le Festin du roi Elma, une convocation qui ouvre une porte vers Hellheim. La mauvaise nouvelle c'est qu'on y rencontrera des Onis, redoutables guerriers entre tous ! Je fronce les sourcils, en serrant les poings malgré moi : sommes-nous de taille ?
     Elle s'étonne ensuite de voir un Empire ici, il est vrai que Kimaren n'a que 70 ans, qu'il s'est forgé depuis le Ragnarök. Elle nous renvoie à nos échelles mortelles en somme. Un frisson me hérisse la nuque, que je chasse d'un haussement d'épaules.

     Ce n'est pas tout ça, mais il nous faut trouver Taiotsuki, et pour cela il nous faut un bateau ! Nous sommes à une demie journée du port de Venest. Nous nous mettons en route, chacun à ses pensées pour ce périple que s'annonce. Le port est entouré d'une muraille, et les faubourgs s'étendent au dehors.


 

     Lorsque nous entrons, une chose nous frappe : les habitants n'ont pas l'air dans leur assiette, comme s'ils trainaient toutes et tous une sacrée gueule de bois prolongée. Le mage Senkrad et moi interrogeons des habitants et ils nous répètent tous la même histoire : ils dorment mal et font des cauchemars, et ne parviennent plus à quitter la ville. Javier, en digne Explorateur, décide de monter sur la tour qui est au-dessus de la Capitainerie afin d'avoir un meilleur point de vue. Il nous rapporte que la ville est étrangement peu animée, et que peu de bateaux sont à quai. Nous interrogeons un marin qui nos informe qu'un bateau fait la liaison vers Taiotsuki, malheureusement les marins sont "trop claqués pour naviguer". ça promet ! Quel traquenard se cache encore là-dessous ?

     Nous entrons à l'auberge "Le Cochon Aviné", notre Valkyrie, Mai Zinyang y fait une entrée remarquée avec style ! Tous attablés, notre mage ne peut s'empêcher de voler quelque chose, au sein de notre groupe. Cette fois c'est la barrette "oreilles de chat" de Missao Hakiri, notre virtuose martiale ! Le mage en prend pour son grade, et on peut revenir au problème épineux qui nous occupe : les habitants apathiques de Venest. Missao invoque son Uldra, afin de générer des sentiments positifs pour contrer l'étrange atmosphère qui règne sur le port, l'Uldra utilise sa lyre et la magie opère. Tout le monde, nous y compris, se sent joyeux et zen. La Vlakyrie ne peut s'empêcher de se mettre une mine et s'endort sur la table. Nous allons tous dormir.
Notre mage illusionniste va chercher plus loin quelqu'un en dehors du rayon d'action du charme de l'Uldra pour étudier ces rêves de plus près. A l'aide de son sort "Le Roi des Cauchemars", il entre dans le rêve et s'apprête à avoir des réponses. Avant d'avoir pu glaner la moindre information, il est repoussé et projeté hors du rêve ! Senkrad perçoit que le rêveur n'a pas pu le repousser ainsi. Mais alors qui ?
     Nous autres rêvons malgré tout, malgré l'influence positive de l'Uldra. Mon rêve me fait sortir de mes gonds : ma hache a disparu et on m'a rasé ! "Moi ! Sans ma barbe ! Que diront mes ancêtres ! Ma fierté ! Noooooooooonnnnn !!!"

     Au matin, des hypothèses fusent : quelqu'un a dû repasser derrière la dryade ! Ça implique donc que quelqu'un renforce l'état apathique des habitants, la magie est au cœur du problème ! Le point positif c'est que ça doit laisser des traces magiques, notre mage peut remonter celles-ci ! Nous nous mettons en route pour trouver des pistes. Ce qui ne tarde pas : il voit la trace d'un cercle magique sur un port du port. Seuls ceux qui ont la capacité de voir la magie les discernent.  Un dilemme s'impose : les effacer ou les détruire ? On casse un morceau du mur et le lien magique se brise. Parfait ! Mais notre mage en découvrent bien d'autres ! Sous un port, sur un toît, sur une fenêtre de la maison close. On ne chôme pas pour briser tous les liens magiques qu'on peut.
    Au détour d'une rue, une forme humanoïde faite d'Ombre apparaît sur un mur à nos côtés. Elle s'allonge et grandit à une vitesse vertigineuse, une multitude d'yeux la recouvre. Elle nous parle, agacée : elle est actuellement au beau milieu d'un concours pervers avec un ami, celui qui provoque le plus de suicides a gagné ! Il est l'Esprit des Ombres et par extension l'Esprit des Cauchemars ! Nous sommes atterrés et devant nos mines déconfites, il s'amuse et nous annonce que l'Aînée ne contrôle rien, que depuis le Ragnarök, les Esprits ont décidé que Midgard étaient leur terrain de jeu et qu'ils ne se laisseraient plus dicter leurs actes. On les emmerde franchement donc.    
    Il perçoit que notre mage illusionniste accumule, et y voit un signe d'agression. il fait un geste et une dizaine d'habitants qui semblent zombifiés nous attaquent ! Missao invoque son Zaqqun, un arbre maudit, surnommé "Zakki le Zaqqun" (!). Il prend toute la largeur de la rue, il va gérer les villageois. Javie escalade le Zaqqun pour pouvoir viser en hauteur et utiliser ses talents d'archer au mieux. Un dôme d'Obscurité recouvre la zone, Senkrad va donner une vision nocturne à lui-même, la Valkyrie et notre Maître d'armes : Serana. Pour ma part, ma vision spirituelle me permet de voir, lorsque je ferme les yeux. Le combat s'engage, avec plus ou moins de difficulté, cette Ombre n'étant pas corporelle, nos coups ne portent pas autant que d'habitude. Alors que l'Ombre s'affaiblit, et que la zone d'obscurité est tombée, une seconde silhouette apparaît derrière nous : humanoîde, longiligne, bien habillé, sans visage.


 

     C'est l'Esprit de la Folie qui a rejoint son acolyte ! Il attaque à coups de vagues d'énergie. Notre mage illusionniste est touché de plein fouet, il meurt et il est renvoyé dans notre Valkyrie en attendant sa "réincarnation". Nous poursuivons le combat, Missao invoque son Amadryade, elle soignera le maître d'armes blessé lui aussi. Le Zaqqun frappe l'Esprit de la Folie, celui-ci n'a plus qu'un point de vie. Missao décide de le garder : elle lui impose la soumission au Pacte de Sang.

     Les deux Ombres vaincues, le calme semble revenir sur Venest. Le malaise qui empoissait le port s'estompe, les pensées des habitants s'éclaircissent et nous pourrons bientôt reprendre la route, affréter un bateau et rejoindre notre prochaine étape.
La Valkyrie entame le Rituel, des ailes d'énergie apparaissent dans son dos pendant tout le temps, et le mage illusionniste réapparaît à nos côtés, fort d'une nouvelle leçon chèrement apprise : toujours lancer un sort de protection avant tout combat !!!
_________________


Revenir en haut
Lou Ainsel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/06/2016, 22:17    Sujet du message: [Rapport] Fin de Campagne ▬ Le Taiyotsuki Répondre en citant



Je ne pourrais vous parler de tous ce qui fut avant mon arrivée, néanmoins…Permettez-moi de coucher sur papier le récit de notre aventure commune.
Je me présente, Dokujo : la femme au poison comme le veut mon nom. Tout comme la Zanshi à la bouteille aimée, je suis une Valkyrie désignée par l’Aînée. Mes aventures avec le groupe ont démarré à l’instant, et le temps d’en finir avec leur travail d’escorte.

De ce que je sais, suite au rapport de l’Aînée, le groupe a dû affronter des pirates d’une secte Zanshi. Ceci alors qu’ils se rendaient sur l’île de Shimekiri. L’île de la Dernière Limite, frontière des eaux et du territoire du Taiyotsuki dont je serais native.
Leur but ? Escorter Adelaïde-sama jusqu’aux portes du Naraku, pour qu’elle puisse rejoindre le Hellheim. Et lui permettre, ainsi, de rejoindre les tréfonds de son territoire sombre. Loin des humains, auprès de son peuple.

Néanmoins, les plans de l’Aînée étant au-delà de notre compréhension, elle usa de ses pouvoirs divins pour rappeler Mei à elle. Mais aussi, les Einherjars répondant au nom d’Örn et de Javier.
Je fus envoyé à sa place, afin de servir de soutien à ce groupe le temps qu’elle en finisse avec eux. D’autres plans, d’autres objectifs, je ne le sais.
Ainsi, j’ai découvert l’équipe. Ainsi qu’un nouvel Einherjar Emerald. Je n’ai malheureusement pas mémorisé son nom…Il faut dire que ma maladresse faisait autant rire, que ma présence mettait mal à l’aise. Cela faisait d’ailleurs feuler Misao, ma compatriote Yamato. Ma nature d’adepte du Némésis n’aidant pas.

Enfin, nous avons rejoint le Port de Shimekiri. Unique ouverture du pays qu’est le miens avec le monde extérieur. Une fois sur place, la question de « par où commencer » se posa.
Quelques recherches nous permirent d’apprendre que trois nobles du pays se trouvait actuellement dans la grande citée commerciale. Mori Atsuhiko-sama, un noble de faible rang mais qui ne devrait être trop difficile à convaincre.

La seconde personne est plus mystérieuse. Asakura Shibana-sama. Ce clan est influent, puissant, mais discret. Ils ne sont nullement présents sur les strates du pouvoir Yamato, ce qui est aussi pratique que déstabilisant. Car des nobles qui se fichent d’être dans les petits papiers du Shogun ? C’est…perturbant. On les dit très porté sur le mystique d’ailleurs.

Le dernier nom fit pâlir et feuler Misao-chi. La mettant très mal à l’aise. Inaba Itetsu-sama…à première vu, une connaissance de la jeune samourai-onna. A bien y repenser, elle est censé être morte pour son pays, et j’imagine qu’il devait être son daimyo.
Enfin, situation assez compliqué en somme…Car sa famille est une proche du shogun ! Après quelques débats et discussions, nous sommes allé voir Asakura Shibana-sama, soulageant ainsi notre convocatrice quant au fait d’affronter son passé.

Sur place, une demande polie suffit à obtenir une audience. La magie perçu par notre illusionniste laissait penser à une forme de nécromancie sans malice. Ainsi, il nous parut certain que la dame de cette demeure était une Prêtresse de Hell. Comme l’homme qu’ils avaient rencontré dans leur première mission…même si je n’en ai que vaguement entendu parler pour ma part.
Elle sût de suite la nature d’Adelaïde-sama lorsque nous lui avons émis notre requête de rejoindre la capitale pour le Festival dit du Roi Enma. Un accord fut mis en place entre nous : nous devions retrouver un jeune de son clan. Un convocateur : Asakura Kuyomitsu-sama.
Nous devions le trouver vers la Montagne, et en effet nous l’avons trouvé. En panique, faible, tombant dans les vapes à deux reprises ! Il avait invoqué une créature plus forte que lui pour tenter un pacte : un « Ao Oni ». Soit, un démon du Naraku manipulant la Foudre. L’orage surnaturel teintant au-dessus de nos têtes laissant peu de doute sur cela : de même que les explications rapides de Misao-chi, experte en occultisme du groupe avec Senkrad-san.



Le combat démarra, et la vitesse de Séréna-san nous pris tous de court : l’Oni encore plus d’ailleurs. Nos assauts se concentrèrent sur ses cornes, et parfois, sur le bras tenant l’imposant Tetsubo. Ceci selon les indications de Misao-chi pour les cornes lui octroyant son contrôle de la foudre…et sous les actions de notre nouvel Emerald pour le bras.
La créature fut vaincu…Les sorts de feu de Drangan-san et ceux de blessure de Senkrad-san faisant de redoutable de dégât : surtout couplé aux assauts de chacun…cela fut déterminant. Mes ombres ont entaillé sa peau, dévoilant ma façon de combattre atypique. Mais restant à distance, je fus discrète…Mon poison n’affectant pas une créature au physique aussi robuste.

Une fois mort, nous avons ramené Kuyomitsu-sama chez Shibana-sama : avec la preuve de notre prouesse comme elle le désirait. Finalement, sa faiblesse à ce jeune convocateur était…son caractère au cœur fragile. Mais il fut stupéfiant de voir qu’un homme aussi pleutre et lâche fut-il le futur gendre d’une femme comme Shibana-sama ! Enfin, il va s’en dire que sa façon de s’asseoir sur les protocoles d’usage permet le dialogue sans mal. Une femme aussi peu porté sur les traditions du Taiyotsuki, dans la noblesse, cela surprend.

Mais, grâce à elle, nous avons notre entrer à la Capitale du Pays. C’est alors que l’Aînée nous renvoi Mai-dono, ma consœur Valkyrie. Consœur qui s’empresse de vider les réserves d’alcool de notre hôte, à mon grand désarroi.
Sous la charge de Shibana-sama, nous sommes transporté jusqu’à un navire, puis, à nouveau avec des calèches adaptées. Découvrant après quelques temps de route : la beauté d’une Capitale agencée selon les règles du Feng Shui.

Misao-chi se montre encore plus discrète. Je rigole un peu des crises de kleptomanie de Senkrad-san…Même si je veille chaque nuit à redéposer le fruit de ses vols incontrôlé chez leur propriétaire. Être dénué de tout besoin, qu’il fut de dormir, manger, boire ou autre fait qu’on a le temps d’observer, d’étudier.
Bon, découvrir les passions de notre hôtesse l’ont traumatisé aussi : mais l’art des cordes et des nœuds n’est pas si étrange pour une femme de son caractère ! Même si je n’ai pas de suite compris pourquoi elle me remerciait de lui avoir offert un « gigolo ». J’avoue avoir rougit comme jamais en comprenant !

En tout cas, nous nous sommes rendus à un des grands Temple de la Capitale pour en apprendre plus sur le Festival. La date bien établi, des recherches furent nécessaire dans la bibliothèque bien fournit des Asakura. J’ai malencontreusement traîné de force ma consœur, et Drangan-san pour les recherches. Et j’avoue avoir malencontreusement oublié qu’eux avait des besoins parfois.
Senkrad-san et Misao-chi se sont enfermé dans la création d’artefact. Enfin, disons plutôt que Senkrad-san a traîné de force la feignante féline au travail là aussi. Notre nouveau camarade et la vaillante Krigare s’entraînèrent régulièrement au dojo.

Ainsi, le temps s’écoula et nous trouvâmes le lieu où se déroulerait le Festival. Une concentration importante de miasme du Naraku, chaque année, frappant cette zone selon les études des Asakura. Notre plan ? Aucun. Y aller et constater.
Ainsi, jour de festival et de fête pour les gens du commun, nous nous sommes armés et sommes partit vers le combat. Sur place, dans une ambiance ténue où des lampions éclairaient vaguement le chemin forestier : nous sommes arrivés à un cimetière traditionnel. Il était dominé par un temple délabré où des moines –enfin, plus des onmyojis vu leur Tate Eboshi surmonté d’un voile et leur noir Karigini– surveillaient. J’imagine qu’ils étaient les fameux « Prêtre du Jigoku »…Vu qu’ils avaient tous un Shakujou, bâton que les moines bouddhiques ont souvent. Ne sachant trop comment agir, nous sommes allés espionner avec notre cher illusionniste. A l’intérieur, de nombreux de ces êtres en prière…autour d’une porte étrange avec une fosse sacrée vu les cordes saintes. Nous avons trouvé la porte menant aux Enfers.

De retour au groupe, un débat stérile sur la procédure à suivre eut lieu. Tout brûlé ? Mais la porte alors ? Adelaïde-sama doit rentrer chez elle… Y aller « gentiment » et demander à se faire inviter ? Bah, c’est ce que nous avons choisit. Même si arme en main, mage en pleine accumulation, et moi ayant relâché mon aura de Vide qui apporte un froid gênant et une peur viscérale : autant dire que même si un doux sourire se peignait sur mon visage, ces gens étaient juste terrifiés en fuyant pour hurler aux intrus.

Les shakujou, d’un son commun, claquèrent sur le sol. Un rythme uni, leur voix se faisant écho en un récital du mot « Intrus ». Les anneaux des bâtons offraient une mélodie oppressante à l’ensemble, j’activais alors ma forme de vide. Car au même moment où notre mage tenta de tous les tuer avec un sort massif de mort : Elle apparut.
Une shinigami mineure avait passé le portail des Enfers, une faucheuse des âmes redoutables.



Mon corps devint intangible, ma présence éthéré. Les ombres sous mon contrôle, mon poison se répandait dans mon aura. Le combat débuta…si les premières attaques ne portèrent pas, la shinigami se montra présomptueuse dans un de ses assauts : et fut paré par ma consœur. Mai-dono en profita pour contre-attaquer, ses yoyos frappant avec une force dévastatrice la créature. Ceci alors que son compatriote guerrier acrobate vint achever la créature. Honnêtement, nous n’avons rien eut à faire face à un tel déchaînement de nos acrobates. Pantois fut le terme pour expliquer notre surprise devant leur réussite spectaculaire.

Mais alors que notre mage voulait passer la barrière que les prêtres avaient créée, il rata sa téléportation par les ombres avec un peu de douleur au vu du « choc » que ma vision surnaturelle me permettait de constater. Mais pas le temps de lambiner : une autre créature sortait de la porte sous les actions magiques de ces fous sectaires : un Oni Ashura. Une entité qui ne cherche que le combat, la violence et la guerre.



Le combat fut plus difficile. Séréna et notre nouvel ami prirent de nombreux dégâts. Notre mage tentait d’ailleurs de soigner le plus affaiblit des deux : alors que je me mettais entre lui et la créature. Prêtes à encaisser au besoin, mon sang s’éveillant pour cela. Ne faisant plus qu’un avec le néant, mon ombre m’entourant prêtes à attaquer. Mais un yoyo fila entre Séréna-san et moi, pour violemment percuter la créature bien affaiblit par les attaques de foudre de Misao-chi, et les diverses actions du groupe. Un crac sourd, profond…Il allait vasciller, mais prés à faire un nouvel assaut plein de sa violence malgré le sang perdu qui maculait le sol. Ce fut Séréna-san qui l’acheva d’un violent coup de massue : brutal, expéditif.

Le silence n’était pas revenu, les paroles de ces idiots de fanatique toujours audible. Jusqu’à ce qu’une première tête ne vole, aspergeant de sang le bouclier magique depuis l’intérieur. Petit à petit, dans un carnage aussi violent que sanglant, chacun des mages mourrut. Deux hommes, pâle au regard sanguin et aux vêtements tiré à quatre épingles furent visible à nos regards surpris. Ils avaient passé la porte du Naraku, et était passé de l’autre côté du bouclier pour massacrer les moines. Les frères d’Adelaïde-sama fut sa réaction de joie et de bonheur en les rejoignant.

Derrière les deux hommes, les dénommés Örn et Javier de ce que j’appris. L’Aînée leur avait confié d’escorter les deux hommes jusqu’à cette porte, pour faciliter le retour de la suceuse de sang chez elle. Ainsi, au milieu du sang, des morts, dans la nuit célébrant l’autre-monde de mon beau pays…les vampires comme on les nomme parfois retournèrent chez eux. Et nous, nous retournâmes tous ensemble dans la bonne humeur : vers la demeure de Shibana-sama. Restant en attente de nos nouvelles directives….2 Valkyries et 6 Einherjars ne sachant encore vers quels horizons nous iront. Même si Mai-dono semble savoir son but premier : tester ses expérimentations d’alcool de prune et d’alcool de riz. Le sake et le shochu vont couler à flot…quelqu’un peut-il m’aider ? J’en soupire dans ma manche de kimono, et pourtant, c’est un sourire attendrissant que j’ai en les regardant tous avancé dans cette aube nouvelle. Nous avançons dans l’inconnu…encore et à jamais.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:38    Sujet du message: [Rapport] La mini campagne saison 2015-2016

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> Valkyrie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com