Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[Rapports] Forgotten Realms

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> AD&D V2
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archane
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 785
Localisation: Tarbes
Jeux maîtrisés: Un certain nombre
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 猴 Singe
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 25/05/2016, 13:50    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Ici vos rapports ainsi que la présentation des personnages.
_________________
"They misunderestimated me."

Dubya


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 25/05/2016, 13:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 28/09/2016, 12:42    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Au moment où j’écris ces lignes, je ne me doutais pas que ma mission, me ferait voyager avec un groupe aussi surprenant qu’hétéroclite. Je me nomme Eléonore Sariel M’angil demi-elfe originaire de Athkatla. Pour cette mission j’avais fait un bout de chemin avec mon amie Shinobu Batosai. 


Shinobu a l’habitude de cacher ses origines sous une armure de cuir intégrale et un masque, malheur à celui qui veut en savoir trop sans son consentement !
Nous attendions une audience avec le nouveau roi du Nord de l’Archipel des Sélénae, Olrick IV. Trois autres hommes et un nain passèrent en même temps que nous.


Nous avions tous des raisons différentes de vouloir le rencontrer, la création d’un commerce, des demandes d’asile et des services comme hommes d’armes furent proposés. Mais le roi Olrick IV n’est pas une personne impressionnable, il nous ordonna de recueillir des informations et de repérer des failles militaires sur un fortin au sud de notre position tenu par des habitants du Ppeuple. Et c’est seulement à cette condition qu’il accorderait un peu de valeur à nos demandes.

Nous étions donc obligés de faire équipe pour mener à bien nos objectifs respectifs. Durant la soirée qui suivit, nous avons fait connaissance les uns avec les autres ainsi qu’avec les soldats du campement. 
Le premier à prendre joyeusement la parole fut le maître nain roux Scarldor, il disait être prêtre et s’entendait bien avec tout le monde. Un homme aussi grand que fin, une rapière sur le côté se présenta sous le nom de Darenn. Un asiatique équipé d’une épée à deux mains et d’un arc  prononça son nom Mao et celui de son chat noir Xiao avant de retourner dans un silence sérieux. Et enfin le dernier humain aux traits slave, un cimeterre à sa hanche dit s’appeler Garthan.


Les soldats étaient inquiets, ils avaient l’impression de partir en guerre. On nous invita à participer à la Grande Mêlée qui aurait lieu le lendemain à midi.

Au petit matin la pluie tombait légèrement, le sol était boueux mais ces détails climatiques ne tarir pas la ferveur des soldats du camp pour se taper les uns sur les autres dans un fracas de métal et de cris lors de la Grande Mêlée. C’est à ce moment-là que nous sommes parti à travers la forêt, direction le fortin du Ppeuple.
Durant notre marche une meute de loup nous attaqua par surprise.  Mais grâce à nos talents combinés nous avons pu les mettre en déroute, malheureusement notre prêtre Scaldor avait reçu une vilaine blessure et gisait inconscient. Nous avons donc établi un camp en espérant que son état ne s’aggrave pas trop. 
Un tour de garde s’établit pendant la nuit afin de nous protéger des prédateurs. Darenn vit une silhouette s’approcher de Scaldor puis repartir à travers la forêt. Notre nain se réveilla, guérit de ses blessures. Dès cet instant notre vigilance redoubla.


La journée suivante se passa sans encombre à un détail près…nous étions suivis par trois paires d’yeux. Les plus expérimentés d’entre nous en forêt ne réussir pas à voir qui pouvaient nous suivre. 
La nuit vient et un nouveau tour de garde commença. Je devais être la quatrième à prendre le tour de garde, je m’endormis donc sans trop de soucis.


Alors que mes songes étaient paisibles, un contact puis un cri déchira le silence. Mes yeux s’ouvrirent sur un dos d’homme et…des pattes de bouc ? Puis soudain mon esprit comprit, j’étais en train de me faire enlever ! Je n’avais aucune arme et on me portait comme un sac à patate !! Deux de mes compagnons tentèrent en vain de plaquer mon agresseur. La lumière du camp s’éloignait, il fallait faire vite. Sans réfléchir, j’utilisais ma magie. Il ne résista pas et s’écroula, endormi.


Une fois remit de cet assaut je pus constater que je venais d’échapper à un satyre.  Mes compagnons l’attachèrent à un arbre. A son réveil il nous fut impossible de comprendre ce qu’il disait. Sa langue nous étant inconnue. Nous avons repris les tours de gardes jusqu’au petit matin.
Mao étant le dernier à finir son tour de garde, il décida de libérer le satyre qui partit sans demander son reste.
 
Plus tard lors de notre voyage, un druide accompagné d’un gigantesque ours brun nous barra la route, nous étions sur son territoire et il venait s’enquérir de nos intentions. Il nous remercia d’avoir épargné Azgorath le satyre et nous conseilla de ne pas nous associer avec le roi du Nord. Il nous confia avoir soigné Scarldor lors de notre première nuit. Puis après des paroles mystérieuses comme quoi La grande meute, la Licorne et le Léviathan étaient en marchent, il disparut.
 
Après quelques heures de marche nous arrivions de nuit devant le fortin du Ppeuple. Nous avions allumé un feu à la lisière de la forêt pour installer notre camp. Un cavalier du fortin vient à notre rencontre. Nous affichions une volonté pacifique de marchander avec eux pour le lendemain. Le cavalier repartit.

Notre petit-déjeuner fut interrompu par la voix d’un homme aussi haut que charpenté à quelques dizaines de mètres de nous.  Il adressait au fortin un ultimatum. Il voulait voir le chef qui ne répondait pas. La montagne de muscles arrêta de s’époumoner et laissa sa place à un homme plus fin qui incanta un sort. Une boule de feu jaillit de ses mains et explosa la herse du fortin. Un groupe de sept personnes dont l’archimage entra dans la place. Des cris et des flammes s’élevèrent.


Shinobu partit les espionner, un homme avec une double hache la surprit. Nous sommes sortir de la forêt pour parlementer avant qu’il ne décide de la tuer. Shinobu pour rester en vie, révéla que nous étions à la solde du Roi Olrick IV ainsi que notre mission de récupérer des informations. Cette troupe de mercenaires un crâne avec des gouttes de sang comme blason, nous laissa en vie et nous intimida de ne jamais recroiser leur route. Ils partirent en direction du nord après avoir pillés le fortin.
 

En fouillant la bâtisse Shinobu tomba sur des lettres qu’elle me remit pour les lire. C’était des correspondances  entre le Prince Tristan souverain du Ppeuple et le commandant du fortin.
Le Prince Tristan rassurait le commandant sur les mouvements des troupes du Nord en lui disant qu’un traité de paix était signé et qu’il n’y avait rien à craindre. Le Prince s’était lourdement trompé et il ne semble même pas se douter qu’il est sur le point d’être envahi.
Scarldor durant le tumulte réussit à sauver un soldat du nom de Nathan qui nous protégea de la fureur des villageois. 

Nous n’étions plus les bienvenus dans le nord, notre seule chance résidait de tenter de fuir vers le sud et d’alerter le Prince Tristan.


Notre marche forcée nous emmena jusqu’à la ville portuaire Follebu, nous aurions besoin d’un bateau pour traverser jusqu’à Alaron et nous rendre à la capitale Kar-Calidyrr.
Alors que nous abordions un pêcheur ce dernier proposa une somme faramineuse pour nous déposer sur Alaron. Shinobu crut bien faire en le menaçant de sa vie mais ce dernier courut à la taverne la plus proche alerter tous les pêcheurs. Nous avons « empruntés » son bateau avant de nous perdre en mer durant cinq jours.
Alors que nous nous approchions de l’île, un bateau de marins mécontents vient à notre rencontre, ils nous avaient suivis depuis Follebu ! Plus ils se rapprochaient, plus nous étions sûrs qu’ils ne venaient pas parlementer gentiment.  Shinobu et Mao tuèrent deux marins sur le bateau en face avec leurs arcs. Au moment de l’abordage les marins hésitèrent, deux des leurs étaient morts et ils n’étaient plus que quatre. Dans cette ambiance de bataille ma voix retentit enfin.

- ARRÊTEZ ! ARRÊTEZ TOUS ! PLUS DE MORTS !
 
Un calme s’installa, le temps d’expliquer la situation, nous voulions juste aller à la capitale, nous leur donnerions notre bateau une fois sur la côte. Les marins se concertèrent et jetèrent leurs morts à la mer avant d’accepter notre marché.
Une fois sur la côte certains marins murmuraient avec crainte que Le Léviathan avait détruit deux bateaux du Nord.
Mais nous n’avions pas le temps d’en écouter davantage, nous avons repris notre route à une demi-journée de marche de la capitale. Espérant obtenir une audience avec le prince au plus vite.

 
 
 

 

_________________
I'll see you around... Wolf.


Dernière édition par Ravla le 28/09/2016, 13:02; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
cauhein
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 249
Localisation: aureilhan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 01/10/2016, 15:04    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

A l'Ancien Bratsiv, je déclare en ce 7° jour des moissons tardives de l'année de la Selle le début des tests en situation réelle.
Je pense en effet être suffisamment loin de notre patrie pour échapper à l'influence de nos ennemis.

Comme je vous l'avais expliqué dans ma précédente lettre, la région où je me trouve actuellement est le cœur de conflits larvés par la piraterie.
Me joindre à un raid devrait donner les conditions optimales pour un premier essai tout en me laissant la possibilité de m'échapper en cas de problème.
L'un des seigneurs de guerre locaux, le "roi" Olric IV, recrute justement pour piller ses voisins du sud.
Lorsque je me suis présenté à leur campement, on m'a immédiatement aiguillé vers ce que je suppose être la tente de recrutement.
Il y a déjà quelques personnes qui attendent, mais j'ai le temps : ce n'est pas comme s'ils allaient lancer le raid dans la journée
Je dois avouer que j'ai été surpris en comprenant que le roi lui même s'occupait de l'audition.
Les personnes avec qui j’attendais ont exposé leurs raisons.
Il y avait une elfe du sud nommée Éléonore et un nain du nom de Scarldor qui désiraient établir un axe commercial.
Une femme entièrement couverte nommée Shinobu réclamait asile pour son peuple.
Finalement, seuls les deux derniers, un petit oriental nommé Mao désirant simplement une paye et un bretteur géant du nom de Darrel voulant juste un prétexte pour planter sa rapière, avaient une chance d'obtenir ce qu'ils voulaient d'un peuple de pirates.
En tout cas, le "roi" était visiblement moins un seigneur de guerre qu'un commandant et répondait aux ordres d'un autre.
Lequel semblait en conflit avec un certain Lolth. Sans doute un autre seigneur local.
En tout cas, Olric n'avait probablement pas l'influence nécessaire pour offrir aux autres ce qu'ils demandaient.
Quand à moi, je me retrouvais coincé : plutôt qu'une armée que je pouvais déserter si le besoin s'en faisait sentir, je me retrouvais avec un groupe restreint qui remarquerait facilement mon absence.

Ce qui n'empêcha personne d'accepter une mission de reconnaissance au sud de l'île.
Un petit fortin les empêchait d'avancer plus avant leurs raids et ils devaient préparer un assaut pour s'en débarrasser.
Nous sortîmes donc et nous mêlèrent aux troupes en train de diner.
Les guerriers s'inquiétaient de leur nombre inhabituel qui rappelait aux plus expérimentés les dimensions d'une armée d'invasion.
Leur alcool n'était pas mauvais, contrairement à l'espèce de ragoût informe dans les assiettes et tout le monde fit quelque peu connaissance.
Eléonore montra un certain talent dans la manipulation en convainquant un soldat que, oui oui, Shinobu essayait juste de rattraper sa bourse qui tombait.
Il faudra que je surveille la mienne.

Le lendemain, nous observions la carte pendant que Darrel se défoulait dans la Mêlée organisée dans le camps.
Une fois le bretteur satisfait et un officier mécontent de notre retard calmé, nous partîmes donc vers le sud.
Sur le chemin, le bretteur nous fit remarquer des traces d'une meute de loup semblant faire le tour du camp, comme s'ils le gardaient.
Contre ou pour l'extérieur? En tout cas ceux qui les ont placé là doivent être puissants, j'espère ne pas les rencontrer.
Mes réflexions furent interrompues par un loup bondissant sur le nain.
J'ai pu effectué un premier test et si j'ai pu localiser précisément les quatre autres loups, cela ne les a empêcher d'encercler notre petit groupe mal coordonné.
Je m'explique  : Mao est allé porter secours au nain gisant au sol et Shinobu est parti se cacher dans un arbre(réflexe salvateur face à un ours), ne laissant que Mao et moi pour couvrir Éléonore, peu apprêtée pour le combat au corps à corps comme tout les pratiquants des arcanes.
Celle-ci a fait toutefois montre d'une aptitude impressionnante, brisant une mâchoire canine d'un seul coup de bâton ferré.
Le bretteur n'était pas en reste, empalant précisément et mortellement les bêtes et j'ai pu moi même éprouver l'efficacité de cette arme du sud que l'on nomme cimeterre.
Shinobu, quand à elle, a abattu de nombreux buissons, démontrant que le maniement d'un arc ne faisait guère bon ménage avec l'instabilité d'une branche d'arbre.
Afin de permettre au nain de se remettre de ses blessures, nous établissons le campement.
La nuit révèle un allié inconnu qui, échappant à la vigilance de Darell, a soigné les blessures de Skarldor.
D'après les traces découvertes par Mao, il s'agirait d'un humain assez massif. Un druide?

En continuant la route Darrell remarqua que trois personnes suivait notre groupe, plus spécifiquement Eléonore, mais malgré un subterfuge de Mao, impossible d'en savoir plus.
La réponse vint dans la nuit, durant un essai concluant de la capacité de détection.
J'ai pu découvrir la présence de trois satyres, dont la nature de l’intérêt pour Éléonore était plus qu'évident.
Je convins donc avec Mao que celle-ci cèderait son tour de garde à Darell.
Malgré cette précaution, un des satyres parvint à s'emparer de la magicienne, qui ne dut sa vertu qu'à la connaissance heureuse d'un sort de sommeil.
Après avoir ligoté la créature, nous reprîmes notre nuit, laissant la décision de son sort à une réflexion moins nocturne.
Décision qui se révéla inutile puisque le satyre s'était libéré et enfuit.
Sans s’appesantir sur la chose, nous levâmes le camp et reprirent notre route.

Nous croisâmes à nouveau les trois satyres, accompagnant un druide et son ours.
Après manipulation de la part d’Éléonore, il nous laissa passer après un avertissement cryptique sur la Meute, le Léviathan et la Licorne s'éveillant pour protéger le Peuple contre la Bête.
Peut être que cette terre également est protégée des envahisseurs par les esprits de leur forêt.
Partant du principe que le druide préviendra le fortin de notre présence, nous décidons d'une approche ouverte du fortin, laissant la demi elfe prétendre proposer un accord commercial avec les locaux.
Nous montons donc le camps en vue du fort, laissant un cavalier s'enquérir des raisons de notre présence.
Lorsqu' Éléonore lui tends les papiers de l'accord, je manque un battement.
Heureusement, le garde ne sait pas lire de ne remarque pas que l'accord proposé est au nom de ses ennemis.
Elle décide toutefois de passer une partie de la nuit à forger un autre document.

Le lendemain, nous entendons un groupe brailler au fortin.
Pendant que nous démontons le camp, le plus imposant d'entre eux profère une litanie interminable de menaces plus sanglantes les unes que les autres.
Finalement, il laisse le mage de leur groupe se placer devant le portail pour incanter.
L'immense boule de feu qui en résulte ne fait qu'une bouchée de la fortification.
Le groupe entre et s'ensuit un chœur affreux de craquements et de hurlements durant lequel nous opérâmes un repli dans la forêt.
Shinobu décida quand à elle de s'approcher furtivement, m'offrant l'occasion de tester un autre processus.
La liaison s'effectue sans problèmes, mais l'encapuchonnée est déstabilisée à mon contact et trébuche dans la boue.
Ce qui s'ensuivit fût un heureux caprice de Tymora.
La voleuse repérée commença à brailler la mission que nous avait confié Ulric, ce qui confirma l'hypothèse selon laquelle lui et le groupe étaient dans le même camp.
Sans doute un de ses supérieurs s'est-il impatienté et a envoyé ce groupe s'occuper directement du fortin.
La voleuse révéla notre présence et grâce à notre liaison, nous pûmes coordonner nos rôles et rester crédible face à ce groupe patibulaire.
Ses membres sont visiblement des soldats, arborant un blason sinistre constitué d'un crâne grimaçant entouré de larmes de sang.
Pendant qu'ils finissaient de piller, nous commençâmes à explorer ce qu'il restait du fort.
Le sol était maculé de sang, les corsp des gardes jonchant chaque mètre de la court.
Shinobu trouva le journal du commandant, qui voyait ses avertissements concernant l'armée d'invasion balayés par les certitudes de son suzerain, le prince Tristan d'Alaron, et la confiance que ce dernier accordait au traité signé avec les pirates.
L'autre groupe se retire, mais leur chef nous promet que la prochaine fois que nos chemins se croiseront, il nous tuera lui même.
J'ai eu l'envie de tester sur lui la capacité que j'ai développé pour le combat, mais il s'est révélé résistant à ma tentative de contact.

Nous les laissâmes donc s'en retourner au camp, accompagnés de notre volonté de les suivre pour terminer notre mission.
Scarldor nous offrit une autre direction en nous présentant Nathan, un rescapé qu'il avait pu dissimulé aux assaillants et qui nous indiqua comment rejoindre le prince Tristan et le prévenir d'une attaque imminente.
Nous quittons donc le camp en direction de Follebu afin de gagner Alaron par bateau.
Il s'agit d'un port de pêche et nous trouvons facilement quelqu'un désireux de nous faire traverser.
Malheureusement, Shinobu décida durant les négociations de menacer le pêcheur qui fila à la taverne récupérer l'assurance du nombre.
Sans attendre de voir si Éléonore était capable de calmer une foule aussi énervée qu'avinée, nous avons donc pris l'embarcation pour filer.
Au bout de quelques jours de navigation hasardeuse, nous voyons apparaitre devant nous la ville de Caer Callidyrr.
Et derrière nous, un bateau de pêche chargé de marins énervés et avinés.
Nous fûmes rapidement rattrapés par leur navire et après deux morts, ils se décidèrent à accepter notre compromis, à savoir de récupérer le navire dès que nous aurons mis pied à terre.
Nous sommes désormais à une demi journée de marche de la capitale.
Une fois là bas, la demi-elfe demandera audience avec le prince.
Sa correspondance avec le commandant devrait suffire à le convaincre de notre bonne foi.
Quand à moi, il faudra que je me renseigne sur ce blason et ce Lolth.
Histoire de savoir où sont le marteau et l'enclume.

Votre ex apprenti en exil, Garthan Balsern.

_________________
Cold City Lüdwig Hürentocht Chouquettes?


Revenir en haut
cauhein
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 249
Localisation: aureilhan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 11/11/2016, 15:46    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Les personnages Éléonore et Darrell été joués par Archane et leurs agissements sont reportés tel quel.

Ancien, je vous d'excuser mon silence récent, mais j'ai dû délayer l'envoi de ce courrier  suite à certains évènements.
Vous en découvrirez l'exacte raison dans cette lettre.
Nous nous sommes donc arrêtés nous reposer dans une auberge de la capitale, d'où je vous ai écris ma précédente lettre.
Au lendemain, le druide qui avait sauvé le nain naguère est venu nous confier un de ses apprentis: une shaman Orc dont le nom comme l'importance m'échappent encore à ce jour. J'ai également appris de lui que le symbole était celui de Bhaal.
C'est donc un groupe plus qu'hétéroclite qui s'est présenté à la porte du donjon.
Comme prévu,
Éléonore s'est avancée pour expliquer la situation, mais le garde l'a coupée sèchement en invoquant la tenue d'un conseil de guerre.
Skarldor a tenté à son tour de faire valoir notre intérêt mais a reçu le même traitement.
Étant le seul humain mâle blanc, j'ai été le seul jugé digne d'être entendu.
Dire qu'on prétend que les Rashmènes sont des barbares.
Toujours est-il que le prince nous donne audience et que je me retrouve seul interlocuteur, élénore semblant s'être murée dans un silence béat à la vue de celui-ci.
Après que nous ayons expliqué la situation, il nous propose de retourner sur l'île pour trouver d'autres informations.
Certains d'entre nous tentèrent d'obtenir de lui ce qu'ils attendaient du roi Olric. Shinobu demanda en sus et immédiatement un sauf conduit lui permettant de voyager dans le royaume sans crainte de se faire attaquer à vue. A ce moment j'hésitais entre différentes races, naturelles comme artificielles, voir contre nature, mais la réponse me parait maintenant comme une évidence, comme elle doit vous le paraitre également.
L'Orc demanda une réserve pour les siens.
Le nain demanda également à voir l'ingénieur royal afin de lui faire quelques remontrances et le conseiller concernant les fortifications de la ville.
Nous le laissâmes à ce jeu pour retrouver Darrell qui trouvait ces choses ennuyeuses et s'était abîmé dans une taverne.

A minuit, trainant cet ivrogne sur ses jambes rendues chancelantes par l'alcool, nous nous rendîmes au rendez où des agents royaux sont sensés nous conduire à un navire prévu pour nous ramener au Norland.
Trois figures encagoulées nous abordèrent, non sans signaler à Shinobu que se plaquer contre un mur face à eux n'est pas une bonne cachette.
Les passeurs nous menèrent jusqu'au port, trajet durant lequel nous remarquons être suivis par cinq autres personnes.
Lorsqu'en vue du navire,  je m'enquis des cette filature auprès des agents, l'un d'eux planta une dague dans ma cuisse.
A ma grande gêne, aucune des techniques que j'ai développé ne pût être utile dans ce combat, mon cimeterre s'avérant seul remède à leur hostilité.
Durant ce combat, Shinobu tenta sans succès de les effrayer en se démasquant, mais il semblerait que les légendes sur les morts infligées par les Drows ne les ait pas découragés. Oui, comme vous l'avez sans doute deviné, Shinobu et son peuple appartiennent à la race des elfes noirs.
Cela explique son goût pour le sang et les menaces.
A l'exception de Darrell, affalé sur le sol, et d'élénore, recroquevillée dans un coin, chacun fit sa part dans ce combat et nous fûmes victorieux sans trop de mal.
Le chef de ces assassins avait la missive nous concernant, mais pas d'ordre écrit.
Nous décidâmes d'offrir les cadavres à Umberlie pendant que Skarldor se disputait avec l'orc pour déterminer la meilleure manière de larguer les amarres.
Cela laissa malencontreusement le temps à la garde d'arriver pour nous arrêter.
Fort heureusement, l'un d'eux savait lire et confirma l'authenticité du sauf conduit de la drow.
Nous pûmes donc embarquer, non sans s'être débarrassé du corps du capitaine qui n'a visiblement pas voulu coopérer avec nos assaillants.

Nous accostâmes donc dans une crique à une demi journée du camp et nous rendîmes compte que même si personne ne pouvait attester de notre trahison, il restait tout de même à justifier un retard d'une semaine sur notre mission.
Pendant que nous nous concertions sur un mensonge crédible, nous sommes attaqués par un groupe de gobelins.
Vous pourrez dire à Garwinld que son entrainement à l'arc est resté effectif malgré les années.
Après une victoire rapide, nous décidâmes finalement d'avancer, rencontrant et oblitérant d'autres groupes de petits verts sans trop de problèmes, ma technique de détection déjouant systématiquement leurs tentatives d'embuscades.
Un bucheron reconnaissant, que nous l'ayons libéré d'amateurs de lancer de couteau sur cible vivante, nous expliqua que ces créatures profitaient en fait de l'absence de patrouilles pour attaquer les villages de l'île.
Visiblement, Olric tient à écraser son voisin, allant même jusqu'à vider les effectifs voués à la sécurité pour gonfler les rangs de son armée.
Les combats nous ayant retardé, nous passâmes la nuit dans une cabane abandonnée, ignorant les protestations d’
Éléonore qui depuis sa rencontre avec le prince s'était muée en une petite bourgeoise insupportable.

Le reste du trajet se fit sans encombre, nous amenant en vue du camp qui avait beaucoup grandit depuis la dernière fois, illustrant les ambitions de sang de son chef.
N'ayant aucun mensonge crédible à fournir aux éventuels gardes, Éléonore proposa d'endormir un des messagers qui passaient régulièrement sur la route pendant nous nous cachons.
Le plan fût mis en application, mais une gerbe de lueurs colorées attesta de la résistance du sujet au sort de sommeil.
Le messager, loin de repartir, trouva l'elfe à son gout et descendit de cheval pour se jeter sur elle.
Shinobu réagit au quart de tour et s'interposa.
EN ce qui me concerne, j'ai enfin eut l'occasion de tester une autre de mes techniques, qui en sus de permettre une neutralisation rapide, instilla lors de l'interrogatoire une utile terreur dans le cœur du messager: Celui-ci nous apprit ce qu'il savait, à savoir l'effectif de l'armée et l'emplacement général de la flotte sensée les transporter ainsi que la confirmation de l'implication du clergé de Bhaal dans le conflit.
Cédant aux caprices d’
Éléonore, Shinobu se contenta d’assommer le messager, un risque que Mao s'empressa de juguler en égorgeant le soldat, sourd aux gémissements outrés de l'Amnienne.
Il ne restait donc qu'à déterminer l'emplacement exact de la flotte pour ensuite retourner faire notre rapport.
Sur le chemin du retour de la crique, Mao remarqua que nous étions suivis par un homme imposant.
Une fois au bateau, il se dévêtit et se transforma en chat à la manière des transes totémiques de nos berserkers.
A son retour, nous larguâmes les amarres pendant qu'il nous signalait avec ses moyens félins une absence de danger. Sans doute un autre druide avec un coin de forêt à protéger. Rien à craindre.
En sillonnant la baie, nous localisâmes rapidement la flotte dans un estuaire et repartîmes vers Caer Callidyrr.
Sur le retour, le premier geste que Mao fit en redevenant humain fût de vérifier sa bourse.
Dans son dos, Shinobu exhiba malicieusement une pièce d'argent, ce qui nous arracha un pouffement de rire quand le bretteur referma sa bourse d'un air soulagé.

Au donjon, le chambellan nous apprit que le prince était parti à Gwinneth, nous contraignant à lui faire ce rapport avant de pouvoir obtenir un navire à même de nous y conduire.
En dédommagement, il nous paya la récompense prévu et engagea les démarches pour remplir les autres obligations.
De plus, il nous convia à un banquet dont les détails me sont hélas quelque peu flous.
Au lendemain, nous fûmes escortés au port en calèche, sans assassins cette fois.
Éléonore profita du trajet pour enseigner les lettres à Shinobu, qui semble assez douée.
Moi même je profitais de ce temps mort pour développer de nouvelles techniques.
C'est d'ailleurs ce qui me permis de remarquer que s'avançaient dans le couloir un groupe de figures encapuchonnées et armées.
Ce qui me permit de dégainer et d'empaler le premier qui passa la porte de notre cabine, bloquant le passage aux autres le temps que mes compagnons se prépare au combat.
Ce qui équivaut pour Skarldor à dégainer sa masse pour briser le premier crâne à portée de son lit, pour Darrell et Mao à s'affaler par terre à cause du roulis et pour
Éléonore de se cacher derrière un meuble.
Nous étions donc à trois contre quatre.
Puis l'un d'eux s'approcha trop près des lits réduisant leur nombre à trois.
Je décapitais celui de gauche pendant que la drow épinglait celui de gauche.
J'ai tenté de maîtriser le dernier afin de l'interroger, mais la drow laissa parler son sang et le décapita.
Une fouille rapide dévoila des épée courtes à lame noire sur le pommeau duquel figurait l'insigne de Bhaal.

Voilà pourquoi j'ai du délayer ma correspondance. Il me fallait d'abord m'assurer qu'elle n'avait pas été interceptée par de potentiels alliés de nos ennemis.
Mes prochaines lettres seront donc plus rapprochées et je l'espère, vous trouveront en bonne santé.

Votre ex apprenti en exil, Garthan Balsern.



Plein de baston, donc plein d'XP. On est probablement tous passés lvl3 avec ça.

_________________
Cold City Lüdwig Hürentocht Chouquettes?


Dernière édition par cauhein le 01/01/2017, 16:09; édité 2 fois
Revenir en haut
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 06/12/2016, 23:01    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Cela fait fort longtemps que je n’ai pris ma plume afin de conter mon quotidien. Après une enquête pour le moins désordonnée nous avons réussi à avoir les renseignements que le Prince Tristan, loué soi son règne,  voulait.
Durant notre voyage en mer des assassins du signe de Bhaal tentèrent de nous ôter la vie mais grâce à l’équipage du bateau et à mes compagnons ce furent nos assassins qui périrent.
Arrivé à Gwynneth nous avons appris que le Prince était parti vers le sud afin de convaincre les elfes de se joindre à lui, la menace barbare arrivant à leur porte il est temps de faire front commun.
Nous avons décidé sur un conseil du capitaine Roderick de partir vers le nord afin de rallier les nains à notre cause pour la prochaine bataille. Quinze jours de marche nous attendent.
Un passage au temple de la ville nous en apprit un peu plus sur le dieu Bhaal, dieu du meurtre, il partagea les pouvoirs du dieu Jergal lors d’une partie d’osselets avec Bayne et Myrkul. Aujourd’hui Kazgaroth la Bête serait son nouveau serviteur.
Chacun fit ses provisions avant le départ, Shinobu réussit à mon grand étonnement à gagner un pari en jouant contre des marins.
Un messager fut envoyé au Prince Tristan avant notre départ, espérons que sa route sera dégagée et sans embûche.

Notre voyage vers le nord commença en compagnie de paysans, malheureusement lors de la première nuit Shinobu voulut apprendre une leçon de savoir vivre à des enfants un peu trop polissons et dissidents envers leur parent. Il en résultat une altercation durant laquelle Shinobu reçut une pierre sur la tête, ce à quoi elle réagit en entaillant l’oreille d’un des deux enfants.
Le paysan très mécontent de cet échange nous somma de partir à l’aube.
Les enfants partirent raconter leurs péripéties à d’autres marmots qui revinrent avec des pierres dans les mains afin de lyncher Shinobu.

- Elle est où la dame en noire ? demanda un garnement.
- La dame en noire elle est sous ton lit. Répondit Garthan avec un grand sourire, ce qui mit fin à tout mouvement de révolte.



Le lendemain après quelques heures de marche notre chemin croisa la route de deux hommes en pleine discussion, à notre vue le plus gaillard des deux nous annonça la phrase suivante.

-Ah vous voilà ! Vous m’en voyez désolé mais je dois vous tuer.

Les armes s’entrechoquèrent, le plus gaillard, un grand blond habillé de manière très coloré semblait avoir une force incroyable, son acolyte utilisa un sort de projectiles magiques qui envoya Zogla notre druidesse à terre.
Mes sorts furent inefficaces sur le guerrier, le magicien se protégea derrière un sort d’image miroir afin de dédoubler son image.
Le combat fut rude et sans la force combinée de mes compagnons, nous aurions pu tous y passer.
Le guerrier mourut le premier, Mao décapita le magicien malgré nos protestations.
Nous avions deux cadavres sur les bras et aucunes informations sur le destinataire de l’attaque.
En les fouillant aucune lettre ni document nous permit de les identifier. Je pus néanmoins trouver de nouveaux sorts à apprendre dans le livre de sorts du magicien.
Scarldor s’occupa de remettre sur pied Zogla tandis que nous nous répartissions ce qui pouvait être récupérable.
Une halte dans la ville portuaire de Silvercost nous permit de nous reposer un peu.
Je reconnus dans nos nouveaux bibelots, une amulette de résistance au poison et un bâton d’invocation. Il me faudra plus de temps pour voir ce que réserve le reste des objets.
Le lendemain notre route croisa celle d’un groupe d’halfelins forts aimables qui nous proposèrent d’acheter de l’herbe des marais. La fumer aide à calmer la douleur et la malaxer permet de l’appliquer sur les blessures et de les apaiser. Cependant à grosse dose elles peuvent devenir hallucinogènes.
Scarldor et Zogla furent de très bons clients. Je ne pus m’empêcher de repenser à mes enseignements à Athkatla en cet instant. Il faudra que j’envoie une lettre afin de les informer que je vais bien.

Notre parcours nous mena jusqu’à une ville d’halfelins, la taverne nous proposa des chambres de deux lits. Alors que j’étais dans la mienne avec Shinobu en train de me dévêtir, cette dernière pesta en se ruant à la fenêtre. 


 

Deux chats détalèrent ! Des chats noirs…j’eus à peine le temps de comprendre ce qui se passait que Shinobu sortit de la chambre en petite tenue, une dague dans la main pour se ruer dans celle de Mao.

- T’étais en train de nous mater !
- Que, quoi… ?! Je dormais !
- Ton lit est froid !

Des éclats de voix me parvinrent et la voix de Scarldor disant :

- Oulà je ne veux pas voir ça ! Annonça le retour de la roublarde dans ma chambre.

Amusée je fis les préparatifs pour le lendemain et étudia mes nouveaux sorts. Ils me permirent de reconnaître dans l’équipement récupéré sur nos bandits un ceinturon des géants des collines qui avait la capacité accroître la force de son porteur, cela expliquait la force du guerrier blond. Scaldor fut désigné pour le porter. Je cousus la robe du magicien pour qu’elle m’aille.

Au petit matin, la pluie accompagna notre marche rendant le terrain complètement boueux. Alors que nos bottes s’enfonçaient la fange et que nous progressions péniblement, Mao marcha sur un crapaud géant. Une multitude de croassement retentirent bientôt autour de nous.
Scaldor réussit à terrasser la bête mais une dizaine de batraciens nous attaquèrent.
Le combat fut difficile, Shinobu loupait ses tirs à cause de la pluie, Darenn avait du mal à s’en sortir face à un grand nombre d’ennemis, Mao tranchait tout ce qui passait trop près (au point d’en perdre sa lame à un moment), Zogla lançait des sorts de soutien sur Scaldor qui se défendit comme un diable, Garthan usa de ses sorts pour paralyser les bêtes et j’eus recours au bâton d’invocation. Le bâton fit apparaître trois mille-pattes hideux d’environ un mètre soixante-cinq. Les créatures s’attaquèrent aux crapauds, les empoisonnant lentement, s’acharnant sur leurs adversaires.
A la fin du combat des cadavres de crapauds aux pustules éclatées nous entouraient, nous avons continués en piteux état jusqu’à la ville de Onif. Dernier hameau avant la forêt.
Cette fois-ci nous n’avons pas eu le luxe d’une chambre mais seulement l’écurie pour nous reposer.
Si mon mentor me voyait ! Il m’en voudrait assurément pour un tel laisser-aller !
Après une nuit paisible j’ai identifié un anneau magique permettant de protéger du feu son porteur, l’anneau fut donné à Darenn, un deuxième sort me permit de voir que les bottes du magicien avait une légère résistance à la foudre. Elles furent données à Garthan qui n’avait pas encore récupéré d’artefacts.
Il me resterait donc un anneau et un cimeterre dont je m’occuperais plus tard.

Notre chemin reprit tranquillement. Nous avions la sensation d’être suivit. Mao envoya son chat Xiao assurer nos arrières. Trois, quatre heures s’écoulèrent avant que nous revoyons Xiao, ce dernier fila à toute allure et nous dépassa visiblement terrifié. Des pas lourds résonnèrent, un troll de trois mètres vint à notre rencontre ! Oui un troll ! Si je m’attendais à ça !
Ses blessures se refermaient après chaque coup de lames ! Au beau milieu du combat Darenn réussit à embrocher la tête du troll et à le faire tomber à terre. Garthan et Scarldor se dépêchèrent d’allumer un feu sur la tête du troll afin de neutraliser son pouvoir de régénération au plus vite.
Après cette sueur froide nous atteignions la ville qui porte bien son nom : Le Vieux Chêne.
Dans une échoppe non loin de l’immense arbre qui surplombe le village nous faisons nos emplettes.
Le chemin jusque chez les nains d’écu et encore long mais j’ai foi en notre groupe.
Traverser la forêt est notre prochaine étape, allons-nous y rencontrer des fées ? Je l’ignore, il paraît qu’il vaut mieux les éviter. Nous verrons ce que nous réserve les dieux, puisse Sunie continuer de veiller sur nous.
_________________
I'll see you around... Wolf.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
cauhein
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 249
Localisation: aureilhan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 01/01/2017, 16:08    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Ancien Bratsi, si ma précédente lettre a pu vous trouver, je pense pouvoir affirmer que mon courrier n'est pas intercepté par les ennemis que notre groupe s'est fait dans cette région.
Je puis donc continuer sans plus de délai notre correspondance

Donc, après un rapide repos au village dit du vieux chêne, qu’Éléonore mit à profit pour identifier les breloques restantes, nous nous sommes enfoncés dans la forêt.
Les sorts d'identification ayant révélé que le cimeterre était puissamment enchanté, on me le confia car seul apte à son maniement.
Peu confiante dans nos capacités d’orientation, elle tenta de se renseigner auprès d'un couple de bucherons ayant établi une cabane sur le chemin, mais ni sa part femme, ni sa part elfe ne furent accueillies avec bienveillance.
Forts de ce nouvel exemple de l'hospitalité régionale, nous poursuivîmes notre trajet sur un terrain s'avérant de plus en plus humide et accidenté.
Nous finissons par longer une rivière dont nous trouvons rapidement un guet pour passer.
Mais alors que la moitié d'entre nous était déjà de l'autre côté, Éléonore, Skarldor et moi-même furent attaqué par un trio de guerriers reptiliens.
Heureusement, nos compagnons de l'autre côté se montrèrent habiles à l'arc et les créatures furent rapidement abattues.
Passé ce petit interlude, nous reprîmes notre progression jusqu'à l'arrivée du crépuscule.
Peu désireux d'avoir à affronter des prédateurs après une marche épuisante, nous nous installâmes dans un arbre au branchage dense et solide, à l'aide du nain qui put démontrer l'efficacité de son ceinturon de force en hissant tout le monde hors de portée des fauves de la forêt.
La nuit se passa sans encombre malgré la proximité d'un terrier semblant abriter une bête assez volumineuse, un sanglier apparemment, ainsi que d'un feu un peu plus loin.
Mao ayant remarqué des traces de pas à proximité de notre camps, nous envoyâmes son chat vérifier les lieux du feu, puis Shinobu quand le chat s'avéra incapable de communiquer un quelconque sens du danger.

La Drow revint rapidement, signalant son échec et l'hospitalité des personnes installées là bas et affichant une bonhomie suspecte.
Après avoir échangé un regard entendu avec Éléonore, le groupe suivit l'elfe noire avec méfiance.
Je sais reconnaitre un charme et Shinobu en démontrait trop de symptômes.
Et évidemment, à peine accueillis par la famille de quatre installée dans un grand arbre, l'intégralité du groupe, à l'exception de la magicienne et moi, subirent les effets d'un charme.
J'ai profité de cette occasion pour vérifier si une manipulation de l'état d'esprit pouvait contrer les effets d'un enchantement.
Le résultat fût mitigé : si à force de bricolage, j'ai pu rétablir suffisamment de méfiance dans l'esprit de Skarldor pour lui permettre de briser l'emprise du sort, l'hostilité qui s'ensuivit déclencha le combat bien trop tôt à mon goût.
Fort heureusement, Éléonore eut le réflexe d'endormir la sorcière et la confusion que généra la transformation de ce qui s'avérait être une famille de sangliers garous me permit de raffermir la volonté de darren.
Malheureusement, je ne trouva aucun point d'accroche dans l'esprit ensorcelé des autres qui succombèrent au charme.
L'alpha se rua sur Skarldor, le fils ainé sur darren, le cadet dans la forêt(je ne compris qu'après coup que Shinobu l'avait attiré à l'écart) et Mao et Zogla sur la marmite.
Mes compagnons découvrirent avec désarroi un particularité de ces créatures : seule l'aura effilée d'une arme magique pouvait pénétrer leur chair.
De fait, pour l'heure seul moi était capable de blesser ces créatures, que ce soit par mes pouvoirs ou mon cimeterre.
L'autre personne à même de l'utiliser était Darren.
Tout en assaillant l'esprit de son adversaire, je m'approcha de lui pour lui confier mon arme.
C'est ce moment que choisirent les deux autres pour se tirer de leur torpeur.
Zolga enchanta Darren pour amplifier sa force qui couplée à l'aide inhérente de l'arme enchantée, ne fit qu'une bouchée de l'animal déjà blessé.
Mao s'empara de son arme, une hache qui s'avéra enchantée lorsqu'il l'enfonça avec succès dans l'épaule de l'alpha.
Darren, sous l'effet d'un sort de hâte, débita le cadet revenu bredouille de sa traque et c'est tous ensembles que nous portâmes secours au nain.
Nous abattîmes rapidement la sorcière encore endormie et entreprîmes de fouiller les environs.
Dans la chaumière, je tombe sur un grimoire grimé en livre de cuisine.
Éléonore trouve un atelier d'alchimie contenant plusieurs potions de soin ainsi qu'un poison extrêmement violent.
Le reste du groupe fût d'avantage intéressé par la découverte d'un coffre de belle facture rempli de pièces de platine.
Exténués par le combat, nous prenons nos quartiers dans les chambres.
Je profite de cette halte pour réparer les éventuels dégâts que mes manipulations ont pu causé sur la psyché de Skarldor.
Ceux-ci s'avérèrent minimes et je fis fructifier l'occasion d'avoir un esprit loyal à modeler et tenta de l'éveiller.
Malheureusement, ce fut un échec. Je soupçonne l'influence de son dieu combinée à la nature de sa race comportant des étrangetés difficiles à comprendre et donc guider.

Nous repartons donc de nuit, qu’Éléonore veut mettre à profit en testant une des capacités de la robe récupérée sur la magicienne.
Elle s'envola donc sous la forme d'une chauvesouris.
Pendant que nous progressions, avec le nain chargé du coffre que son ceinturon rendait léger comme une plume, Shinobu remarque quelque chose et s'éloigna dans la nuit.
Elle revint quelques instants plus tard avec la demi elfe, visiblement choquée par son escapade.
De la cime des arbres nous parvint le cri moqueur d'une buse qui fit sursauter la magicienne.

Nous arrivâmes enfin au pied des montagnes, où Skarldor repéra très vite un sentier de facture naine.
Confiant d'être sur le bon chemin, il guida notre ascension vers la cité naine.
Moins confiant je continuait de lancer régulièrement une détection des formes de vie.
Bien m'en pris, car je détecta deux créatures de taille humaines tandis que s'insinua dans nos oreille un chant aux harmoniques singulières qui donna à tous sauf Éléonore et moi même, l'envie de rejoindre un nid d'aigle d'où provenait le chant.
Des harpies.
Je parvins à toucher une d'elle, déclenchant une fureur qui, non content de lui couper toute envie de chanter, perturba ses aptitudes de chasse.
Après un piqué qui la fit s'écraser sur un roc à deux mètres de moi, elle se jeta dans ma direction générale en lacérant le vide, visiblement sonnée pour un moment.
Je mis ce temps à profit pour perturber l'autre harpie et laisser suffisamment de temps à Zogma pour qu'elle réduise la créature au silence.
Ceci fait, un coup de masse lui fit dévaler la pente avant de disparaitre dans le précipice qui le concluait.
Shinobu et Darren firent ensuite un concours de tir à l'arc sur la harpie qui eût à peine le temps de m’égratigner.
Une fois le nid vidé des œufs de harpie et de diverses breloques héritées de voyageurs moins chanceux, nous reprîmes notre progression et gagnâmes le fort nain.
Pour, l'heure, ceux-ci se montrent plutôt amicaux, rendus affables tout autant par la tutelle divine de Skarldor que par le riche tintement que produisait son fardeau à chaque pas. Il compte offrir le coffre lui même au dirigeant local, mais nous comptons bien en avoir auparavant dépensé le contenu.

Pour ma part, je vais continuer à creuser ce phénomène de manipulation émotionnelle. Peut-être y a-t-il moyen d'émuler un envoutement qui passerait outre les résistances magiques.


Votre ex apprenti en exil, Garthan Balsern.

_________________
Cold City Lüdwig Hürentocht Chouquettes?


Dernière édition par cauhein le 02/01/2017, 22:32; édité 2 fois
Revenir en haut
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 30/01/2017, 00:04    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Pour cette partie Shinobu fut incarné par Archane. Désolé pour le retard, j'ai été occupé par mes études et une entorse à la main. Le rapport de la partie de janvier arrivera le mois prochain si tout va bien. Bonne année et bonne lecture à tous !


Lors de notre arrêt à la ville le Vieux Chêne j’eu l’occasion de trouver quelques baies empoisonnées et d’utiliser mes sorts d’identification sur nos objets restant. Un cimeterre avec un sort de hâte fut donné à Garthan et un anneau d’action-libre fut offert à Shinobu.
 
Je n’aurais jamais dû utiliser autant mes sorts alors que nous repartions peu de temps après. Le reste de la journée me le prouva. Voici comment elle se déroula.
A l’approche d’une chaumière, des paysans prirent peur de l’apparence de Zogla et nous rejetèrent. Ce n’était pas bien grave car ils n’avaient pas les renseignements que nous recherchions mais il est triste qu’un tel comportement existe. Personne ne devrait redouter de se faire rejeter pour son apparence.
Elle est le fruit d’un amour entre une orc et un homme, de deux races certes improbable mais pas incompatible, étant aussi issue d’un mélange entre deux ethnies, j’aurais pu être à sa place…


Suite à cet incident nous avons continués notre chemin dans la forêt, nos pas nous obligeant à traverser une rivière.
Shinobu franchit la première le cour d’eau avec une corde pour nous aider. Zogla tenta la deuxième et finit la tête dans l’eau. Décidément ce n’était pas sa journée ! Une partie de l’équipe traversa sans problème. Alors qu’il restait notre prêtre nain Scarldor, le psionique Garthan et moi-même, un mouvement dans les fourrées arrêta notre progression. Trois hommes lézards en sortirent bien décidés à nous occire. Scaldor en écrasa un sans problème, son ceinturon lui donnant une force colossale, Garthan usa de sa magie pour en étourdir un, le dernier fonça vers moi.
Mes sorts étant grandement utilisés je dus me protéger plutôt qu’attaquer. Mon nouveau sort d’image miroir m’aida grandement. Mon image se dédoublant l’homme-lézard ne savait plus où donner de la tête. Ce qui laissa le temps aux autres depuis l’autre bout de la rive de tirer des flèches pour nous venir en aide.
 


Les reptiles réduits à l’état de bouille, nous avons repris notre chemin. Le jour déclinant nous avons décidés de nous arrêter pour la nuit. Notre groupe repéra un immense arbre avec une ouverture à sa base. Darenn redoutant que ce soit un terrier encore habité, nous proposa de dormir dans les branches pour plus de sûreté.
Shinobu escalada mais tomba d’une branche un peu faible ! Un cri de douleur nous indiqua qu’elle s’était foulée la cheville. Darenn essaya à son tour de monter à l’arbre et réussit. Mais une fois à son sommet il se rendit compte qu’il n’avait pas de corde pour nous assister dans notre ascension. Scarldor lui en envoya une mais Darenn l’a loupa et se cassa la figure.
Après un fou rire général, Mao tenta avec une corde et réussit à monter avec son chat.
Scarldor utilisa la corde pour se hisser et nous assista à tous grimper. Zogla porta Shinobu jusqu’en haut et la soigna.
 
La nuit, les autres établirent un tour de garde, à mon réveil j’appris qu’une grosse bête avec des défenses était passée dans le terrier. Nous avions bien fait de suivre les conseils de notre bretteur. Darenn nous informa de la présence d’une lumière nous loin de là.
La curiosité nous poussant, nous avons déviés de notre chemin pour voir ce que c’était.
Shinobu partit en éclaireuse et revient en tenant des propos étranges. Il y avait non loin de là une chaumière avec de gentils paysans qui avaient repérés sa présence, loin d’être effrayés ils lui avaient proposés  l’hospitalité. Alors que nous voulions continuer notre chemin pour ne pas perdre de temps, Shinobu insista pour aller s’excuser auprès de ces gens honnêtes. Nous nous sommes tous dévisagés…Shinobu qui trouve des paysans gentils et honnêtes ? Après la dernière altercation avec les enfants du monde rural nous étions septiques et soupçonneux. Garthan lança un sort pour lire dans ses pensées mais elle était sincère…quoique quelque chose n’allait pas.


Bon après tout peut être voulait elle se racheter après sa dernière conduite. De  plus demander notre chemin pour aller chez les nains nous servirait.
Nous avons donc suivis notre roublarde jusqu’à une clairière au milieu de laquelle une modeste chaumière était bâtie. Un homme coupait du bois à la hache, sa femme tricotait, une dame âgée préparait un ragoût et deux enfants jouaient dans l’herbe verdoyante.
Le tableau parfait, idyllique…trop peut-être.
 
 
J’eu très vite la sensation que de la magie était dans l’air. Je vis que Garthan ressentait le même problème. L’odeur du ragoût attira tout le monde près du chaudron. Shinobu salua la vieille dame sous le nom de Madame Magdalene.
Alors que mon malaise grandissait, les autres ne pensaient qu’à rester pour déguster le délicieux fumet qui s’offrait à nous. Mes avertissements ne servant à rien, Garthan utilisa un sort sur Scarldor pour lui faire reprendre ses esprits.
Comprenant ce qui venait de lui arriver notre nain fou de rage fonça sur la vieille dame et son chaudron.
 La vieille dame plus agile qu’il ne le semblait, esquiva l’attaque. Le chaudron se renversa.
 
 
Les parents et les enfants arrêtèrent leurs activités, tous se transformèrent, leurs chairs se déformant pour nous montrer leur véritable nature de sanglier-garou. Shinobu fuit dans les bois poursuivi par la mère transformée. Mon sort de sommeil endormit la vieille sorcière, Scarldor fut assailli par le père et un des enfants. Garthan lança des sorts sur les autres et réussit à faire revenir Darenn à lui. Un des enfants se jeta sur le bretteur.
Prêtant main forte à Scarldor, je lançai mon sort de mains brûlantes pour la première fois depuis mon départ de Athkatla. Quelques flammes sortirent de mes mains pour aller roussir le pelage des sangliers-garous. Mao, Zogla et Xiao mangeaient des morceaux du ragoût toujours sous l’emprise de la magie. Scarldor utilisa un sort, ses mouvements s’accélérèrent au point de devenir flou pour un œil humain. Les attaques normales étant inefficaces contre les sangliers-garous, Garthan lança son nouveau cimeterre à Darenn. Notre bretteur esquiva les attaques de son adversaire avant de récupérer l’arme.
 
Mao revient à lui et se rendit compte qu’il mangeait de la chair humaine, une main flottant au milieu du ragoût. Il tenta de récupérer son chat mais ce dernier était obsédé par la nourriture. Sur les conseils de l’un d’entre nous il fonça dans la chaumière récupérer une arme avant de revenir avec la hache enchantée du père.
Alors que mes coups de bâton étaient inefficaces, je vis revenir des sous-bois la mère garou reniflant l’air…cherchant une cible. Qu’était-il arrivé à Shinobu ? Était-elle… ? Non…Pourvu qu’elle se soit échappée !
Par sécurité je lançai le sort d’image miroir sur moi-même. Nous devions d’abord en finir avant de nous éparpiller. Darenn fut très efficace avec sa nouvelle arme, Scarldor finit par venir à bout de ses adversaires et Mao permit de renverser l’issu du combat et nous donna l’avantage.



Darenn en premier plan, Garthan à droite, Eleonore et Scaldor au centre, Mao et Zogla près de la chaumière.


Il ne restait plus que la sorcière endormie, Zolga revenue de cette duperie, insista pour tuer la sorcière, ils furent tous d’accord sauf moi. Je pensais qu’il serait plus utile de lui soutirer des informations en faisant très attention. Mais à peine j’eus fini ma phrase que la silhouette de Shinobu apparut à la lisière de la forêt. Venant à sa rencontre, je m’assurais qu’elle allait bien. Elle m’expliqua, qu’elle avait essayé d’attirer un de nos adversaires loin de nous temporairement. 
Grâce au ciel, elle n’avait rien, quel soulagement ! Le temps de revenir, les autres avaient déjà occis la sorcière et commencés le pillage de la maison.
 
 
Bon après tout, c’était inévitable…je m’enquis donc de savoir ce qui était récupérable. Cette famille avait un coffre rempli de pièces de platine et d’or, un livre de cuisine cannibale et des tas d’ustensiles ! Je pus donc disposer de quelques herbes des marais, une longue pipe, des nouveaux sorts d’illusions, un poison virulent et la robe de la sorcière. Robe permettant de se transformer en chauve-souris, crapaud ou rat. Le bâton de la sorcière fut donné à Zogla.
Ceux qui avaient mangés le ragoût furent pris d’un mal au ventre. Une pièce nous indiqua que la famille attendait du monde pour le repas. Dire que nous aurions pu être leur future pitance. Brr… !
 
 
Malgré cette inquiétante découverte, des tours de garde furent établi et je pus me reposer. Le soir même Scaldor insista pour partir durant la nuit, vu sa mine il avait l’air préoccupé.
 
Avant que le groupe se remette en marche, j’eus l’idée d’utiliser la robe de la sorcière. Sous forme de chauve-souris je pourrais plus facilement prévenir le groupe de dangers imminents. Je dus laisser toutes mes affaires à Shinobu, la transformation fut aussi surprenante que déroutante. Ma robe tomba à terre, le monde était perceptible par mes cris comme des ondes se répercutant sur mon environnement. Je pris de l’altitude pour être au-dessus du groupe. Voler et ressentir le monde de cette façon étaient surprenant ! Alors que je comprenais à peine comment me servir de ma nouvelle forme, un instinct me permit de dévier ma trajectoire au dernier moment, je sentis des griffes me frôler de très peu !! Complètement affolée, c’est dans un cafouillage le plus total que je perdis de l’altitude pour redescendre au plus vite vers la terre ferme.
Au milieu des branches et d’un chaos de perception je perdis le groupe. 
Angoissée et à bout de souffle je mis tous mes moyens mentaux en œuvre pour me retransformer en demi-elfe.
Heureusement pour moi je réussis…mais j’étais entièrement nue, tel le jour de ma naissance. 
 
 
Dans le noir complet, je pris quelques branches pour me confectionner quelques « habits ». Non que ça me dérange de rien avoir sur le dos mais je voulais être plus…présentable et surtout éviter de finir en petit collation pour un prédateur un peu trop vorace. Ma vision nocturne me permit d’avancer sans me casser la figure.
Mais pour aller où ? Alors que j’étais en train de désespérer et de regretter mes actions, une forme émergea à mes côtés, je reconnus Shinobu avec toutes mes affaires ! Je fus si contente de la revoir que je la pris dans mes bras, la remerciant mille fois ! Je crois que je n’ai jamais été aussi contente de revoir quelqu’un que je connais !
Après avoir récupérer mes effets, Shinobu m’aida à rejoindre le groupe. Suite à cet incident notre compagnie continua la marche sans problèmes…jusqu’au petit matin.
 
 
 
A l’aube un chant parvient à nos oreilles, envoûtant la moitié des membres de notre équipe, ils se mirent à gravir la montagne à la recherche frénétique de l’origine du chant. Seul Garthan, Shinobu et moi-même semblions immunisés. Ce qui paraissait être un chant de femme était en réalité l’œuvre de deux harpies ! Mes sorts de sommeil n’affectèrent pas celle qui volait au-dessus de nous.
Scarldor parvient le premier en haut de la montagne et toujours sous le charme, il se lança sans inquiétude dans les bras d’une harpie. Shinobu et Zogla qui arrivèrent derrière ne furent plus affectés par le charme. Zogla lança un sort de silence sur la harpie pour la neutraliser. Mao et Darenn qui s’approchèrent en suivant fondirent avec Shinobu sur la harpie pour la massacrer.
Pendant ce temps Garthan évita les griffes acérées de celle qui volait, la harpie lors de son plongeon se fracassa près de nous. Encore vivace la créature nous obligea à la maintenir à terre à coup de bâton et cimeterre à défaut de lui faire vraiment mal.
Au sommet dans le nid des harpies, le reste de l’équipe acheva la femme-rapace. Ils récupérèrent deux œufs de harpie et quelques joyaux.
Sur ces entrefaites, la harpie qui résistait à Garthan et moi-même reçut une flèche dans la tête, suivie de plusieurs autres. Un regard vers le sommet nous indiqua que Mao et Darenn s’était lancés en compétition de tir à l’arc. Nous nous sommes donc écartés pour les laisser avec leur cible.
 


Après une répartition des nouveaux objets nous avons repris notre route jusque chez les nains en longeant la montagne. Scarldor reconnut l’entrée de la cité naine et se présenta au garde de la porte. Il le convint aisément que nous étions sa garde rapprochée et que nous étions là pour le commerce et en mission diplomatique.  Ce tour de passe-passe permit à Zolga et Shinobu de passer avec nous.
Le garde de la porte vêtu d’une riche armure vient nous ouvrir, seul. C’est donc sous sa surveillance que nous entrons dans la forteresse…
_________________
I'll see you around... Wolf.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
cauhein
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 249
Localisation: aureilhan
Masculin Cancer (21juin-23juil) 兔 Lapin
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 19/02/2017, 11:48    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Ancien Bratsin, j'espère que les nains dont nous sommes les hôtes sauront faire parvenir cette lettre à bon port, car j'ai d'excitantes nouvelles à vous apporter.
Mais d'abord, permettez que je continue le récit de mes pérégrinations.

Comme je vous l'avais expliqué dans ma précédente lettre, notre groupe a pu entrer dans le fortin nain sans problèmes.
Là nous avons pu échanger de l'équipement nain contre une part de notre butin.
Après cela, le capitaine de la garde(en fait un membre de la famille royale mis à l'écart) nous indiqua le trajet pour gagner la forteresse.
En bon nain, il nous recommanda un trajet plus périlleux et de fait plus à même de prouver notre valeur.
Afin de mettre toutes les chances de notre côté pour les négociations à venir, nous optâmes donc pour le chemin honorable, dans les profondeurs.
Dans le groupe, nous ne sommes que deux à être incommodés par l'obscurité ambiante et c'est donc munis d'une unique torche que nous avançâmes dans le réseau souterrain, guidés par une carte de qualité naine.
Nous atteignîmes d'abord une caverne remplie de toiles d'araignées.
Ayant apparemment un passif avec ce genre de créatures, Mao tira une flèche enflammée dans la masse couvrant le plafond, causant la fuite d'araignée de tailles diverses et éclairant la descente de ce qui s'avérait être deux driders.
Éléonore jeta un cône de feu sur le filin de soie les reliant au plafond.
Le duo d'abominations n'eut pas le temps de se remettre de sa chute que mes compagnons leur tombèrent dessus, les achevant promptement.
Le feu s'étant propagé à toute la voute, nous découvrîmes l'existence d'une porte géante.

Nous étions visiblement dans le territoire des géants du froid, plus au nord du chemin menant à la forteresse.
Avant de rebrousser chemin, Skarldor et Mao tentèrent d'ouvrir la porte.
Échouant à ébranler la masse, Mao m'emprunta ma corde pour tenter d'actionner le heurtoir.
J'avoue que j'étais bien trop amusé par la perspective de le voir tenter de frapper à la porte de la demeure de ces créature pour réfléchir à ce que nous ferions si celles-ci répondaient.
Il s’exécuta et parvint à se coincer entre le linteau et la masse.
Batosai monta le dégager, mais parvint au même résultat.
Il y eut toutefois un succès relatif, puisque la porte s'ouvrit sur trois géants.
En guise de présentation, l'un d'eux envoya valser Éléonore.
Skarldor s'acharna sur les chevilles d'un géant, dans le but d'au moins attirer son attention.
Un autre couru après Zogla, déclarant préférer la chaire verte.
Pour ma part, je parvins à appliquer ma théorie sur les manipulations émotionnelles afin de prendre le contrôle d'un des géants.
Je le maintins immobile pendant que les deux acrobates, dégagés du heurtoir par le claquement de la porte, le ligotèrent d'une chorégraphie aussi harmonieuse que dispensable.
Je réitéra la même technique sur celui qu'affrontait Skarldor afin qu'il lui offre sa tête.
Le dernier avait attrapé l'orque mais du la lâcher car subissant la douleur d'une armure chauffée à blanc..
Voilà un sort de prêtre bien utile.
Lorsqu'il eut finit de retirer son armure, constatant qu'il était seul, il tenta de s'enfuir mais trébucha sur le nain qui pulvérisa ses rotules avant de broyer son crâne.
Le combat fini, Skarldor soigna les blessures d’Éléonore, mais celle-ci est dans un coma relativement avancé.
Nous repartîmes donc dans la bonne direction afin de trouver un endroit où se reposer.

Profitant d'une inattention du groupe et surtout de Shinobu durant le montage du bivouac, j'ai manipulé l'état mental de la magicienne afin de l'extraire de son état.
Je ne parvins pas à masquer mes traces car elle cria mon nom en se réveillant.
J'ai pu bredouiller une explication invoquant la magie rashmène, mais j'ignore si j'ai convaincu Éléonore.
Toujours est-il que Shinobu est venu dans ma tente pour me demander de recréer le lien spirituel que j'avais utilisé au début de nos aventures.
Sous couvert d'un rituel ésotérique, je modelais donc son esprit pour y inscrire le lien spirituel, ceci pour éviter de m'épuiser à le maintenir.
Je résistais toutefois à la tentation d'installer également une domination pour prévenir toute trahison au bénéfice de ses frères sans doute peu éloignés.
Je pense que sa fidélité à Éléonore suffira à nous prémunir.
Durant la "journée" qui suivit, le trajet se fit sans encombre, ce qui nous mit à moins d'une après midi de marche de la forteresse.
Durant la "nuit", je détecta quatre humanoïdes et décida d'essayer le lien spirituel que j'avais établi pour réveiller Shinobu.
Avec ses yeux de drow, elle reconnu des nains.
Supposant qu'il s'agissait d'une patrouille de la forteresse, nous réveillâmes les autres et Éléonore s'avança vers eux pour les saluer et entamer la discussion le temps que Skarldor se remette en tenue.
Nous ne comprimes que tardivement notre erreur : ce qui s'avéraient être des duergars se jetèrent sur la demi-elfe pour la ligoter.
Shinobu en flécha rapidement un, tandis que Darren se rua sur un autre.
Les deux derniers tentèrent de s'enfuir avec leur butin, mais une rafale mentale et un sort de sommeil les stoppa net.
C'est dans ce esprit en train de bruler que j'ai remarqué quelques chose de nouveau : un lien spirituel.
Il existait quelqu'un d'autre qui s'était engagé dans ma voie.
Mais je n'eût pas le loisir d'en savoir plus, Skarldor se jeta sur le duergar endormi dans un accès de rage primale et le broya.
C'est donc sur ces questions que j'achevais ma nuit.

Le lendemain nous vit face à un grand monte-charge, qui nous hissa promptement face à deux géants des tempêtes.
Skarldor s'exprima dans le dialecte des nains et une conversation s'engagea, au bout de laquelle nous fûmes conduit dans le quartier des étrangers.
Les géants nous laissèrent là en emportant le coffre à offrir au roi.
Celui-ci arriva sans cérémonies en exhibant, hilare, le contenu du coffre : Skarlodr y avait glissé les oreilles des géants que nous avions tué.
Une tournée générale plus tard, nous fûmes donc conduit à la salle du trône où il nous accueilli officiellement.
Il demanda à Skarldor de conter notre périple dans les profondeurs.
Si le combat contre les géants le fit sourire, celui contre les duergars et surtout sa proximité avec la forteresse, l'énerva au plus haut point.
Skarldor le recentra sur le sujet de notre visite, l'obtention d'une aide face aux armées du nord.
La mention de bhaal, que ses prêtres décrivirent comme, je cite, "une lopette d'assassin", n'eût guère d'effet, mais les appels au sens du devoir nain et un ajustement de l'esprit du roi le persuada de nous prêter les deux géants si nous parvenions à les débarrasser de la colonie duergar qu'il supposait toute proche.
Pour davantage de renforts, il nous suggèra d'aller directement voir les géants auxquels ils sont alliés et basés plus haut dans les montagnes.
Il évoqua également la légende d'une vallée féérique à l'emplacement oublié, mais proche.
Puis il nous donna congé ainsi que l'accès au quartier marchand.
Nous nous dispersâmes donc dans les différentes échoppes et je trouva enfin le temps d'écrire cette lettre.
Je pense que nous allons d'abord affronter les duergars et j'espère pouvoir converser avec celui qui dispose de talents semblables aux miens.
Si je peux le faire échapper au zèle de mes compagnons, bien sûr.

_________________
Cold City Lüdwig Hürentocht Chouquettes?


Revenir en haut
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 20/02/2017, 00:53    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Sympa ton rapport Cauhein ^^ ! Alors comme ça tu m'as dupée =P ? Ne t'inquiètes pas je ne ferais pas de metagame.
Chers lecteurs et lectrices, erratum de ma part sur mes précédents rapports pour l'orthographe de mes compagnons. Darenn devient Darell et Scaldor se modifie en Skaldor. Bonne lecture !



Je m’appelle Éléonore Sariel M’angil et je ne pensais pas que notre chemin nous mènerait à de tels périls. Notre quête nous emmena chez les nains avec qui nous devions conclure une alliance pour le Prince Tristan souverain du Ppeuple. Avant d’atteindre la forteresse de Durepierre un nain austère et téméraire nous proposa deux chemins pour nous rendre à la ville.
Un passant à la surface, un chemin habituellement réservé aux marchands, ou il faut grimper pour accéder à la porte extérieur…ou les mines infestées de monstres et d’autres joyeusetés. Le goût du défi se lisant dans les yeux de la plupart de mes compagnons et la possibilité de trouver un butin dans les souterrains influença grandement la décision du groupe.


Skaldor négocia de l’équipement et des provisions pour l’équipe. Avant de descendre pour un voyage de possiblement trois jours minimum notre groupe se reposa dans la caserne. Le groupe s’endormit une odeur de distillerie émanant du feu. J’eus la désagréable surprise au réveil de trouver des cadavres de rats au pied de mon lit. L’œuvre de Xiao le chat de notre bushi, en signe de respect parait-il…je trouve que c’est un sacré gâchis. Pauvres bêtes !


Quoiqu’il en soit il ne fallait pas que je me laisse abattre par cette triste découverte nous avions du chemin à faire !
Après avoir actionnée une cloche de mineur un premier monte-charge apparut, seul petit problème nous ne pouvions pas tous monter dessus en même temps. Notre groupe se divisa donc en deux. Darell, Garthan, Skaldor et moi-même étions les premiers à descendre.
La surface s’éloignant au fur et à mesure il nous fallut un peu moins d’une heure pour atteindre le fond dans le noir complet. Garthan qui avait allumé sa torche la tendit à Darell qui partit en exploration avec Skaldor.
Leur lueur s’éloignant nous attendions que le deuxième groupe descende. Quand soudain Garthan se mit à lever la main dans le vide.


- Éléonore où êtes-vous ?
 
Mais bien sûr ! Dans l’obscurité le mage ne voyait rien du tout contrairement à moi ! Après avoir vérifié que nous n’avions pas de torche de rechange, je pris la résolution de lui prendre la main et de le rassurer sur ce que je voyais. Heureusement ce fut le calme plat.
Le second groupe du monte-charge finit par arriver. Shinobu fronça les sourcils en me voyant avec Garthan. Je pris rapidement la décision de demander de la lumière pour disperser les malentendus. Skaldor revient une lanterne à la main pour nous indiquer le chemin,  Darell rendit sa torche à Garthan.
En sécurisant la zone ils avaient fait des trouvailles inquiétantes… dans une ville déserte des squelettes de nains reposait au côté de leur chef le Roi Galorf le Grand, pourfendeur des orcs. Un livre avec des écritures runiques naines relatait la présence de drows et de géants dans les couloirs.

Notre compagnie reprit le chemin plus prudente que jamais. Je trouvais sur les murs des champignons aux propriétés explosives, il faudrait que je concocte quelque chose plus tard…Zogla dut se baisser un peu pour ne pas se heurter la tête.



Au bout de deux heures de marches, notre chemin nous mena dans une grande caverne, Darell cogna contre une pierre. Elle se perdit dans une crevasse, résonnant entre les parois. Du mouvement au plafond attira notre attention. Des toiles d’araignées géantes parsemaient la voûte. Mao tira une flèche enflammée, les toiles s’embrassèrent.
C’est à cet instant que les propriétaires du plafond, deux grosses femmes-araignées-drow de trois mètres chacune apparurent.
Notre équipe dégaina les armes prête à combattre. Des sorts de soutien furent lancés. Les archers tiraient et parvenaient difficilement à passer à travers la carapace dure des dridders (nom que l’on donne aux drows-araignées maudits par la déesse Lloth). Mon sort de Mains brûlantes créa (surprenamment) un cône de feu dévastateur qui fit tomber nos adversaires du plafond.
Les guerriers purent se défouler au corps à corps et occirent les dridders.


Shinobu mal à l’aise nous confia que sa tête était mise à prix chez les drows et qu’elle espérait ne pas tomber sur d’autres congénères…sinon elle pourrait finir comme ce que nous venions de pourfendre. Une exclue vouée à perdre l’esprit et à finir ses jours avec des instincts animaux.


Alors que nous méditions sur le fonctionnement de la société drow, Mao attrapa au vol un morceau de minerai noir tombant du plafond. Après expertise Skaldor affirma que c’était du corail noir et que ça valait une petite fortune.


Ivre d’aventures notre groupe aperçut au fond de la salle une grande porte rustique à double battant de dix mètres de haut équipée d’un heurtoir géant. Darell et Skaldor tentèrent de bouger la porte par la force mais les lourds panneaux de bois bougèrent à peine.
Mao se dévoua et lança une corde avec une pierre jusqu’au heurtoir à quelques mètres du sol. Il se servit de ce système pour monter. Un fois au sommet il se mit entre la pièce de métal et la porte. Il appuya avec ses jambes et dérapa ! Un bruit sourd nous indiqua qu’il s’était coincé entre le heurtoir et la porte.
Shinobu grimpa pour l’aider. Elle attacha une corde autour de la taille de Mao et lança le bout à Scaldor pour les retenir en cas de chute. Utilisant le même système que Mao, elle poussa sur ses jambes, le heurtoir se souleva avant de se fracasser à nouveau sur notre bushi pas assez rapide.
Alors qu’ils se querellaient sur les possibilités d’une synchronisation défaillante, plusieurs bruits de pas de personnes de grandes tailles approchèrent derrière la porte.
La porte s’ouvrit faisant tomber nos deux compères qui finissaient de descendre derrière les panneaux de bois avec Skaldor. Nous avions devant nous des géants de givres de sept mètres de haut vêtu d’armures, immenses, impressionnants à couper le souffle.
Tout comme leurs armes d’ailleurs. Leurs regards nous indiquèrent que nous étions plus des casse-croûtes que des personnes avec qui nous pourrions discuter. L’un d’eux reconnu ma robe de mage et la montra aux autres.


«  - Les magiciens faut taper dessus en premier. »
 
Devinant très bien ce qui allait suivre je fis apparaitre trois images miroirs de moi-même.
Zogla qui s’était enfuie fut rattrapée par un géant, elle lança un sort qui commença à faire chauffer l’armure du géant.
Un coup d’épée pulvérisa le sol et une de mes images miroirs, l’onde de choc me fit voler sur quelques mètres. J’eus à peine le temps de me lever qu’un coup de hache me frappa. Le choc m’encastra dans le mur. Le rire des géants résonnèrent dans la voûte.
 
« - Comme le boss a dit, les mages d’abord ! »
 
Alors que ma vue se brouillait j’aperçus Shinobu et Mao tourner autour d’un des géants avec un corde. Malin ! Mais je n’avais plus la force de sourire et encore moins de bouger…ma conscience sombra et les quitta.



Dans cet océan de noirceur qui accompagne le passage de la vie à la mort je me vis au bord d’un lac, une brume grise m’entourant et limitant ma visibilité. Une barque non loin semblait m’attendre. Dans le lointain une silhouette voulait m’atteindre. D’elle émanait…des sons ?
Alors que j’essayais de comprendre mon esprit glissa vers l’obscurité.

 
 
Un clignement d’œil plus tard j’étais au milieu du lac sur la barque, des lucioles flottaient à mes côtés. La silhouette était plus proche, des sons se formèrent en mots et de ces mots une phrase complète.

- Éléonore reviens parmi nous !


Ma barque accosta sur une île, la forme humaine s’approcha de moi et me tira de ce cauchemar. Je reconnus la silhouette de…


- Garthan ?!



Le décor autour de moi était celui de ma tente, à mes côtés le visage de Shinobu semblait aussi interloquée que moi...Visiblement je venais de crier.
Elle me proposa de me rallonger tandis qu’elle partit chercher Zogla et Skaldor. J’appris que le reste de l’équipe avait fini par terrasser les trois géants de givres et à découper leurs oreilles pour les offrir plus tard au roi des nains. Ce n’était donc pas un rêve et j’avais failli y passer !
Hum…il faudrait que je demande si le psioniste était pour quelque chose dans mon réveil.
Shinobu monta la garde devant ma tente tandis je me reposais, l’esprit tranquille. Ouvrant les yeux un peu plus tard dans la nuit, je vis Garthan les mains sur le visage de Shinobu l’air très concentré. Il me vient en bouche la question la plus logique quand on voit deux personnes faire des choses louches que notre esprit ne comprend pas.


- Mais qu’est-ce que vous faites ?
 
Garthan ne me répondit pas la tête visiblement ailleurs, Shinobu me réconforta. Elle m’expliqua qu’ils étaient en train d’établir un lien mental entre eux. Ainsi ils pourraient à n’importe quel moment entendre les pensées de l’autre.
Bien que je ne fusse pas vraiment d’accord, je n’interrompis pas le rituel, consciente que je pourrais créer plus de dégâts qu’autre chose.
Une fois cela fait je pus discuter avec Garthan. Il m’expliqua qu’il avait tenté sur ma personne un sort visant à calmer les berserkers en rage mais que cela m’avait miraculeusement permis de revenir à moi. Je le remerciais donc de son aide (et vérifia qu’il n’avait rien fait d’autre de bizarre avec ma tête).
Une potion de soin dans mes effets personnels favorisa mon rétablissement afin d’être plus rapidement sur pied.
 
Le lendemain Skaldor qui avait une notion du temps dans ces tunnels nous réveilla, Mao semblait dégoûté en regardant Garthan. Mais que c’était-il passé ?
Notre groupe marcha durant deux jours. Nous décidons de faire halte un jour avant d’arriver à la forteresse de Durepierre.
Darell prit le premier tour de garde pendant que nous allions nous coucher.
Durant la nuit Shinobu me réveilla. Nous avions de la visite et Garthan l’avait prévenu. Je sortis donc avec Shinobu et observa l’horizon tandis que Garthan réveillait tout le monde.
Quatre nains s’approchèrent de notre campement. Voulant bien faire je m’avançais vers eux en parlant dans leur langue afin de les saluer.
Sauf qu’ils ne me répondirent pas en nain…plutôt avec quelque chose qui ressemblait au langage des démons. De l’abyssal ! Ils furent suffisamment près pour que je puisse distinguer leurs peaux grises. Je n’eus même pas le temps d’incanter un sort que deux d’entre eux me plaquèrent au sol.


 

Darell qui venait juste de nous rejoindre demanda en abyssal quelles étaient leurs intentions. Un lui répond tout en sortant une corde pour me ligoter qu’ils voulaient m’emmener à leur maître.
Shinobu décocha plusieurs flèches bien décidée à me défendre. Mao arriva à ce moment-là et fit une entaille sur le torse de l’un des nains et enchaîna avec une deuxième attaque, l’empêchant de nuire définitivement.
Un commença à s’enfuir en voyant les siens tomber et les renforts arriver. Je me débattis dans les bras du dernier qui me retenait mais je n’eus pas assez de force.
Le Duergar me retenant, hurla au fuyard de l’aider avant de s’écrouler abattu par une attaque psychique de Garthan. Les mains enfin libre je pus user d’un sort de sommeil sur le dernier fuyant à toutes jambes. Il s’effondra à terre.
Les nains haïssaient les duergars, Skaldor laissa parler sa rage et massacra celui qui n’était plus une menace au sol. Nous ne pourrions donc pas en savoir plus sur leurs intentions…
 
Notre groupe reprit sa marche jusque chez les nains, Shinobu m’entraîna à l’écart afin que je l’aide à mieux camoufler ses origines avec du plâtre et de la suie avant de monter sur le monte-charge permettant de sortir de ces tunnels.
Une fois cela fait, l’un de nous sonna deux fois sur une cloche afin que la plateforme descende. Cette dernière était assez grande pour tous nous contenir, la plateforme fut hissée par à-coups. Des bruits de poulies nous accompagnèrent jusqu’à la surface pendant une dizaine de minutes.
Encore plus grand que les géants de givres, deux géants des tempêtes d’une dizaine de mètres nous accueillir l’épée au clair nous demandant courtoisement les raisons de notre venue.
Skaldor s’avança et présenta le coffre avec les oreilles des géants comme cadeau tout en expliquant notre mission et l’importance de rencontrer le roi des nains de Durepierre.
Les gardes prirent le cadeau et avertir le roi de notre venue. Peu de temps après une demi-douzaine de nains en armures arrivèrent avec en leur centre sur un trône portatif leur roi.
Le roi éclata de rire en voyant le contenu du coffre, il apprécia cette boutade faite aux géants de givres qu’il ne portait pas dans son cœur. Il nous expliqua qu’un émissaire lui demandait des explications car un nain avait été vu semant le bazar et coupant les oreilles du cousin de leur roi.
Cette nouvelle nous fit grimacer mais le roi nous rassura et sembla satisfait du coffre féerique.
 
Le roi ordonna que nous restions dans le quartier des étrangers en voyant Zogla parmi nous, Skaldor se porta garant sur son dieu que rien n’arriverait. Sa parole nous permit d’accéder à la salle du trône pour poursuivre l’audience.
Et quelle salle du trône ! Son architecture était extraordinaire, les murs étaient en pierres ouvragées, des statues d’ancêtres nains rehaussées de pierres précieuses nous fixaient.


 

Zogla manqua de peu de briser un vase délicat -cadeau d’un empereur- au sol. Shinobu se mit à ses côtés pour assurer ses arrières.
Skaldor prit la parole et conta les raisons de notre voyage. En expliquant notre arrivée chez les nains, le roi nous informa que le garde à l’entrée était en réalité son beau-frère qu’il voulait éloigner de la cour à cause de son caractère. La reine rentra dans la pièce en armure à ce moment-là et s’assit nonchalamment au côté de son époux. Elle avait tout d’une guerrière et Skaldor en perdit la voix pendant quelques secondes avant de reprendre.


Alors que le Roi des nains montrait une profonde aversion pour les duergars et le Prince Tristan dans un langage grossier, les paroles de Skaldor semblèrent le convaincre de nous laisser son beau-frère et un géant des tempêtes pour représenter son peuple. Devant notre insistance face aux nombres d’ennemis que nous aurions à combattre et la demande de plus de renforts, le Roi nous proposa plusieurs solutions.
Si nous nettoyons les souterrains des duergars, il accepterait de nous céder son deuxième géant des tempêtes. Nous pouvions aussi grimper au-delà de la forteresse de Durepierre pour demander une audience avec les géants des tempêtes.
Skaldor parla de son désir de former une alliance commerciale avec Durepierre, Le Roi lui indiqua un poste nain tombé aux mains des orcs à libérer pour mettre en place le comptoir.
Le Roi nous conseilla de chercher dans une vallée plus à l’ouest dans les archipels l’aide des fées et des elfes tout en nous indiquant qu’il serait difficile de trouver leur emplacement exact, qui relevait maintenant de la légende.
 
Suite à ces nouvelles informations notre groupe se retira pour visiter la ville et faire quelques achats. Mao acquit une nouvelle épée marquée d’une rune drainant la vie de ses victimes chez le forgeron.
De mon côté je fis la connaissance avec Shinobu d’un gnome inventeur fougueux et enthousiaste. Ses inventions étaient aussi intrigantes que différentes les unes des autres.
Voyant qu’il s’y connaissait en plantes je lui montrais un des champignons explosifs que j’avais trouvé il y a quelques jours. Après l’avoir goûté, il m’indiqua comment mieux le préparer pour avoir un meilleur résultat.
Parmi tout son bric-à brac nous lui avons pris une loupe, des fioles vides, des herbes à chats (Mao n’aurait qu’à bien se tenir !) des herbes à elfes (même effet que les chats sur nous à haute dose mais j’en pris pour leur vertu médical) et deux livres très utiles. Un livre de sorts d’un magicien elfe et le traité d’un roi fée en féérique sur l’emplacement de la vallée que nous cherchions !
C’est avec un petit regret que je dus partir de cette caverne aux merveilles après avoir épuisé une partie de nos ressources.
Quand notre groupe se réunit à nouveau la décision fut prise de retourner dans les souterrains pour s’occuper des duergars. Un nouveau périple nous attendait…
_________________
I'll see you around... Wolf.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 21/03/2017, 22:25    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Notre groupe reprit la route vers les souterrains afin de nettoyer les tunnels des duergars. Après une journée de marche, le camp fut monté. 
Durant la nuit des cris réveillèrent tout le campement. Mao était parti dans les tunnels à la recherche de son chat Xiao. 
Shinobu se dépêcha de partir à sa poursuite tandis que nous rangions prestement les tentes. 
Garthan grâce à son lien mental avec la drow nous informa que Mao était tombé dans une embuscade, il suivit mentalement les indications de Shinobu pour nous mener à elle. 

En débouchant dans un couloir, notre compagnie aperçut Mao à terre. Shinobu n’était pas visible. 
Skaldor s’approcha de notre bushi, un trait d’arbalète ricocha sur son armure. Darell qui s’était approché reçu lui aussi un trait d’arbalète avant de se faire soudainement attaquer par Skaldor. 
Voyant les duergars sortir de la pierre, Garthan utilisa ses sorts pour en neutraliser un. 
Mon sort de Mains Brûlantes tua un autre tireur et illumina le couloir. Quatres duergars pointaient leurs arbalètes sur moi avec à leur côté une créature de taille humaine à tête de poulpe. Cette dernière relâcha son emprise sur Skaldor. 
Une violente douleur dans la hanche m’apprit que j’étais touchée. Shinobu qui était cachée contre une paroi me protégea avec Garthan. 
Skaldor et Darell après un malentendu dissipé furent un duo aussi dévastateur que meurtrier. 
Zogla s’approcha de Mao et le réveilla. 
Le flagelleur mental s’enfuit en constatant le massacre de sa petite armée. Skaldor et Garthan le poursuivirent et l’anéantirent. Ils récupérèrent ses équipements et les laissèrent à mon expertise. Il y avait des potions, un grimoire écrit dans la langue du flagelleur et sa robe à identifier pour plus tard. 

Skaldor s’occupa de ma blessure avant que nous reprenions la route. Notre troupe s’engagea au hasard dans un tunnel qui s’enfonçait plus profondément sous terre. 
Des champignons phosphorescents nous menèrent jusqu’à une immense caverne couverte de mousse et de champignons géants jusqu’au plafond. Le coin semblant propice au repos notre groupe fit halte pour la nuit. Shinobu escalada un champignon pour avoir un meilleur point de vue sur le campement. Dans son ascension, elle fit tomber des spores sur notre groupe en contrebas. 
Skaldor, Zogla et Mao commençant à voir des hallucinations décidèrent de s’endormir pour récupérer. 
Ayant utilisé une partie de mes sorts je fis de même et m’allongea dans ma tente. 


Durant la nuit une présence au-dessus de moi perturba mon sommeil. Sentant un danger imminent,  mes yeux s’ouvrirent et virent les mains un peu trop baladeuses de Garthan ! Une gifle et cri strident calmèrent les ardeurs du mage. Shinobu apparut et manqua de l’égorger pour me protéger. Après un remerciement à ma protectrice, une partie du groupe alerté par le bruit accourut pour m’aider. Honteux Garthan sortit de la tente, une trace sur la joue. 
La cohue et les éclats de rire échauffèrent les esprits. Sous le choc et mécontente j’enjoins mes compagnons à me laisser seule. 

 
 
 
 
De gauche à droite : Skaldor, Mao en forme hybride et Zogla discutant. 
 
Au petit matin les conversations et commérages animèrent le groupe d’une rare convivialité. La tente du mage avait subi un traitement olfactif de Xiao tandis que Skaldor sermonnait Garthan. Les traits de son visage dissimulés sous sa capuche Garthan se fit discret. Shinobu indiqua qu’ils avaient vu lors de leurs tours de gardes une étrange procession de champignons partirent vers la caverne suivante. 
Notre compagnie reprit la route. Durant cette marche j’aurais eu toutes les raisons du monde de laisser aller mon courroux et d’enfoncer un peu plus le mage dans le déshonneur mais un argument de Shinobu me trottait dans la tête… 
Après vérification je vis que Garthan avait voulu bien faire en me soignant grâce à un sort. Mais son bon sens ne l’avait pas prévenu que rentrer dans la tente d’une dame en pleine nuit était une très mauvaise idée. Moins rancunière, je me récitais mes enseignements pour me calmer. 
Heureusement la beauté d’une vaste forêt me changea les idées. Les parois de la caverne s’ouvraient et inondaient la végétation d’une douce lumière. 


Marchant les uns derrière les autres nous progressions dans de hautes fougères. Un bruit de course dans les fourrés arrêta notre avancée. Un gros prédateur venait de perdre sa proie et il en cherchait une nouvelle… 
Retenant notre souffle nous attendions. Le prédateur partit dans la direction opposée nous permettant de souffler un peu. Cette forêt semblait aussi splendide que dangereuse. 
Je pus néanmoins trouver des espèces de champignons qui pourraient me servir d’antidote pour plus tard. 
  
Un mur nous permit de prendre de la hauteur pour mieux évaluer les alentours. A quelques mètres de nous plusieurs sorties ainsi qu’une pyramide attira notre attention. Nous prîmes l’avis de visiter le monument avant de nous diriger vers une sortie. 
Après quelques minutes de marche, nous apercevons au pied de la pyramide un peuple de petits champignons avec des lances semblant protéger une entrée souterraine. Shinobu s’approcha et tenta d’établir un contact amical avec eux mais aucuns signes ou langages ne les convaincu. 
L’approche de pas lourds incitèrent Shinobu à se mettre à l’abri, elle eut à peine le temps de se cacher dans un buisson qu’un dragon à tête de cobra de cinq mètres de haut sortit de l’entrée souterraine. 
Jugeant que le danger était trop grand, notre groupe préféra continuer son chemin. Un champignon plus petit que les autres nous suivi un moment mais face à notre incompréhension il rebroussa le chemin. 


Quelques heures passèrent avant que nous atteignions une autre caverne, un bruit d’eau nous fit découvrir des sources chaudes pour notre plus grande joie. 
Shinobu, Zogla et moi-même eurent le privilège de nous laver les premières. Alors que nous profitions de ce moment de calme, Mao nous avertit que nous avions de la visite. 


Un groupe de guerriers nains sympathiques mais bourrus venaient pour se détendre après quelques combats. Skaldor évita un incident diplomatique quand ils virent Zogla. Il réussit même à leur soutirer des informations sur l’existence de villes drows, de flagelleurs mentaux et de golems un peu plus profondément sous terre. 
Le peuple des champignons tant qu’à lui est réduit en esclavage par le dragon-cobra qui leur assure une protection tant qu’ils le vénèrent. 
Skaldor motiva les nains à se joindre à notre cause mais à une condition. Il faudrait commencer par libérer l’avant-poste occupé par les orcs et leur laisser si nous voulions d’abord leur aide. 
  
Après une nuit de sommeil sans histoire je pus à l’aide d’un sort déchiffrer le journal du flagelleur. Il cherchait apparemment un chemin vers la surface mais n’arrivant pas à monter il avait fini par contrôler des duergars qui traînaient et à nous faire peur sur leur nombre. 
Notre mission de nettoyage des tunnels était donc finie ! Les villes duergars étant à plusieurs lieues d’ici nous n’avions pas à nous en faire. 




Le traité d’un roi fée que je m’étais procurée chez les nains nous permit d’arriver jusqu’à une immense vallée qui s’étendait plus loin que l’horizon. 
Ne sachant comment entrer en contact avec le peuple des fées, je me mis à parler en féérique au milieu d’une forêt…une voix à côté de moi répondit à mon appel. Ma surprise fut de taille quand je vis que c’était un arbre qui me parlait ! 


 
Un Ent  

 
Une discussion lente mais instructive m’apprit que nous étions dans un autre plan « la Féérie » alors que nous venions de celui de « Féérune » pour demander de l’aide. Le Royaume de Féérie s’étendant à l’infini, aucun conseil n’avait réussi à réunir les différents clans de ce royaume. La Féérie étant constituée des Ent (le peuple des arbres) et leur Seigneur Sylvanus, les Firbolgs (des géants des montagnes féériques), des Pixies et des Satyres pour les plus sociables. 
Pour le reste il y avait des elfes (sur Féérune ceux que le Prince Tristan était parti voir), des elfes dominants sous la terre (les drows à n’en point douter), des gnomes esclaves des drows et des hommes-loups qu’il valait mieux éviter. 


L’Ent se leva pour réunir un conseil et parler de notre situation, ses racines s’arrachèrent du sol. Avant qu’il ne s’éloigne trop j’eus le temps de lui demander comment trouver les Pixies et les Firbolgs. Il nous indiqua que les Pixies vivaient dans des terriers et que nous aurions plus de chance de trouver les Firbolgs d’où nous venions à flanc de montagne. 
Rebroussant chemin notre compagnie  s’arrêta devant un arbre avec un terrier. Il fallut motiver Mao pour qu’il se transforme afin qu’il apporte un parchemin aux Pixies et vérifie l’endroit. 
Quand il ressortit du terrier, il nous expliqua qu’une luciole avait voulu lui jeter un sort et qu’elle ne l’avait pas compris malgré le parchemin. Peu de temps après une porte s’ouvrit dans l’arbre et un homme à la barbiche blanche remplit de lierre nous dévisagea mon parchemin à la main. L’encre avait coulée et le message ressemblait plus à « …elfe…veut vous rencontrer… avec vous pour… ». 
Après un éclaircissement sur nos intentions, il fut très étonné des capacités de métamorphose de Mao et nous invita à rentrer. 




Des racines formaient un escalier en colimaçon, je m’émerveillais en voyant des cabanes suspendues aux racines. C’est comme si un deuxième arbre étendait ses branches sous terre. 
Le druide nous emmena auprès du sage –qui était un arbre avait un visage- ce dernier commença à saisir la gravité de notre situation quand le nom du dieu Bhaal fut évoqué. Des pixies observaient notre conversation peu habitués aux visiteurs. 
Tout se passait pour le mieux jusqu’à ce que Garthan utilise sa magie pour mieux connaître les pensées de notre hôte, son intervention provoqua l’irritation du druide et du sage qui voyait sa magie comme une pratique impie digne des flagelleurs mentaux. Et la situation ne s’améliora pas quand Shinobu dut révéler ses origines. 
Nous avons pu avoir la promesse qu’un émissaire serait envoyé chez les elfes de Féérune avant d’être congédier. 
C’était mieux que rien…mais quel dommage ! 





Pour ne rien arranger à notre voyage, Mao marcha sur de la mousse qui se souleva et projeta le bushi dans les airs qui cria :

« - ATTENTION A LA MOUSSE ! »


La mousse se transforma en l'élémentaire de terre et nous attaqua ! Mes compagnons s’occupèrent de cette menace et l'anéantirent. Shinobu récupéra une pierre verte assez grosse dans la poitrine de l’élémentaire, Mao estima que le joyau valait une gigantesque fortune. 
  
Continuant notre chemin, nous passions non loin d’une porte taillée dans la pierre que nous n’avions pas vu dans l’autre sens. A côté de cette porte une caverne abritait peut être des Firbolgs. 
Shinobu grimpa tandis que je la suivais dans son sac à dos sous forme de souris grâce à la robe de la sorcière. Lorsqu’elle fut au sommet elle attacha une corde. Elle ne vit pas venir un rocher qui nous précipita toutes les deux en bas de la falaise. Malgré le choc Shinobu réussit à se rattraper à la corde et à ne pas finir en bouillie. 
Un rire moqueur résonna en haut de la caverne. Ce n’était pas un Firbolg mais un géant des montagnes qui nous narguait. Les guerriers le pourfendirent et récupérèrent ses objets de valeurs. Notamment des grenats et des tuiles avec des peintures artistiques. 


Les bruits de notre combat finirent par attirer les vrais Firbolgs qui nous remercièrent d’avoir éliminé ce géant parasite et nous invitèrent dans leur village. Après une bonne rasade de bière et du jambon d’ours je finis par comprendre qu’il y avait trois autorités dans ce village. Le chef des chasseurs (qui nous avait accueillis et qui était le premier à terre complètement alcoolisé), le chef des guerriers et le sage du village très lié à la religion. 
Voyant que je n’arrivais pas à convaincre les chasseurs et les guerriers, je proposais de nous en remettre aux osselets du sage pour décider de leur participation dans notre quête. 
Malheureusement les osselets ne furent pas en notre faveur. Lasse, je commençais à les remercier de leur hospitalité quand Mao me souffla une idée. Je répétais donc l’air de rien la phrase suivante : 


« - J’aurais cru que de fiers guerriers comme vous aurez voulu participer à une grande bataille...dire que MÊME LES PIXIES ont acceptées. » 
  


Le chef des chasseurs se réveilla de son errance alcoolique et se battit avec le chef des guerriers en le traitant de lâche. Le sage nous conseilla de rester pour voir l’issu du combat. 
Maître chasseur gagna la joute et proposa deux chasseurs et deux guerriers volontaires à nos côtés. 
Les villageois ne se lassant pas de l’activité que nous faisions nous proposèrent plus longtemps l’hospitalité. 


Je n’aurais pas cru que piquer leur fierté engendrerait d’aussi bons résultats ! Notre avancée vers de plus grandes alliances est parfois difficile, chaotique et très risquée mais quand je pense à tout le chemin que j’ai pu parcourir depuis Athkatla je ne peux que me réjouir. Pourvu que nous ne rejoignons pas trop tard les forces du Prince Tristan…
_________________
I'll see you around... Wolf.


Dernière édition par Ravla le 22/03/2017, 15:17; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 15/04/2017, 11:16    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Forts de quatre Firbolgs en plus notre groupe partit du pittoresque village avec pour objectif de trouver le chemin de retour vers la forteresse des nains.
Mao et Shinobu partirent en éclaireurs avant de revenir sur leurs pas pour nous informer qu'ils étaient tombés sur un camp de géants des montagnes.
Les Firbolgs ne comprenant pas notre langue, je dus leur expliquer la situation. Alors que nous pensions faire un détour les Firbolgs insistèrent pour aller au combat.
Et par insister, ils se dirigeaient droit vers la zone dangereuse. Il était inconcevable pour eux de refuser un combat contre leurs ennemis jurés les géants de montagnes.
Je pus négocier qu'ils attendent un peu le temps que nous arrivions en renfort pour les encercler.
 
Notre petite armée commença à entourer la falaise et à la gravir. Les géants des montagnes s'apercevant de l'attaque lancèrent des rochers sur les Firbolgs.




 


 Géant des montagnes 
 
  
  
 
Le reste ne fut qu'une série de cris et de coups. Après quelques sorts j'entrepris de monter pour assurer l'arrière garde.Au sommet je vis l'ensemble du camp, un de nos Firbolgs venait de mourir tandis que Skaldor et Darell se battaient contre trois géants. Shinobu semblait avoir des difficultés dans le lointain.Nous étions en train de perdre l'avantage, nos adversaires avaient une force titanesque. Et alors l'impensable se produisit, un géant leva sa massue et l'abattit sur Skaldor. Le nain mourut sur le coup. Le choc de cette vision me fit réagir violemment. Il était hors de question que je perde un ami de plus, ce géant allait payer !!!Déchaînant mes sorts les plus puissants, un éclair et des jets de flammes sortirent de mes mains.
Mes compagnons redoublèrent d'efforts et reprirent l'avantage. Les géants des montagnes furent annihilés.
De la fumée s'élevait dans les airs, nous avions gagnés...mais à quel prix.
Même les Firbolgs habitués des combats ne ressentaient aucune joie à la vue de ce triste spectacle.
 
Nous étions abattus et fatigués, il nous fallait du repos.
Le lendemain notre groupe comptait un membre de plus. Durant la nuit notre géante émeraude avait éclot pour faire naître un élémentaire de terre. 
L'étrange créature semblait considérer Darell comme sa mère. Ce petit numéro nous remonta le moral. 
Les Firbolgs brûlèrent leur frère tombé au combat tandis que je préparais un baume de conservation pour le corps de Skaldor. 
Peut-être que le roi des nains pourrait demander à ses prêtres de ramener notre compagnon à la vie. Les chances étaient maigres mais ça valait le coup d'essayer. Mao appliqua le baume et récupéra les affaires de Skaldor.
Avant de partir je pris l'initiative de chanter une prière en féérique pour ceux tombés au combat. Les Firbolgs apprécièrent le geste.  
 
Garthan qui avait un peu le sens de l'orientation nous guida jusqu'à une grotte. Notre groupe marcha pendant une dizaine d'heures avant de croiser une étonnante porte.
Haute de trois mètres en bois vermoulu et entourée de lanternes magiques, la porte était imposante. En regardant autour, des échafaudages soutenaient la voûte artificiellement. Nous ne savions pas si nous voulions vraiment regarder ce qu'il y avait derrière cette porte. La dernière fois nous étions tombés sur des géants de givre et j'avais failli y passer.
Nous avions du mal à nous décider, fallait-il continuer ? Jeter un rapide coup d'œil ?
Ma curiosité l'emporta et je toquais à la porte sous les protestations de mes compagnons.
Un grand automate nous ouvrit et parla en elfique. Confiante je demandais quelques renseignements à l'automate qui me répondit que son maître pouvait peut être nous aider.
 
Il nous laissa rentrer et prit nos manteaux comme un domestique ferait avant de nous guider vers le propriétaire des lieux.
L'automate nous mena jusqu'à une salle remplie de livres et de divers instruments. Notre hôte était sur un sofa dos à nous, se réchauffant devant une cheminée alimentée par un feu magique. Il se leva, sa silhouette longiligne nous dépassant à tous. Il s'exprima dans un elfique très ancien avant de se retourner vers nous.
Il était vêtu d'une longue robe noire mais ce qui nous marqua le plus fut son visage à moitié décomposé. Il y avait de la magie dans l'air c'était certain, une puissante magie.
Considérant qu'il ne valait mieux pas contrarier notre hôte malgré l’antipathie que j'avais, je cachais mon ressenti et lui parlais poliment. Darell comprenant l'elfique mena la conversation avec moi.







 Notre mystérieux hôte 
  
  
 
Notre hôte surprit de recevoir de la visite nous fit bien comprendre qu'il n'avait pas reçu de visiteurs depuis plusieurs siècles et que lui-même vivait sur cette terre depuis six mille ans. D’après ses dires les elfes étaient des descendants des fées, il demanda si les elfes régnaient encore sur certaines régions avant d’apprendre qu’ils s’étaient exilés et que leur puissance n’était plus la même que celle d’antan.Pensif il nous parla de ses créations, ses golems. Son serviteur était un parfait exemple d'un travail ayant duré plusieurs années. Il avait sacrifié plusieurs esclaves duergars pour arriver à ses fins. Nous ne portons pas les duergars dans nos cœurs mais de là à leur infliger ça, quelle horreur ! Sensible à mes charmes il me proposa de partager son savoir avec moi, de devenir son apprentie et d'apprendre l'art de la nécromancie.Ce que je refusais avec délicatesse, mes préceptes m'interdisant de corrompre ma magie avec de telles pratiques. C’est à cet instant qu’il remarqua Garthan et fit la proposition de lui offrir l’immortalité sous forme de mort-vivant. Je traduis à Garthan qui déclina l’offre.
Voulant me donner un présent, il suggéra de me créer un golem. J’étais très enthousiaste à l’idée d’avoir un allié de plus mais le temps nous manquait. Nous devions ramener Skaldor auprès des prêtres au plus vite. 
Après plusieurs refus et quelques amabilités l’elfe me donna un manuel pour fabriquer des golems et évoqua une île avec des golems intelligents existant dans les souterrains.
Il insista pour que nous prenions le thé et que nous rencontrions sa femme mais mes compagnons m’incitèrent à partir au plus vite. C’est avec des paroles bienveillantes que nous avons laissés notre hôte pour reprendre notre route.
 
Nous étions fatigués mais le groupe ne souhaitait pas camper aussi près du domaine de l’elfe. Nous avons forcé la marche jusqu’à une haute corniche. Il y avait des champignons en contrebas pour amortir en cas de chute mais je n’étais pas très sereine. Les Firbolgs descendirent les premiers sans problème. Sentant mon tour venir je pris mon courage à deux mains avant de sauter. Je compris très vite que je m’étais élancée trop vite et que Shinobu avait fait de même derrière moi.
Un Firbolg essaya de nous rattraper mais réussi seulement à intercepter Shinobu. Je ressentis le choc avec le sol mais ne me cassa rien, je venais d’avoir une chance incroyable !
Alors que je me relevais, Mao sauta avec grâce et atterrit sans encombre à nos côtés, un sourire rayonnant aux lèvres. Décidément notre bushi était plein de surprise !
 
Après une nuit de repos dans une grotte remplie de champignons, notre groupe reprit la route et arriva à jusqu’à l’ascenseur de la forteresse.  Une porte non loin du monte-charge attira l’attention de Garthan qui était sûr d’avoir ressenti une présence hostile.
Shinobu rentra dans la pièce pleine de tonneaux et ressorti avec un rat qu’elle donna à Zogla afin qu'elle le dresse pour elle. Il n’y avait aucun ennemi !
Plus tard après quelques préparatifs de camouflage pour Shinobu et des instructions pour les Firbolgs une partie de notre groupe monta avec le corps de Skaldor. Les géants des tempêtes à notre arrivée comprirent très vite que quelque chose n’allait pas. J’expliquais rapidement la situation étant la seule à parler la langue des nains.
Ils emmenèrent le corps de notre prêtre et nous conduisirent jusqu’à la salle du trône.
 
Plus tard après une longue attente le Roi nous reçut et nous informa qu’il prenait à sa charge les frais pour la résurrection de notre ami. Il nous demanda de faire notre rapport. Alors que nous étions en train de nous exécuter, une silhouette familière escortée par des gardes entra dans la salle. Shinobu sans hésitation s’élança et moi à sa suite pour prendre dans nos bras notre nain favori. Skaldor était de retour !!! Nos autres compagnons adressèrent un salut complice et respectueux à notre miraculé.
Le Roi trouva cet échange "touchant" avant de nous inciter à continuer notre récit.


Il fut très intrigué par cet allié fabriquant de golems que je mentionnais mais sa curiosité laissa place à une avidité d’en savoir plus quand je sortis le manuel de fabrication des golems. Le Roi fut désappointé de voir que je ne lui offrais pas l’ouvrage mais que je voulais bien en partager le savoir. Un travail de traduction étant à faire nous avons pu négocier d’avoir de l’équipement à moitié prix en échange de nos services.


Le Roi demanda si notre compagnie avait un nom. Nous n’avions pas pensés à ce détail, tout c’était passé si vite ! Nous étions devenus un groupe soudé, emporté par les événements et les intrigues. Nous avons répondu au Roi que nous allions y réfléchir. 
Nous sommes un groupe très hétéroclite et puisque c’est la recherche d’alliance qui nous a réunis, Shinobu proposa La Compagnie de l’Alliance. J’aimais bien ce nom mais le débat entre les membres du groupe est encore animé au moment où j’écris ces lignes.


Tandis que nous avons pris nos dispositions en ville, le Roi des nains envoya les Firbolgs au point de rendez-vous avec le Prince Tristan ainsi qu’une missive attestant que les nains se joignaient à lui.


Les jours précédant notre départ le rat dont Zogla avait la charge mourut. Non pas à cause du chat de Mao – bien qu’il avait failli y arriver - mais il n’avait rien pu faire face au poing du petit élémentaire de terre qui s’appelait maintenant "Bibou" en raison des bruits qu’il produisait en se déplaçant quand il était heureux.
En prévision de notre voyage, Shinobu s’équipa d’une épée courte avec une rune d’acidité et Garthan put récupérer la robe du flagelleur après identification. Notre prochain objectif sera l’avant-poste occupé par des orcs. Puisse Sunie veiller sur nous une fois encore.
 
A SUIVRE…
_________________
I'll see you around... Wolf.


Dernière édition par Ravla le 15/04/2017, 16:28; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ravla
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2015
Messages: 234
Jeux maîtrisés: Donjons et Dragons; Cold City; Sillage
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Joueur ou MJ: Joueur

MessagePosté le: 24/05/2017, 16:16    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms Répondre en citant

Notre départ de la forteresse des nains se passa sans trop d’incidents. Tout allait pour le mieux, l’ascenseur s’enfonçait lentement dans les ténèbres jusqu’à ce que Mao remarque qu’il avait oublié son tabac chez les nains. 
Pour éviter de nous faire perdre du temps, Shinobu suggéra que je lui donne l’herbe à chat que le gnome nous avait offert. Il sentit la plante sous sa forme humaine est acquiesça, content. 


Skaldor depuis sa résurrection ne tenait plus en place et avançait de bonne humeur. Après quelques heures de marches, Zogla qui assurait l’arrière garde nous fit comprendre discrètement qu’elle sentait une présence dans l’ombre derrière nous. 
Shinobu proposa au groupe d’avancer tandis qu’elle se cacherait dans les ténèbres pour voir de quoi il s’agissait. Notre groupe continua son chemin comme si de rien n’était tandis que la drow disparut. Garthan laissa tomber sa torche pour que Shinobu ait plus de facilité à voir. Son lien télépathique avec Shinobu nous permit de savoir que c’était de petite taille et que ça sautait… ? 


Malgré mes recommandations, c’est à cet instant que Mao choisit de sentir sous sa forme hybride la plante. Prit d’une frénésie il commença à s’en mettre sur toute la figure. Son état empirant de secondes en secondes je lui enlevais le sachet des mains. Ne se contrôlant plus il se jeta sur moi pour récupérer son dû. Surprise, un cri m’échappa alertant Shinobu qui sortit de sa cachette. Cette dernière courut lui mettre une claque pour qu’il se calme. Une fois revenu à lui il se débarrassa de la plante pour de plus en subir ses effets en feulant dessus. Ce remue-ménage permit à notre mystérieuse créature de disparaître. 

Dans le lointain une lueur vacillante indiquait le bout du tunnel. Notre compagnie – toujours sans nom- s’approcha discrètement jusqu’à une porte à double battant fracassée. Une odeur de charogne s’éleva dans les airs, la lumière des torches autour de la porte nous offrit un spectacle glaçant. Une montagne de cadavres était entreposée devant la porte…des cadavres de nains. 
Étrangement des têtes d’orcs sur des pics ponctuaient ce décor sinistre. 


Mao défonça la porte peu soucieux d’être discret. Notre groupe suivit son sillage jusqu’à une première salle. Autour d’une mare une douzaine d’orcs étaient assis. Devant leur manque de réaction face à notre entrée les plus téméraires d’entre nous s’avancèrent à leur rencontre. Ils découvrirent avec stupeur que les orcs étaient morts, des orbites vides à la place de leurs yeux. 
Skaldor fit tourner son arme et envoya les cadavres dans la mare. Darell qui vit du mouvement dans l’eau et entendit un langage démoniaque, il nous traduisit une troublante phrase : 
« Merci, le sacrifice est accepté. ». 
  
Il sortit les armes et sembla  vouloir en découdre avec la créature. Deux énormes pattes griffues sortirent de l’eau bientôt suivi d’un faciès canin aux dents aiguisés et de deux serpents. L’abomination saisit Darell à la gorge et le souleva du sol. Garthan lança un sort qui renvoya le cerbère vert son plan d’origine sauvant ainsi la vie de Darell. Notre mage nous précisa qu’il allait très certainement revenir et qu’il valait mieux bouger au plus vite. 
Plus loin sur des poutres et des murs je pus décrypter un langage obscur faisant mention de la ville de Luskan, d’une incantation ainsi que le dessin d’un crâne avec des gouttes…Bhaal ! Ce dieu avait donc étendu son emprise jusqu’ici…quelle infamie ! Pourtant j’étais loin d’imaginer toute l’horreur que je verrais dans ce fortin… 
  
Notre marche nous mena jusqu’à un embranchement. Il fut décidé de partir vers la gauche. Au bout de quelques mètres, trois cadavres d’orcs pendus par les pieds nous accueillir. Leur sang dégoulinait de leurs gorges jusque dans des seaux. Ma gorge se noua devant une telle atrocité. Comment pouvait-on infliger ce genre de choses à un être vivant ?! Mon regard se posa sur Zogla avant de lui recommander la plus extrême prudence en ces lieux. Les orcs n’étaient plus les maîtres de ce bastion… 


C’est à cet instant qu’une créature courte sur pattes, aux oreilles pointues et au ventre bedonnant arriva dans la pièce en chantant un hachoir dans la main. Il fut surpris de notre présence, Skaldor ne lui laissa pas le temps de courir que son arme l’acheva dans une glaire purulente. Darell lui ouvrit le ventre, des tas de petites araignées en sortirent déguerpissant à toute allure. 


Mais que c’était-il donc passé ici ? Pour en trouver la réponse, nos pas nous menèrent jusqu’à une salle à manger. Sur une massive table en bois, un orc plus costaud que les autres était attaché, c’était sûrement le chef. Entièrement écorché, une pomme dans sa bouche, ses geôliers n’avaient eu aucune pitié. Shinobu voulut récupérer la pomme, l’orc émit un soubresaut, il était encore en vie ! Alors que j’allais proposer de le laisser parler, Shinobu lui trancha la gorge à mon grand désarroi ! Il mourut dans un affreux gargouillis. Quel gâchis…il ne méritait pas ça. 
Pour sa défense Shinobu expliqua que c’était sa façon de se calmer face à l’horreur que ce lieu dégageait… 
  
L’exploration continua, un couloir piégé par un mécanisme nain, une salle vide avec des tonneaux de bières et une gargouille au bon goût discutable, il ne semblait rien y avoir d’intéressant. Rebroussant le chemin, je sentis soudain dans le couloir une brise venant du mur. 
Alertant mes compagnons le groupe s’arrêta. Alors que j’expliquais mon ressenti, l’orc écorché que Shinobu avait tué marchait vers nous, plus mort que vif, cherchant à se venger. 
Nos guerriers s’élancèrent vers lui tandis que je cherchais la source d’air. En tâtonnant sur le mur ma main enfonça une pierre. Une partie du mur pivota complètement et embarqua Shinobu, Zogla et moi-même de l’autre côté nous séparant du reste de l’équipe. 
Les éclats du combat nous parvenaient de loin, autour de nous une tapisserie rouge nous cachait le reste de la pièce. Jetant un coup d’œil derrière la tenture, je vis un grand homme de dos, immobile, regardant une statue avec deux têtes de mandrills, des bras tentacules et des pieds de rapaces. Autour de lui des statues de dieux nains étaient renversés, cette nouvelle entité marquait sa domination en ces lieux. 
  
Proposant un plan à mes coéquipières, je pris mon bâton d’invocation et me lança un sort d’Amitié, peut être m’attirerais je ainsi les faveurs de mon futur interlocuteur. Sortant de ma cachette et m’approchant de celui-ci je pus l’examiner avant de lui parler. Proche des deux mètres, un corps qu’on devine bien sculpté sous sa grande toge blanche, des oreilles en pointes il me répondit sans se retourner. 


Soulagé que je ne sois pas un de ses geôliers il m’expliqua qu’il était sous l’emprise d’un sort de paralysie l’obligeant à rester devant la statue de Demogorgon (prince des démons) et ceux depuis de nombreuses années déjà.  


  
Statue de Démogorgon 

M’informant sur les raisons qui auraient poussés ses ennemis à lui lancer un sort pareil, il me répondit qu’il était sous les ordres de son seigneur Arioch, lui-même sous les ordres du prince des diables et que les diables et les démons ne s’entendaient pas du tout. 
Jugeant qu’il n’était pas très dangereux Shinobu sortit de l’ombre bientôt suivie par Zogla. Il proposa un pacte dont nous pourrions fixer les conditions. Shinobu négocia en échange de sa liberté son aide pour nettoyer le fortin et tout ça bien sûr en nous laissant notre intégrité physique et morale tant que nous serions à l’intérieur de ce fortin. 


Le contrat fut accepté, Zogla le libéra. Il enleva sa toge révélant une armure noire avec une flamme rouge en son centre ainsi qu’une lourde épée. C’est à cet instant que nos compagnons  nous rejoignirent et qu’il fallut expliquer à tout le monde que nous étions des alliés. Acceptant de ne pas faire de mal à nos amis notre nouvel allié se présenta sous le nom de Metec Metec, cambion (demi-diable), chevalier de la Géhenne. Plan à la chaleur intense où il est de rigueur de torturer les tyrans et criminels après leurs morts. 


  
 
Metec Metec 

 
Pendant que nous faisions connaissance le camp fut monté. Notre compagnie était partie depuis une bonne journée depuis la forteresse des nains, nos guerriers avaient besoin de repos. L’orc du couloir n’était qu’une enveloppe pour une créature immortelle. Elle était sortie du corps de l’orc avec deux haches ! Le combat avait été rude et tellement violent qu’il avait tourné en leur défaveur, heureusement le plafond s’était effondré sur leur ennemi, le tuant sur le coup. 


Alors que nous nous demandions qui pourrait faire le tour de garde cette nuit, Metec Metec nous assura qu’il n’avait pas besoin de sommeil et qu’il pouvait monter la garde tout seul. Avant de nous coucher nous avons essayé de savoir s’il pourrait nous aider dans notre combat contre les barbares et le dieu Bhaal. Il nous révéla que le roi des barbares Olrick IV était un imposteur et que pour se battre contre Bhaal il lui fallait une contrepartie intéressante. Je lui proposais mes services mais il était visiblement plus attiré par les plaisirs de la chair que par mes compétences. Après réflexion je refusais l’offre. 


Alors que nos compagnons partirent se reposer il proposa un pacte à Shinobu. Pour échapper au châtiment de la déesse Loth à sa mort (être dévoré par des araignées pour l’éternité) il lui proposa à son trépas de devenir une de ses nombreuses concubines, elle aurait ainsi une place de choix et pourrait torturer des criminels quand l’envie lui prendrait. Loth ne pourrait pas la récupérer et elle resterait en enfer avec lui pour l’éternité. Elle me prit à part pour discuter de cette opportunité. 


Je ne pensais pas que son devenir après sa mort la préoccupait autant, je lui fis pars de mon inquiétude. Je souhaitais une meilleure fin pour elle mais pas ça. Elle me rassura un dernier sourire sincère aux lèvres avant de se diriger vers Metec Metec et d’accepter sa proposition. Elle lui fit promettre d’avoir un anneau pour sceller leur pacte. Elle ne put pas avoir de baisemain mais le diable amusé par son insolence lui serra la main. Quelque chose céda en moi en cet instant. Shinobu revient dans ma tente et se coucha heureuse. Pourtant si elle avait vu mon visage à ce moment-là elle aurait vu à quel point j’étais dévastée par sa décision. J’étais impuissante, incapable de lui promettre un meilleur avenir et je venais de la perdre. Souffrant en silence je ne réussis pas à dormir. 
  




Le lendemain notre inspection des lieux commença par la pièce à côté. Ce qui devait être un temple était maintenant un endroit de désolation, des restes de statues naines, une fontaine avec du sang…Skaldor pria pour rendre un peu de pureté en ces lieux. Un bruit dans le couloir attira notre attention. Metec Metec se plaça devant moi dégainant son épée, mes compagnons à ses côtés firent de même. Si il y a bien une personne que nous ne voulions pas croiser à nouveau c’était bien l’homme en armure de rhinocéros avec le blason de Bhaal et ses compagnons. Pourtant il était bien là devant nous bien décidés à en découdre. Des combats à morts commencèrent. 


Skaldor, Darell et Mao se bâtirent contre le barbare, Metec Metec s’occupa d’un autre guerrier. Garthan, Zogla et moi-même avons depuis l’arrière de la salle lancés des sorts d’abord sur le mage puis sur le nain clerc plus vulnérable. Shinobu s’occupait d’essayer d’avoir le mage et l’assassin demi-elfe invisible. 
Durant la mêlée un sort de confusion du mage ennemi ricocha et toucha Darell qui malgré son efficacité avait pris de lourds dégâts. Il se mit à déambuler dans la salle, fauchant tout sur son passage. Le clerc et le barbare moururent sous nos coups. Le mage prit la fuite et utilisa une statuette avant de voir que Shinobu se dirigeait vers lui. 
Metec Metec acheva son adversaire. Darell toujours sous l’influence du sort leva son épée sur Shinobu, voyant la catastrophe arriver je parviens à lancer un sort de sommeil sur Darell l’arrêtant dans son geste. 


Je n’eus pas le temps de réfléchir que des mains crochues sortirent de la fontaine…le chien démon était de retour. 
Garthan le révoqua créant une grande frustration pour Skaldor qui jeta sa hache. Shinobu fila à la poursuite du mage, moi sur ses talons. Je la perdis de vue avant de la voir revenir vers moi en courant. Apparemment elle avait croisée des squelettes dans la salle à manger. Retournant auprès des nôtres, Metec Metec était en méditation et appela ses « amis » transformant la fontaine en portail pour les diables. Bientôt des dragons bipèdes et des monstres difformes nettoyèrent le fort. 


  Vous qui lisez ces lignes…ne faites JAMAIS de pacte avec un diable ! Ils connaissent les contrats mieux que vous et trouverons TOUJOURS une faille à exploiter. Notre erreur fut de ne pas préciser que le fortin nous appartiendrait à l’issue de cette aide, aujourd’hui c’est la propriété d’une armée de diables ! 


Les squelettes de la salle à manger n’étaient qu’une illusion. Une sortie sur une crique nous permit de voir les survivants au service de Bhaal s’enfuir sur un bateau. 
Après un peu de repos je pus identifier une partie des objets que le groupe me ramena à l’issue de ce combat. Metec Metec offrit un anneau à Shinobu, elle lui fit un bisou et l’appela « mon futur ». 


Cela me peine grandement de la voir comme ça. Shinobu ne pense plus à nous, à moi. Elle considère Metec Metec comme son sauveur. Je savais que sa situation n’était pas fameuse mais de là à faire un choix pareil… 


 Je vais accepter sa décision aussi douloureuse soit elle. 


Pour aller de l’avant il le faut. D’autres bonheurs m’attendent et ma tristesse pourrait les faire fuir. Je sourirais une fois encore pour repousser la souffrance et les atrocités de ce monde. Cela prendra du temps…mais j’y arriverais.
_________________
I'll see you around... Wolf.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:26    Sujet du message: [Rapports] Forgotten Realms

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> le Rôle -> Les Autres Rôles -> AD&D V2 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com