Les Terres d'Ouest Index du Forum
 
 
 
Les Terres d'Ouest Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> les autres activités -> Lecture, romans
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Destin
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2017
Messages: 333
Localisation: B2B
Jeux maîtrisés: Selon
Masculin Taureau (20avr-20mai) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 04/05/2017, 21:34    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997 Répondre en citant



La bande annonce rend assez mal le fond du film, encore que tous les ingrédients dynamiques y soient. Mais c'est un peu comme Fight Club, cette lourde charge contre la société de consommation certes portée par un nombriliste ... dont on crut bon de faire un film pour brutes et autres petites frappes, en n'en retenant que les quelques malheureuses scènes de combat. En effet, Starship Troopers relève de ces films de SF dont, sans mentir, je dirai que le propos témoigne assez bien de l'époque dans laquelle nous vivons.

Inspiré par le roman idoine de Robert A. Heinlein, du genre néofasciste dans la vie, le réalisateur Paul Verhoeven - sur la base d'un scénario de Edward Neumeier adaptant librement - parvient assez bien à transcender le néofascisme pour porter à l'écran toute sa débilité morale, encore qu'il y aura toujours sur Terre des Hommes pour adorer le trip présenté (j'en connais) de même que certains adulèrent Tyler Durden (de Fight Club). C'est dire toute la charge tragique de la chose, un peu comme Clément Rosset ne juge bonne une œuvre d'art que si elle applique quelque principe de cruauté. Or ici, nous y sommes.

C'est assez simple : si vous dépouillez la société de Starship Troopers (la Fédération planétaire) de son militarisme forcené (dirigée par le skymarshall), et en l'entendant de la bonne oreille, résonnera soudain pour vous, et de loin en loin, une vérité du monde contemporain.

Cette société distingue deux catégories de membres : les citoyens, et les autres, réactualisant sous un angle la démocratie athénienne sur le mode spartiate dans l'âme, car la violence y est parfaitement assumée et le droit de vote - attribué uniquement à ceux qui ont mérité le titre de citoyen, soit donc notamment ceux qui prennent la liberté de s'engager dans l'armée - n'est pas accordé à tous. Pour entendre ça de la bonne oreille, il ne faut pas seulement se dire humanitairement que "dans le monde, la démocratie n'est pas partout, et le film en témoigne" ... il ne faut pas seulement se dire "non mais en fait cette société n'est pas la nôtre, de ce que nous n'avons pas besoin de faire quelque service pour pouvoir voter, où voter est un droit - non un devoir" ... mais il faut d'abord se dire que "la solution de Starship Troopers allèche bien des gens actuellement, de ce que l'abstentionniste ne saurait pas la valeur/le mérite, de son droit de vote, et d'ailleurs ça devrait être une obligation" ... il faut ensuite se dire pourtant que "ce droit de vote, à ce compte de la violence institutionnelle, et quand on voit de toutes façons ce que font nos politiques de nos votes, est finalement bien plus accointant qu'on ne le pense avec le nôtre" ... pour enfin se dire que "les votants peuvent se donner bonne conscience et bonne moralité citoyenne-responsable devant les abstentionnistes, et que cela n'a jamais que la dignité du conventionnel et du jugement moralisateur d'une mégère doublée d'une commère, dans une condamnation d'autrui imposée salopement à tout l'univers par les bonnes manières" !

A partir de là, on comprend toute la mise au pas conventionnaliste, qui n'est même pas un conformisme, encore que c'en a les caractères. Mais surtout, on devine toute la complexité des motions humaines sociohistoriques.

Un autre exemple : la vie des Starship Troopers (Troupiers d'Interstellaires vaisseaux) oscille entre solidarité bon-enfant mixte jusque dans les douches, et discipline de fer. Soit donc : toute la "culture d'entreprise" du pauvre ou du p'tit gars et de la nénette, recrutés chez Mega CGR, Domino's Pizza, MacDonald's, Google pour un stage, etc. - et pas que dans ces grandes enseignes, naturellement, encore qu'elles aient l'armada de moyens permettant d'assurer un tel conditionnement - "culture d'entreprise" donc qui, main de fer dans un gant de velours, contraint sans discussion à tel régime existentiel sur le mode fun.

Évidemment, personne n'est jamais tout à fait dupe de toutes ces conneries "dans la vie", mais certes dans le film "ils en sont tous et adorent ça", notamment parce qu'ils ont été ainsi form(at)és. Néanmoins, quand "dans la vie" telle personne a "enfin" obtenu d'être embauchée par de telles enseignes, et considérant la moribonderie du "marché du travail", il appert soudain que cette personne se sente redevable de son tortionnaire, dans une sorte de complexe de Stockholm imposé à tout l'univers. Finalement cette personne, ainsi qu'un jeune partant enthousiaste faire le djihad en Syrie, se sent à l'aise dans ses nouvelles baskets et croit fermement à sa nouvelle mission. C'est parfait, tout est en ordre, et qui t'es toi pour m'juger si j'me sens bien "dans ma vie" ? ... Nombrilisme explosif, n'existant même plus sur le mode individualiste mais, bel & bien, collectiviste (néomanagérial) tout comme le militarisme de Starship Troopers. Le tout évidemment, mâtiné de BCBG hyperfestiviste, réactualisant l'aryanisme nazi sur le mode olympien Loréal, Channel, Axe ou Mennen évidemment célèbre & sportif.

Tout y est, et c'est la raison pour laquelle on appréciera Starship Troopers comme machine philosophique révélatrice - en même temps qu'occultatrice, esthétiquement, dans son genre SF - des temps qui courent. C'est aussi la raison pour laquelle, on appréciera l'art en général, et le génie commercial d'avoir vendu ce film comme du bourrinage tout-public, quand en fait il fait si bien penser.



D'autres éléments en vrac, mais pas déliés :
* la mode unisexe, et l'hyposexualité conséquente (sociologiquement enregistrée à l'heure du porn) ;
* l'infantilisation massive idoine, et pas qu'idoine, avec les chefs et cheftaines sur le mode paternaliste absolu ;
* l'hypermédiatisation massive des vies, avec l'écart comm'/réalité de terrain ;
* le totalitarisme "ouvert", sur le mode soft power assumant orwelliennement son hard power (doublepensée) ;
* les axes du mal ou l'Autre est allégorisé comme fatalement hideux mais aussi, ironiquement, comme gouverné par son cerveau - et non sa connerie humaine, trop humaine ;
* etc.


PS: j'ai publié ce topic dans la partie Lecture, romans, parce qu'il n'y a pas de partie Cinéma, en hésitant à le publier dans la partie Sorties, sauf que ça n'est plus à l'ordre du jour, alors ... N'hésitez pas à transférer où vous voulez.


Dernière édition par Destin le 13/05/2017, 18:16; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/05/2017, 21:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marcus Kyle
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 386
Localisation: montrejeau
Jeux maîtrisés: D&D 3.5, cthulu,+,+,+
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 06/05/2017, 10:39    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997 Répondre en citant

ça me fait beaucoup rire quand je lis des trucs  comme " Néofascisme" surtout venant de la part de "jeunes". Comme tu le dis le film est inspiré( de loin, un peu comme World War-Z roman/film). 


Mettre sa vie en risque pour obtenir le droit de vote.... et décider de l'avenir, combien en auront le courage et combien iront se cacher sous leur lit en chouinant ?


Dans le roman, sortit en 1959, seul les hommes vont dans l'Infanterie Mobile, " L’hyper-médiatisation omniprésente " est ... totalement absente entre autre pour cause de secret militaire et " l’infantilisation  massive "  se transforme en responsabilisation individuelle, chacun étant responsable de ses actes dès le plus jeune age.


Comme pour Total Recall,  Verhoeven  prend un excellent roman et en fait ... quelque chose qui  a quelques points communs avec l'original mais pas grand chose avec le fond.


https://en.wikipedia.org/wiki/Starship_Troopers



Avant de décrier, on m'a appris( il y a fort longtemps de cela) à l'école à comparer plusieures sources.
_________________
Deux choses sont infinies: L'Univers et la stupidité humaine... et encore je suis pas sur de la première.
A. Einstein


Revenir en haut
Destin
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2017
Messages: 333
Localisation: B2B
Jeux maîtrisés: Selon
Masculin Taureau (20avr-20mai) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 06/05/2017, 12:57    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997 Répondre en citant

Euh, je n'ai pas décrié. Personnellement, j'aime le film.
Ensuite, je mets quiconque au défi de savoir tout sur tout.
Avant de critiquer "les jeunes" et "les moindres informés que soi", il faudrait seulement admettre que l'erreur est humaine.
Au reste, je soumets ces analyses dans un esprit de partage, pour discussion.


Donc : discutons.
En fait, je suis très prêt à te faire confiance, en tout cas je ne peux que le faire, puisque je n'ai pas lu le roman  Idea
Mais une chose est le roman, une autre le film, et ça parlait peu du roman !


Au reste, je ne sais plus où j'ai lu/entendu que Heinlein était néofa. Sûrement, à l'époque de la sortie du film, dans les pages des Inrocks ! qui ne sont pas réputés de droite, encore que très gauche mondialiste : l'accusation de néofascisme pouvait bien être vite dégainée !  Laughing


Merci pour ton apport littéraire !  Smile


Revenir en haut
Marcus Kyle
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 386
Localisation: montrejeau
Jeux maîtrisés: D&D 3.5, cthulu,+,+,+
Masculin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 07/05/2017, 09:52    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997 Répondre en citant

En fait le film qui se rapproche le plus du roman est Full metal jacket de Kubrick par sa construction , hors conditions sociales spécifiques, qui d'ailleurs sont expliquées. En outre Heinlein dans son livre( en 1959) a conceptualisé les armures de combats spatiales, avec explications techniques à l'appui. Si tu connais Warhammer 40 000, l'infanterie Mobile est équivalente aux Space Marines hors " bricolage " génétique, dans le film tu as droit à la garde impériale. ..... Grandeur et décadence.
_________________
Deux choses sont infinies: L'Univers et la stupidité humaine... et encore je suis pas sur de la première.
A. Einstein


Revenir en haut
Destin
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2017
Messages: 333
Localisation: B2B
Jeux maîtrisés: Selon
Masculin Taureau (20avr-20mai) 牛 Buffle
Joueur ou MJ: Les deux !

MessagePosté le: 07/05/2017, 10:50    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997 Répondre en citant

Laughing  En tout cas pour sûr ça n'a rien à voir !  Laughing


Je comprends totalement ton sentiment, par exemple avec ce qu' "ils" ont fait de Ghost in the Shell (attention spoilers) ... http://terresdouest.soforums.com/t1818-Spoilers-partout-Ghost-in-the-Shell-le-film-2017.htm


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:23    Sujet du message: Starship Troopers, de Paul Verhoeven - 1997

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Terres d'Ouest Index du Forum -> les autres activités -> Lecture, romans Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com